The New Context for Russiagate- By Steve Brown 1

There is no doubt that if Hillary Clinton had won the US election in 2016, she would have confronted Russia in Syria. Trump didn’t.  And simply put, Russiagate provided the means to exert pressure on Russia that Clinton would have applied, had she won office.

Now Russiagate serves a new purpose for Neoliberals.

Consider that US sanctions versus Russia have never been more severe. By the US Treasury’s own account and by major media reports, the new sanctions may be confirmed. And on June 13th, the Russian president talked publicly about increased tensions with the United States, saying that the situation has degraded, and is degrading, worse than at any time since the Cold War.

So, considering such dismal Russo-US relations, why do US Neoliberals still push the Russiagate agenda? One reason is that Russia has consistently opposed aggressive US foreign policy since 2011, while US Democratic party Statists push for war in the Middle East and Asia, one example being their opposition to Trump’s proposal to remove US troops from Syria.

That the US major media and leadership of the Democratic party opposed any plan to remove US troops from Syria is undeniable. And while the stated number of US troops so-stationed appears to be few, intelligence sources show that the US presence in Syria is far greater than publicly proclaimed. Besides those mis-stated numbers, we have a media-endorsed false public narrative that the US is continuing to target ISIS positions, when it is not. In fact, the US has protected terrorists in Syria and is protecting jihadists and jihadi territory there.

The US in Syria

According to the map shown (courtesy: Southfront)

17june_Syria_war_map.jpg

the US maintains forces in Manbij to defend Takfiri areas around Jarablus, to the terrorist stronghold of Idlib. Recent reports state that the US has failed to engage any terrorist forces in the region, and that their only commitment is to defend YPG (Kurdish forces) and SDF rebels.

1254.jpg

58745.jpg

For the US to withdraw here will cause great consternation by Israel (allies of the Kurds) and the usual Russiagate crew. That’s because any vacuum to fill around Manbij will certainly be filled by Russia — not Turkey — and therefore will be seen as a Trump concession to Russia.

United States protects Takfiri terrorists in al-Tanf.

8001.jpg

Altanfbase.jpeg

In al-Tanf the Lions of the East Army; the Forces of Martyr Ahmad al-Abdo; the Army of Free Tribes; Revolutionary Commando Army and Al-Qaratayn Martyrs Brigade all operate freely.  These terrorist militias are protected by US air forces, being remnants of the terror forces originally employed by the CIA in Timber Sycamore. The US presence here is seen as a counter to the Russian-SAA and Iran, and if the US were to abandon al-Tanf that would once again invoke the wrath of the Russiagate crew.

Cabinet changes

While anti-Russia war hawks Mattis, McMaster, and Tillerson were all fired partly due to their positions on “Russian collusion”, their posts have been filled by even more aggressive and fervent war hawks, namely Bolton, Pompeo and Shanahan. Those hawks do far more than obsess over Russiagate, they seek actual means for real confrontation with Russia on the geopolitical chess board.

10021.jpg

Thus, the Russiagate controversy is not just a media diversion hosted by Democrats; Russiagate provides cover for a new Trump regime policy aimed to embroil the Russian Federation in ever deepening geo-political chaos and crisis.

Join the dots

One. Bibi’s failure to form a government.  This somewhat reflects Trump’s own issue at home in the United States, where Trump is constantly hounded by Russiagate and by threats of impeachment.  One can easily sense Trump’s lack of patience with Democrats on the Russiagate issue, and his war hawk cabinet has given Trump an unique opportunity to shift the focus now.

Two. Syria’s Idlib heats up.

3.jpg

Recently ISIS fighters and their affiliates have struck out from Idlib in various offensives, in some cases surprising the SAA, calling in air stikes. It is unclear at this time how ISIS is now being directed, and how and where its arms are being supplied.  But nonetheless a serious escalation of force has occurred from encircled Idlib. What is the motivation for this escalation? All we know is that the Idlib escalation is occurring in tandem with the Iran Tanker attack.

Three. Iran tanker attack. Despite all the theories about this bizarre but dramatic incident in which no lives were lost, the tanker attack has provided the Trump regime with a unique new opportunity to focus on a brand new war, a war with Iran.

4.jpg

We thus paint a mosaic of shifting scenes pertaining to international issues which overshadow and put paid to Russiagate, to obstruction, and to impeachment.Thus providing a new context for Russiagate itself.

So, is Russiagate dead? We don’t know yet, but on the brink of a New War — whether enforced on a false pretext or not — there is little time to consider.And another new context is born for Russiagate!

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist and historian of the monetary system and editor of Novus Confidential investigative reports.

The New Context for Russiagate- By Steve Brown
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

4 commentaires sur “The New Context for Russiagate- By Steve Brown

  1. Today’s a good reminder that Bill Clinton took 500k from a Russian bank tied to the Uranium 1 deal while his wife was Sec State. Also a good time to recall her pushing donors to the Clinton Foundation to join Skolkovo, a Russian technology project designed to steal sensitive tech. SO THIS ARTICLE IS NONSENSE !!!

    1. traduction du post :
      Aujourd’hui, c’est un bon rappel que Bill Clinton a pris 500 000 $ d’une banque russe liée à l’affaire Uranium 1 alors que son épouse était Sec State. C’est aussi un bon moment pour se rappeler qu’elle a poussé les donateurs de la Fondation Clinton à se joindre à Skolkovo, un projet technologique russe conçu pour voler des technologies sensibles. DONC CET ARTICLE EST ABSURDE !!!!!!

  2. Il ne fait aucun doute que si Hillary Clinton avait gagné les élections américaines en 2016, elle aurait affronté la Russie en Syrie. Trump ne l’a pas fait. En termes simples, Russiagate a fourni les moyens de faire pression sur la Russie, ce que Clinton aurait fait si elle avait été élue.

    Maintenant Russiagate sert un nouveau but pour les néolibéraux.

    Considérez que les sanctions américaines contre la Russie n’ont jamais été aussi sévères. Les nouvelles sanctions pourraient être confirmées par le compte propre du Trésor américain et par les grands médias. Et le 13 juin, le président russe a parlé publiquement de tensions accrues avec les États-Unis, affirmant que la situation s’est dégradée, et se dégrade, pire qu’à aucun autre moment depuis la guerre froide.

    Alors, compte tenu de ces lugubres relations russo-américaines, pourquoi les néolibéraux américains continuent-ils de faire pression sur le programme de la Russie ? L’une des raisons est que la Russie s’est toujours opposée à la politique étrangère agressive des États-Unis depuis 2011, tandis que le parti démocrate américain Statists fait pression pour la guerre au Moyen-Orient et en Asie, un exemple étant son opposition à la proposition de Trump de retirer les troupes américaines de Syrie.

    Il est indéniable que les principaux médias américains et la direction du parti démocrate se sont opposés à tout plan visant à retirer les troupes américaines de Syrie. Et bien que le nombre déclaré de troupes américaines ainsi stationnées semble être faible, les sources du renseignement montrent que la présence américaine en Syrie est beaucoup plus importante que ce qui a été proclamé publiquement. En plus de ces chiffres erronés, nous avons un faux récit public, approuvé par les médias, selon lequel les États-Unis continuent de cibler les positions de l’ISIS, alors qu’ils ne le font pas. En fait, les États-Unis ont protégé les terroristes en Syrie et y protègent les djihadistes et le territoire jihadiste.

    Les États-Unis en Syrie

    les Etats-Unis maintiennent des forces à Manbij pour défendre les régions des Takfiri autour de Jarablus, au bastion terroriste d’Idlib. Des rapports récents indiquent que les Etats-Unis n’ont pas réussi à engager des forces terroristes dans la région, et que leur seul engagement est de défendre les YPG (forces kurdes) et les rebelles du SDF.

    Si les Etats-Unis se retirent ici, Israël (allié des Kurdes) et l’équipage Russe habituel seront très consternés. C’est parce que tout vide à combler autour de Manbij sera certainement comblé par la Russie – et non par la Turquie – et sera donc considéré comme une concession d’atout pour la Russie.

    Les États-Unis protègent les terroristes Takfiri à al-Tanf.

    Dans al-Tanf, les Lions de l’armée de l’Est, les forces du martyr Ahmad al-Abdo, l’armée des tribus libres, l’armée du commando révolutionnaire et la brigade des martyrs d’Al-Qaratayn fonctionnent tous librement. Ces milices terroristes sont protégées par les forces aériennes américaines, vestiges des forces terroristes initialement employées par la CIA à Timber Sycamore. La présence américaine ici est perçue comme une contre-attaque sur la Russie-SAA et sur l’Iran, et si les Etats-Unis abandonnaient al-Tanf, cela provoquerait une fois de plus la colère de l’équipage russe.

    Changements au Cabinet

    Alors que les faucons de guerre anti-russes Mattis, McMaster et Tillerson ont tous été licenciés en partie à cause de leur position sur la “collusion russe”, leurs postes ont été occupés par des faucons de guerre encore plus agressifs et fervent, à savoir Bolton, Pompeo et Shanahan. Ces faucons font bien plus qu’être obsédés par Russiagate, ils cherchent des moyens réels pour une véritable confrontation avec la Russie sur l’échiquier géopolitique.

    Ainsi, la controverse russe n’est pas seulement une diversion médiatique accueillie par les démocrates ; Russiagate fournit une couverture pour une nouvelle politique du régime Trump visant à entraîner la Fédération de Russie dans un chaos et une crise géopolitique toujours plus profonds.

    Joindre les points

    Un seul. L’échec de Bibi à former un gouvernement. Cela reflète en quelque sorte le propre problème de Trump aux États-Unis, où il est constamment pourchassé par les Russes et par les menaces de destitution. On peut facilement sentir le manque de patience de Trump à l’égard des démocrates sur la question de la Russiagate, et son cabinet de faucon de guerre a donné à Trump une occasion unique de réorienter l’attention maintenant.

    Deux. La Syrienne Idlib s’échauffe.

    Récemment, les combattants de l’ISIS et leurs affiliés se sont retirés d’Idlib dans diverses offensives, surprenant dans certains cas la SAA, appelant à des frappes aériennes. À l’heure actuelle, on ne sait pas très bien comment ISIS est maintenant dirigée, ni où et comment ses armes sont fournies. Mais néanmoins, une grave escalade de la force s’est produite à partir d’Idlib encerclé. Quelle est la motivation de cette escalade ? Tout ce que nous savons, c’est que l’escalade de l’Idlib se produit en même temps que l’attaque de l’Iran Tanker.

    Trois. Attaque iranienne d’un pétrolier . Malgré toutes les théories sur cet incident bizarre mais dramatique qui n’a fait aucune victime, l’attaque du pétrolier a donné au régime Trump une nouvelle occasion unique de se concentrer sur une toute nouvelle guerre, une guerre avec l’Iran.

    Nous peignons ainsi une mosaïque de scènes mouvantes sur des questions internationales qui éclipsent et mettent à l’ombre la Russiagate, l’obstruction et la destitution, créant ainsi un nouveau contexte pour la Russiagate elle-même.

    Alors, Russiagate est mort ? Nous ne le savons pas encore, mais à l’aube d’une nouvelle guerre – qu’elle soit menée sous un faux prétexte ou non – il y a peu de temps pour y réfléchir et un nouveau contexte est né pour Russiagate !

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.