The Axis of Evil, the Anti-Christ, and the Pharisees- By Steve Brown 1

2053.jpg

When Nebuchadnezzar, the Babylonian king, destroyed Solomon’s Temple in 586 BC and took Jerusalem, that was pretty much it for Jewish culture, religion, and its relationship to Greek civilization and democracy. In essence the Twelve Tribes of Israel ceased to exist, despite much fiction and historic obfuscation to the contrary, ever since.

2011.jpg

After the destruction of the second temple by 70 CE, the defeated people of the Judaic tribes became the slaves of Babylon. The remnants of those tribes developed a new and different culture, called the ‘Pharisee’, meaning separated or ‘set apart’, from the ancient Greek.  Thus, the Pharisees interpreted and practiced the tenets of Jewish law as tradition, but were not related to the Tribes of Israel. And the Pharisees are the people to whom some Jews of today are related.

2012.jpeg

Titus.jpg
Roman Emperor Titus (Titus Flavius Caesar Vespasianus Augustus), a renown military commander, he besieged and captured Jerusalem in 70 AD.

Since the first and second temples of Jerusalem were destroyed by Babylon and the Judaic tribes were dispersed, the Pharisees (Jews of today) hold the construction of a third temple in Jerusalem as being central to their beliefs, as do ‘last days’ Christians in eschatological Christianity.

According to the Tanakh (Hebrew Bible) the third temple will be built in a coming Messianic Age, the belief of Abraham that the Messiah will return, and people will live in peace without evil. Thus, the Pharisees adopted ancient Pagan beliefs relating to the end of the world, leading to some unfathomable, mythical future, symbolized by the construction of a third temple in Jerusalem.

Linked to the Pharisee’s Messianic temple is the concept of Greater Israel  being the Tanakh and Old Testament description of the Pharisees (modern Jews) possessing the land from the Nile to the Euphrates. (Today, annexation of the Golan, West Bank and Gaza is of course included in this Pharisee version of Jewish Empire. *)

While the Pharisees adopted such radical Rabbinic culture and beliefs many centuries ago, the phenomena of ‘last days’ Christianity is a relatively modern invention.  It has roots in 1830’s England, as taught by John Nelson Darby, Scofield and others. where Last Days Christians believe in a literal interpretation of the Book of Revelation, also known as the Apocalypse of John or “Apocalypse”, the last book of the Bible.

885.jpeg
The Apocalypse of Paul in Syriac

In spooky calmness, the religious Right now awaits the Second Coming and Armageddon. They believe that when things get worse, they only get better. That when US cities burn or flood that’s okay, they are not worth saving. That the decay and decline of their Empire only proves that this age is about to end, and their new Messianic age will begin. Most of all, the religious right supports the military, war, and killing… because, well, the Apocalyptic end for us all is then just that much nearer.

Until their Messiah arrives, the religious Right believes that our “satanic humanist state and federal legal systems” should be replaced with pure Biblical Law; that belief is called Dominionism, or Dispensationalism.

The above religious dogma has been around for many years, but the religious right movement really took off from 1973, with the publication of R. J. Rushdoony’s, Institutes of Biblical Law. https://en.wikipedia.org/wiki/The_Institutes_of_Biblical_Law

This coincided with the establishment of various extreme right wing think tanks, like the AEI and Heritage Foundation, Koch Family Foundation and many others, which have blasted extremist ‘last days’ pablum via the US and western media for many years. This in an attempt to influence not just American public opinion, but global opinion too; and largely successful, resulting in the election of our present western “leaders”.

In the much-vaunted US heartland, the extreme right “charismatic Christian” movement — sometimes labeled Christianists or religious right — wields much political power. Christianist extremists believed that the United States was lost to Obama, but has been regained under Trump. Turfwise, it’s pretty much their country now.

As Joe Bageant wrote in the Dissident Voice, 2004:

“Dominionism has exerted one hell of an influence for decades through scores of books, publications and classes taught in colleges and universities. Over the past thirty years their doctrine has permeated not only the religious right, but mainstream churches as well, via the charismatic movement. The radical Christian right’s impact on politics and religion in this nation has been massive, with many mainstream churches pushed rightward by its pervasiveness without even knowing it.”

In the United States presidential election of 2004, Evangelical “born again” Christians comprised 40% of the electorate and overwhelmingly supported Bush-Cheney.  The religious right will support the War Party so long as their ministers call it the party of life and their worst instincts tell them to do so; and they will vote for whoever can fulfill their apocalyptic views soonest.

88.jpg

Call this the perfect storm for the Pharisees, that is, Zionist Jews of today. Consider this from Joel Greenberg writing in The New York Times:

‘The seed was sown in 1977, when Menachem Begin of Likud brought his party to power for the first time in a stunning election victory over Labor. A decade before, in the 1967 war, Israeli troops had in effect undone the partition accepted in 1948 by overrunning the West Bank and Gaza Strip. Ever since, Mr. Begin had preached undying loyalty to what he called Judea and Samaria (the West Bank) and promoted Jewish settlement there. But he did not annex the West Bank and Gaza to Israel after he took office, reflecting a recognition that absorbing the Palestinians could turn Israel into a bi-national state instead of a Jewish one.

And so Reverend Hagee’s version of Christianity connects with Nethanyahu’s fanaticism and their Judea / Samaria version of Zionism all intersect, to complement the unlikely appearance of a seeming anti-Christ figure in the form of Donald Trump.

In 2015 Trump announced to the American Jewish Committee, “You’re not going to support me because I don’t want your money..” https://www.timesofisrael.com/trump-courts-jewish-republicans-with-offensive-stereotypes/ and yet nothing could be further from the truth.**  Trump made other untrue and deceptive statements about disdain for foreign intervention and state-building, just as George W Bush lied, during his first campaign.

2121.jpeg

While deceiving the electorate on his true aims and goals, Trump pandered to the religious right — successfully.  But to ascribe to Trump any true resemblance to the anti-Christ only feeds into the religious nonsense Elites themselves use to divide and conquer, and lends some credence to the religious revisionist ideas of the religious fanatics, whether Zionist or “Christian”.

Nonetheless, we are at a very dangerous crossroads where religious fanaticism, slave-owners like Kushner, fantasy, irrationality, and mentally unstable characters all meet to reinforce themselves, in the form of a Despotic West…  That is, to reinforce the worst traits of the Pharisees, the Dispensationalists, and those who lust for power.

Perhaps author AMIN SAIKAL has summarized it best, in just a few words:

“Three minority extremist groups – the militant fundamentalist Islamists exemplified at the far edge by Al Qaeda, activist elements among America’s ‘reborn Christians’ and Neo-conservatives, and the most inflexible hard-line Zionists from Israel – have emerged as dangerously destabilizing actors in world politics. Working perversely to reinforce each other’s ideological excesses, they have managed to drown out mainstream voices from all sides. Each has the aim of changing the world according to its own individual vision.”

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch)Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist and historian of the monetary system http://panicof1907.com and editor of Novus Confidential investigative reports.

* Genesis 15.18: “The Lord made a covenant with Abraham, saying unto thy seed have I given this land from the river of Egypt [the Nile] unto the great river, the River Euphrates.”  By this single mythical verse millions have died and been enslaved.

** The support to Trump’s campaign from Miriam Adelson, Rebekah Mercer, and Paul Singer is now legendary.  

The Axis of Evil, the Anti-Christ, and the Pharisees- By Steve Brown
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

6 commentaires sur “The Axis of Evil, the Anti-Christ, and the Pharisees- By Steve Brown

  1. Lorsque Nabuchodonosor, le roi babylonien, détruisit le temple de Salomon en 586 av. J.-C. et prit Jérusalem, c’était à peu près tout pour la culture juive, la religion et ses relations avec la civilisation et la démocratie grecques. Essentiellement, les Douze Tribus d’Israël ont cessé d’exister, en dépit de beaucoup de fiction et d’obscurcissements historiques pour dire le contraire, depuis lors.

    Après la destruction du deuxième temple en 70 de notre ère, les vaincus des tribus judaïques devinrent les esclaves de Babylone. Les vestiges de ces tribus ont développé une culture nouvelle et différente, appelée le ” pharisien “, qui signifie séparé ou ” mis à part “, du grec ancien. Ainsi, les pharisiens interprétaient et pratiquaient les principes de la loi juive comme une tradition, mais ils n’étaient pas liés aux tribus d’Israël. Et les Pharisiens sont le peuple auquel certains Juifs d’aujourd’hui sont liés.

    Depuis que les premier et deuxième temples de Jérusalem ont été détruits par Babylone et que les tribus judaïques ont été dispersées, les pharisiens (juifs d’aujourd’hui) considèrent la construction d’un troisième temple à Jérusalem comme un élément central de leurs croyances, comme le font les chrétiens des ” derniers jours ” du Christianisme eschatologique.

    Selon le Tanakh (Bible hébraïque), le troisième temple sera construit dans un âge messianique à venir, la croyance d’Abraham que le Messie reviendra, et les gens vivront en paix sans mal. Ainsi, les Pharisiens adoptèrent d’anciennes croyances païennes relatives à la fin du monde, menant à un avenir mythique et insondable, symbolisé par la construction d’un troisième temple à Jérusalem.

    Lié au temple messianique du pharisien, le concept du Grand Israël est la description du Tanakh et de l’Ancien Testament des Pharisiens (Juifs modernes) qui possèdent la terre du Nil à l’Euphrate. (Aujourd’hui, l’annexion du Golan, de la Cisjordanie et de Gaza est bien sûr incluse dans cette version pharisienne de l’Empire juif. *)

    Alors que les Pharisiens ont adopté une culture et des croyances rabbiniques aussi radicales il y a plusieurs siècles, le phénomène du christianisme des ” derniers jours ” est une invention relativement moderne. Il a ses racines dans l’Angleterre des années 1830, telle qu’enseignée par John Nelson Darby, Scofield et d’autres, où les chrétiens des Derniers Jours croient en une interprétation littérale du livre de l’Apocalypse, également connu sous le nom d'”Apocalypse de Jean”, le dernier livre de la Bible.

    Dans un calme effrayant, le religieux d’aujourd’hui attend la seconde venue et l’Armageddon. Ils croient que quand les choses empirent, elles ne font que s’améliorer. Que lorsque les villes américaines brûlent ou inondent, ce n’est pas grave, elles ne valent pas la peine d’être sauvées. Que la décadence et le déclin de leur Empire ne font que prouver que cet âge est sur le point de s’achever, et que leur nouvel âge messianique va commencer. Surtout, la droite religieuse soutient l’armée, la guerre et les tueries… parce que la fin apocalyptique pour nous tous est alors bien plus proche.

    Jusqu’à l’arrivée de leur Messie, la droite religieuse croit que notre “système juridique satanique humaniste d’État et fédéral” devrait être remplacé par une loi biblique pure ; cette croyance est appelée Dominionisme, ou Dispensationalisme.

    Le dogme religieux ci-dessus existe depuis de nombreuses années, mais le mouvement de la droite religieuse a réellement pris son essor à partir de 1973, avec la publication de R. J. Rushdoony’s, Instituts de droit biblique. https://en.wikipedia.org/wiki/The_Institutes_of_Biblical_Law

    Cela a coïncidé avec la création de divers groupes de réflexion d’extrême droite, comme l’AEI and Heritage Foundation, la Koch Family Foundation et bien d’autres, qui ont fait exploser le pablum de l’extrême droite via les médias américains et occidentaux pendant de nombreuses années. Ceci dans le but d’influencer non seulement l’opinion publique américaine, mais aussi l’opinion mondiale, ce qui a largement abouti à l’élection de nos “dirigeants” occidentaux actuels.

    Dans le centre tant vanté des Etats-Unis, le mouvement “chrétien charismatique” d’extrême droite – parfois qualifié de christianisme ou de droite religieuse – exerce un pouvoir politique considérable. Les extrémistes chrétiens croyaient que les États-Unis avaient été perdus par Obama, mais ils ont été récupérés sous Trump. En ce qui concerne le gazon, c’est à peu près leur pays maintenant.

    Comme Joe Bageant l’a écrit dans La voix dissidente, 2004 :

    “Le dominionisme a exercé une influence d’enfer pendant des décennies à travers des dizaines de livres, de publications et de cours enseignés dans les collèges et les universités. Au cours des trente dernières années, leur doctrine a imprégné non seulement la droite religieuse, mais aussi les Églises dominantes, par le biais du mouvement charismatique. L’impact de la droite chrétienne radicale sur la politique et la religion dans ce pays a été massif, avec de nombreuses églises dominantes poussées vers la droite par son omniprésence sans même le savoir.”

    Lors de l’élection présidentielle américaine de 2004, les chrétiens évangéliques “nés de nouveau” représentaient 40 % de l’électorat et ont massivement soutenu Bush-Cheney. La droite religieuse soutiendra le Parti de la guerre tant que ses ministres l’appelleront le parti de la vie et que leurs pires instincts leur diront de le faire ; et ils voteront pour celui qui pourra réaliser leurs vues apocalyptiques le plus tôt.

    Appelez cela la tempête parfaite pour les Pharisiens, c’est-à-dire les Juifs sionistes d’aujourd’hui. C’est ce qu’écrit Joel Greenberg dans le New York Times :

    La graine a été semée en 1977, lorsque Menachem Begin du Likoud a porté son parti au pouvoir pour la première fois dans une victoire électorale stupéfiante sur les travaillistes. Dix ans auparavant, lors de la guerre de 1967, les troupes israéliennes avaient en effet défait la partition acceptée en 1948 en envahissant la Cisjordanie et la bande de Gaza. Depuis lors, M. Begin avait prêché une loyauté indéfectible à ce qu’il appelait la Judée et la Samarie (la Cisjordanie) et y avait encouragé la colonisation juive. Mais il n’a pas annexé la Cisjordanie et Gaza à Israël après son entrée en fonction, reconnaissant ainsi que l’absorption des Palestiniens pourrait faire d’Israël un État binational plutôt qu’un État juif.

    Ainsi, la version du christianisme du révérend Hagee se rattache au fanatisme de Nethanyahu et à sa version judéo-saharienne du sionisme, pour compléter l’apparition improbable d’une figure antichrétienne en apparence, sous la forme de Donald Trump.

    En 2015, Trump a annoncé au Comité juif américain, “Vous n’allez pas me soutenir parce que je ne veux pas de votre argent…” https://www.timesofisrael.com/trump-courts-jewish-republicans-with-offensive-stereotypes/ et pourtant rien ne pourrait être plus loin de la vérité.** Trump a fait d’autres déclarations fausses et trompeuses sur le mépris pour l’intervention étrangère et la construction de l’Etat, comme George W Bush l’a fait, pendant sa première campagne.

    Tout en trompant l’électorat sur ses véritables buts et objectifs, Trump a cédé à la droite religieuse – avec succès. Mais attribuer à Trump toute ressemblance véritable avec l’anti-Christ ne fait qu’alimenter les absurdités religieuses que les Elites elles-mêmes utilisent pour diviser et conquérir, et donner du crédit aux idées révisionnistes religieuses des fanatiques religieux, sionistes ou “chrétiens”.

    Néanmoins, nous nous trouvons à un carrefour très dangereux où le fanatisme religieux, les propriétaires d’esclaves comme Kushner, la fantaisie, l’irrationalité et les personnages mentalement instables se rencontrent tous pour se renforcer, sous la forme d’un Ouest Despotique… C’est-à-dire pour renforcer les pires traits des Pharisiens, les Dispensationalistes et ceux qui ont soif de pouvoir.

    L’auteur AMIN SAIKAL l’a peut-être le mieux résumé, en quelques mots seulement :

    Trois groupes extrémistes minoritaires – les islamistes fondamentalistes militants illustrés à l’extrême par Al-Qaïda, des éléments activistes parmi les ” chrétiens renaissants ” et les néo-conservateurs américains et les sionistes les plus rigides d’Israël – sont devenus des acteurs dangereux et déstabilisateurs de la politique mondiale. Travaillant de manière perverse pour renforcer les excès idéologiques des uns et des autres, ils ont réussi à étouffer les voix dominantes de toutes parts. Chacun a pour but de changer le monde selon sa propre vision individuelle.”

    Steve Brown
    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch), éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques de Money Trust depuis 1913 ” ; Steve est un activiste anti-guerre et historien du système monétaire http://panicof1907.com et rédacteur en chef de Novus Confidential Investigative Reports.

    * Genèse 15.18 : “Le Seigneur a conclu une alliance avec Abraham, en disant à ta postérité que j’ai donné ce pays du fleuve d’Égypte[le Nil] au grand fleuve, le fleuve Euphrate. Par ce seul verset mythique, des millions de personnes sont mortes et ont été réduites en esclavage.

    ** Le soutien de Miriam Adelson, Rebekah Mercer et Paul Singer à la campagne de Trump est maintenant légendaire.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

      1. il est question de la destruction du second temple ;
        Après la destruction du deuxième temple en 70 de notre ère, les vaincus des tribus judaïques devinrent les esclaves de Babylone.
        je pesais que c’était les romain qui avaient détruit le deuxième temple !

        1. C’est bien les légions romaines qui détruisirent le second temple de Jérusalem.
          L’empereur Flavien Titus n’a même pas voulu célébrer le Triomphe car il estimait qu’il n’était que l’instrument du Dieu des juifs pour les châtier. Le premier siècle de l’ère chrétienne fut très agité. L’histoire officielle ideologisée cache ce qui c’est réellement passé mais les faits sont clairs. Les Romains finirent par être excédés par l’immense capacité de nuisance des pharisiens sur toute l’étendue de l’empire.

    1. Traduction qui est de bon niveau mais nécessite une relecture humaine…avant publication en Français et que je peux vous renvoyer en corrigé pour publication !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.