Persian Gulf attack: Cui Bono?- By Steve Brown 1

Search for the term, “Where does Israel import its oil from” and prepare to be surprised by the result. The number one search result returns information from Zion Oil, a religious right Wall Street affinity scam which has fleeced Bible-belt ‘investors’ for years, and now sells for .37 cents US per share.

Even so, Zion Oil has described Israel’s oil import dilemma quite well:  “Over the past 25 years, significant fuel imports have come from Angola, Colombia, Mexico, Egypt, and Norway. In more recent times, the Israelis have turned to Russia, Kazakhstan, and some of the other -stans for the bulk of their oil. In 2015 – 2016, most of Israel’s oil is supplied from the volatile Kurdish region.”

Note that no source for Israeli oil must traverse the Strait of Hormuz. And does Israel have the capability to carry out such a measured attack in the Strait?  Of course it has, and the Israeli Navy is known to operate there. The Dolphin-2 class subs were supplied to Israel not only for profit, but perhaps due to German guilt about its role in the creation of Israel in the first place. The Dolpin-2’s are the largest subs to be built in Germany since 1945, and perfectly capable of the type of action we have seen, attacking the Japanese tankers near the Strait of Hormuz.

236.jpg

2364.jpg

Now, let’s retread some old ground about the top people in the Trump regime, from early days to now. They are predominantly oil men:

Tillerson.. Pruitt… Zinke .. Perry .. Bernhardt.. and not least… Mike Pompeo.  Yes, Mike Pompeo — the Koch Brothers own.

By the above, we know that US oil men will benefit from the resultant oil price rise; and we know that Israel will not suffer from oil import delays, if the Strait of Hormuz were to be impaired or closed. We also know that Israel has subs capable of such an attack.

 

So, who else benefits from the tanker attacks?  Clearly, besides Israel, Saudi Arabia and the United Arab Emirates will benefit from higher oil prices. KSA and the UAE also know that CentCom will not allow the Strait to be impaired or closed, and that the US will use military means to keep the oil lanes open if necessary.

The cost to Saudi and the UAE for military action to keep the Strait open is nothing, while the US benefits from the conflict, via ever higher share prices for its arms industry, increased public debt, and increased oil prices to benefit the US fracking industry.

It is true that Russia also benefits from higher oil prices, but the notion that Russia might covertly attack Japanese oil tankers in the gulf to raise the cost per barrel is not only ludicrous; consider the costly endeavour Russia has already engaged in, to secure its interests in Syria and the Middle East.  The idea that Russia would wish to expand its role as world peace-keeper by provoking US aggression versus Iran is more than farcical.*

Yes, Russia benefits through peace – not war; as proven by the Afghanistan fiasco, which ended in 1989. The Russian leadership learned its lesson well in Afghanistan; while the United States has not, and never will.

Now, who does not profit from the tanker attacks? Clearly Iran does not benefit. At the time the attacks on the Japanese tankers occurred, Iran’s leadership was meeting with Shinzo Abe, Prime Minister of Japan. For Iran to attack Japanese tankers at a time when its leadership is meeting with the leader of Japan defies logic and tests the boundaries of geo-political reality.  In fact, the very idea that Iran would make such a move at that time, allows us to identify the true perpetrators of this attack.

Furthermore, for Iran to invite the wrath of the US military by such a pointless provocation when Iran is struggling with the weaponization of SWIFT and the USD, only compounds the unreality of such a scenario.

Finally, we must conclude with our opening query: cui bono? The United States benefits for the reasons stated above. So does Saudi Arabia.  And the UAE.

And since By Deception Thou Shalt make War … the reader may conclude, primarily Israel.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist and historian of the monetary system http://panicof1907.com and editor of Novus Confidential investigative reports.

*To its great credit, Russia has however guaranteed Iran’s safety.

Persian Gulf attack: Cui Bono?- By Steve Brown
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

3 commentaires sur “Persian Gulf attack: Cui Bono?- By Steve Brown

  1. Cherchez le terme “D’où Israël importe-t-il son pétrole” et préparez-vous à être surpris par le résultat. Le résultat de recherche numéro un renvoie des informations de Zion Oil, une escroquerie d’affinité de la droite religieuse de Wall Street qui a escroqué les ” investisseurs ” de ceintures bibliques pendant des années, et se vend maintenant à 0,37 cents US par action.

    Malgré cela, Zion Oil a très bien décrit le dilemme des importations pétrolières d’Israël : “Au cours des 25 dernières années, d’importantes importations de carburant sont venues d’Angola, de Colombie, du Mexique, d’Égypte et de Norvège. Plus récemment, les Israéliens se sont tournés vers la Russie, le Kazakhstan et d’autres pays pour l’essentiel de leur pétrole. En 2015 – 2016, la majeure partie du pétrole d’Israël provient de la région kurde instable.”

    Notez qu’aucune source de pétrole israélien ne doit traverser le détroit d’Ormuz. Et Israël a-t-il la capacité de mener une attaque aussi mesurée dans le détroit ? Bien sûr que oui, et la marine israélienne est connue pour y opérer. Les sous-marins de classe Dolphin-2 ont été fournis à Israël non seulement pour le profit, mais peut-être en raison de la culpabilité allemande au sujet de son rôle dans la création d’Israël en premier lieu. Les Dolpin-2 sont les plus gros sous-marins construits en Allemagne depuis 1945, et parfaitement capables du type d’action que nous avons vu, attaquer les pétroliers japonais près du détroit d’Hormuz.

    Maintenant, rechapons un peu de vieux terrain au sujet des hauts dirigeants du régime Trump, depuis les premiers jours jusqu’à maintenant. Ce sont surtout des hommes du pétrole :

    Tillerson.. Pruitt…. Zinke… Perry… Bernhardt… et surtout… Mike Pompeo. Oui, Mike Pompeo, les frères Koch.

    Par ce qui précède, nous savons que les pétroliers américains bénéficieront de la hausse du prix du pétrole qui en résultera ; et nous savons qu’Israël ne souffrira pas de retards dans les importations de pétrole, si le détroit d’Ormuz devait être endommagé ou fermé. Nous savons aussi qu’Israël a des sous-marins capables d’une telle attaque.

    Alors, qui d’autre profite des attaques des pétroliers ? De toute évidence, outre Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis bénéficieront de la hausse des prix du pétrole. KSA et les Émirats arabes unis savent également que le CentCom ne permettra pas que le détroit soit endommagé ou fermé, et que les États-Unis utiliseront des moyens militaires pour maintenir les voies pétrolières ouvertes si nécessaire.

    Le coût pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis d’une action militaire pour maintenir le détroit ouvert n’est rien, alors que les États-Unis profitent du conflit, par le biais de prix des actions toujours plus élevés pour leur industrie de l’armement, d’une dette publique accrue et de prix pétroliers accrus au profit de l’industrie américaine en difficulté.

    Il est vrai que la Russie profite également de la hausse des prix du pétrole, mais l’idée que la Russie puisse attaquer clandestinement des pétroliers japonais dans le Golfe pour augmenter le coût du baril n’est pas seulement ridicule ; considérez les efforts coûteux que la Russie a déjà entrepris, pour protéger ses intérêts en Syrie et au Moyen-Orient. L’idée que la Russie souhaite étendre son rôle de gardien de la paix mondiale en provoquant l’agression américaine contre l’Iran est plus que grotesque*.

    Oui, la Russie profite de la paix et non de la guerre, comme l’a prouvé le fiasco de l’Afghanistan, qui a pris fin en 1989. Les dirigeants russes ont bien appris la leçon en Afghanistan, alors que les États-Unis ne l’ont pas fait et ne le feront jamais.

    Qui ne profite pas des attaques des pétroliers ? Il est clair que l’Iran n’en profite pas. Au moment des attaques contre les pétroliers japonais, les dirigeants iraniens rencontraient Shinzo Abe, premier ministre du Japon. Pour l’Iran, attaquer des pétroliers japonais au moment où ses dirigeants rencontrent le dirigeant du Japon défie toute logique et met à l’épreuve les frontières de la réalité géopolitique. En fait, l’idée même que l’Iran prendrait une telle mesure à ce moment-là nous permet d’identifier les véritables auteurs de cette attaque.

    De plus, le fait que l’Iran invite la colère de l’armée américaine par une provocation aussi inutile alors qu’il lutte contre l’arsenalisation de SWIFT et du dollar ne fait qu’aggraver l’irréalité d’un tel scénario.

    Enfin, nous devons conclure par notre question d’ouverture : cui bono ? Les États-Unis en bénéficient pour les raisons exposées ci-dessus. L’Arabie saoudite aussi. Et les Émirats arabes unis.

    Et puisque Par la tromperie Tu feras la guerre… le lecteur peut conclure, principalement Israël.

    Steve Brown
    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch), éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques de Money Trust depuis 1913 ” ; Steve est un activiste anti-guerre et historien du système monétaire http://panicof1907.com et rédacteur en chef de Novus Confidential Investigative Reports.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.