Washington n’a aucune option viable en Iran. L’annonce d’éventuelles frappes disproportionnées et annulées visant trois sites militaires à l’intérieur de l’Iran vise plus à transmettre un message codé aux dirigeants iraniens qu’à les dissuader d’abattre d’autres aéronefs.

Si le Pentagone avait des options fiables, il les aurait utilisé depuis longtemps. Or, les missiles de croisière, fierté de la seconde guerre du Golfe, sont devenus obsolètes face aux nouveaux systèmes de défense aérienne. Les drones d’attaque également. Ce qui ne laisse que le choix très risqué d’y envoyer des avions de combat pilotés par des humains. Vu la densité du réseau de la défense aérienne iranienne, cette option ne serait fiable que si les États-Unis sont déterminés à engager une guerre totale et longue sur un front étendu des contreforts de l’Himalaya jusqu’à la Méditerranée orientale.

De la non-fiabilité de l’option militaire
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

7 commentaires sur “De la non-fiabilité de l’option militaire

  1. Il semble que le drone US abattu vaudrait une fortune, plusieur dizaines de millions $, certains parlent plus de 100 millions $ l’unité. A ce tarif là, la pillule doit être amere pour les chefs militaires US, surtout devant leurs alliés.
    Le drone a été abattu grace à l’assistance technique chinoise. Comme tu viens de le dire, les américains ont renoncé à la guerre parce qu’ils redoutent surtout que la Chine et la Russie n’hésiteront pas à armer l’Iran. Cependant malgrés les atternoiements en haut lieu à Washington la guerre entre les USA et l’Iran est ineluctable. Le lobby juif incarné par l’AIPAC fera tout pour pousser à la guerre, la question est de savoir quand.
    Il est à espérer d’ici là que l’Iran aura ses S-400, SU-30, et autres FC-31.

      1. ….240 millions de dollars…un budget !
        240 millions $! La Vache! Ca démenage! Il est presque aussi cher qu’un F-22. C’est le prix de deux F-15X, en plus les US avaient envoyé un avion pour couvrir et amasser des infos. Si tel est le cas, ça veut dire qu’on a un remake de l’incident du Golfe du Tokin. Une chose me parait certaine, c’est le fait que les hostilités sont proches.
        A l’époque les US en avaient les moyens, et pourtant le résultat à a été leur expulsion de toute l’Indochine. Aujourd’hui les américains n’ont ni les moyens économiques des années 60, ni les moyens humains, quand à leur supériorité technologique elle est plus que discutable. . Pourtant dans les hautes spheres de l’adminstration US et israéleinnes personne ne se fait d’illusion quand à l’issue d’un tel conflit. Ici le témoignage de Yakov Kedmi un boss de l’appareil du renseignement israelien et occidentale. Il a les pétoches, non pas pour une defaite des USA, mais il sait sans l’avouer qu’Israèl va trépasser.

  2. Le joueur de poker c’est pris les pieds dans le tapis au jeu du bluff, il pensait vraiment faire peur à l’Iran comme si c’était un petit être apeuré.
    Il doit vraiment les confondre avec les Arabes du golf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.