Why The United States Will Not Attack Iran -By Steve Brown 1

The world has become so accustomed to US hubris, bluster, arrogance, and conceit, over so many years, most people accept even the most absurd statements coming from US State as a matter of course. But like the jester to the Court, informed opinion is aware that the United States is a spent force, incapable of carrying out its hollow threats versus Iran.  And here’s why.

Global alliances have shifted

52.jpg

Turkey has defacto announced its withdrawal from NATO, by its purchase of S-400 missiles.

87.jpg

That purchase and collaboration with Russia guarantees its departure from NATO, even if Turkey has not publicly announced such a withdrawal.  Furthermore, while Turkey’s military bases host US aircraft and operations, Turkey says it will not allow its bases to be used in any attack on Iran, by the US.

Iraq, an ally of Iran, has likewise stated that it will not allow its territory to be used as a base for attacking Iran.

210.jpg

Next, Imran Khan’s Pakistan has moved away from its alliance with the US to court China. China is Pakistan’s largest trading partner, and China has guaranteed security to Pakistan for Kashmir. Thus, no bases in Pakistan will be provided to the United States for any attack on Iran.

xi-jinping-and-imran-khan.jpg
Imran Khan (Left), PM of the Islamic of Pakistan with Xi Jinping, president of the People’s Republic of China.

China and Russia have warned Washington too that it must not attack Iran. Iran has guarantees from Russia, China, Pakistan, Turkey, and even Japan and India that its economic future is secure… despite US sanctions.

So, only Saudia remains as a host for US aggression versus Iran.  But Saudia has much to lose by hosting US aggression, especially with Russia pushing OPEC+.  And even the largely defunct Arab League opposesUS aggression versus Iran, from any Saudi base.

Iran will fight back

byt

Next, consider the military force that Iran has at its disposal. From the Grad to the Kornet, expect an announcement soon that S-400’s and other advanced armaments will be provided to Iran to ensure its right to defend itself.

002.jpg

p2.jpg

That, in conjunction with an already formidable array of defensive weapons to secure Iran’s borders and sea lanes will guarantee a formidable defense.

The former United States cannot afford another new war

While the Federal Reserve may print the USD at will, a new war – especially a major war versus Iran – will weaken the US economically, despite the gamed casino numbers we see daily from Wall Street.

If the US were to attack Iran, be sure that the oil market will be mightily affected, causing oil prices to surge exponentially. Indeed, such an oil price effect may be the prick needed to pop the multi-quadrillion inflated USD bubble of public debt and derivative speculation that can burst again… just as it burst in 2008-2009.  But this time when the financial collapse occurs, and as Donald Trump has warned, the new collapse will render the financial collapse of 2008-2009 to be a picnic.

The US is not capable of defeating Iran in a conventional war

No need to list the many failed US interventions of the past twenty years — whether in Iraq, Syria, Libya or Afghanistan… on that subject no further exploration is needed!

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist and historian of the monetary system and editor of Novus Confidential investigative reports.

Why The United States Will Not Attack Iran -By Steve Brown
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

4 commentaires sur “Why The United States Will Not Attack Iran -By Steve Brown

  1. Le monde s’est tellement habitué à l’hubris, à l’arrogance, à la vanité et à la vantardise des États-Unis que, depuis tant d’années, la plupart des gens acceptent d’emblée même les déclarations les plus absurdes venant de l’État américain. Mais comme le bouffon de la Cour, l’opinion informée est consciente que les États-Unis sont une force épuisée, incapable d’exécuter ses menaces creuses contre l’Iran. Et voilà pourquoi.

    Les alliances mondiales ont changé

    La Turquie a annoncé de facto son retrait de l’OTAN, par l’achat de missiles S-400.

    Cet achat et cette collaboration avec la Russie garantissent son départ de l’OTAN, même si la Turquie n’a pas annoncé publiquement un tel retrait. De plus, bien que les bases militaires turques accueillent des avions et des opérations américaines, la Turquie déclare qu’elle ne permettra pas que ses bases soient utilisées dans une attaque contre l’Iran, par les États-Unis.

    L’Irak, allié de l’Iran, a également déclaré qu’il ne permettrait pas que son territoire soit utilisé comme base pour attaquer l’Iran.

    Ensuite, le Pakistan d’Imran Khan s’est éloigné de son alliance avec les Etats-Unis pour courtiser la Chine. La Chine est le principal partenaire commercial du Pakistan, et la Chine a garanti la sécurité au Pakistan pour le Cachemire. Ainsi, aucune base au Pakistan ne sera fournie aux États-Unis pour une attaque contre l’Iran.

    La Chine et la Russie ont également averti Washington qu’elle ne doit pas attaquer l’Iran. L’Iran a des garanties de la Russie, de la Chine, du Pakistan, de la Turquie, et même du Japon et de l’Inde que son avenir économique est assuré… malgré les sanctions américaines.

    Seule l’Arabie Saoudite reste donc l’hôte de l’agression américaine contre l’Iran. Mais l’Arabie Saoudite a beaucoup à perdre en accueillant l’agression américaine, surtout avec la Russie qui pousse l’OPEP+. Et même la Ligue arabe en grande partie disparue s’oppose à l’agression des États-Unis contre l’Iran, quelle que soit sa base saoudienne.

    L’Iran ripostera

    Ensuite, considérons la force militaire dont dispose l’Iran. Du Grad au Kornet, attendez-vous à ce qu’on annonce bientôt que des S-400 et d’autres armements avancés seront fournis à l’Iran pour garantir son droit à se défendre.

    Cela, combiné à un arsenal déjà formidable d’armes défensives pour sécuriser les frontières et les voies maritimes de l’Iran, garantira une défense redoutable.

    Les anciens Etats-Unis ne peuvent pas se permettre une nouvelle guerre

    Alors que la Réserve fédérale peut imprimer le dollar à volonté, une nouvelle guerre – en particulier une guerre majeure contre l’Iran – affaiblira l’économie américaine, malgré les chiffres des casinos en ligne que nous voyons quotidiennement depuis Wall Street.

    Si les Etats-Unis attaquent l’Iran, assurez-vous que le marché pétrolier sera fortement affecté, provoquant une flambée exponentielle des prix du pétrole. En effet, un tel effet de prix du pétrole pourrait bien être la piqûre nécessaire pour faire éclater la bulle de plusieurs millions de dollars de dette publique et de spéculation sur les produits dérivés qui pourrait éclater à nouveau… tout comme elle a éclaté en 2008-2009. Mais cette fois-ci, lorsque l’effondrement financier se produira, et comme Donald Trump l’a prévenu, le nouvel effondrement fera de l’effondrement financier de 2008-2009 un pique nique.

    Les Etats-Unis ne sont pas capables de vaincre l’Iran dans une guerre conventionnelle.

    Inutile d’énumérer les nombreuses interventions américaines qui ont échoué au cours des vingt dernières années – que ce soit en Irak, en Syrie, en Libye ou en Afghanistan… à ce sujet, aucune exploration supplémentaire n’est nécessaire !

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch), éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques de la fiducie monétaire depuis 1913 ” ; Steve est un activiste anti-guerre et historien du système monétaire et rédacteur en chef de Novus Confidential Investigative Reports.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.