How the US Isolated Itself on Iran, and Trump’s Pullback - By Steve Brown 1

It was the duplicity of the former United States that caused it to withdraw from the JCPOA agreement — not any violation of that agreement by Iran. And it is the United States that provoked Iran to the verge of war.  It is the United States Treasury too, that presses crippling economic sanctions on Iran – not the other way around.

 

Indeed, the United States has been on a collision course with Iran since 1979… forty years in the making.  Yet despite having forty years to get it right, in typical fashion, the bumbling actions of the current Trump regime prove that America never had any cogent Iran Policy at all.

op.jpg
Operation Eagle Claw in 1979: a total failure…

This time, there is no “coalition of the willing” to posture and pretend that the US has many and varied allies engaged in some just cause to rid the world of evil, as it proclaimed in 1994 versus North Korea, and 2003 versus Iraq.  Apparently, the Marshall Islands, Micronesia, Palau and Solomon Islands have no real grievance versus Iran right now.

In Iraq’s case, the first and second gulf war said much more about US strategic asset Saddam Hussein and his unworthiness as an opponent, than it did about US military prowess.

op2.jpg
The Fall of Baghdad, 2003

And subsequent to Saddam’s demise, the asymmetrical fiasco in Iraq even caused Donald Trump to publicly mouth innocuous vote-getting statements about that pointless adventure,noting that the US military’s pointless provocation in Iraq has actually empowered Iran in Iraq . (More on that later.)

Today, the challenge posed by Iran in the Middle East is far different than Saddam Hussein’s; even though like Saddam, Iran does not pose any real existential ‘threat’ to the USA. The true threat is that a rogue superpower with a military on steroids may yet again plunge the Middle East into a full-scale nefarious war, for no reason at all.

Evidently however, Trump has only stumbled his way into the role of host body for the Neocons, since just ten minutes prior to pulling the trigger to consummate the Neocon’s wet dream for war withIran, Trump had … er, well …  other ideas.

And despite the farcical nature of the foregoing – which the major media and US publicapparently swallowed whole – it is worth considering that Trump’s reversal was the result of something more than whim,more than incompetence, or indecision, or dereliction of duty …. or even as a setup for an election campaign stunt.

As Conan Doyle wrote, “When you have eliminated the impossible, whatever remains, however improbable, must be the truth.”  We know that Trump’s sudden change of heart based on “proportionality” of retaliation, is an impossibility. The idea that he would stay his hand over one hundred dead in the attack – if that may be believed – is an impossibility. That the stunt was engineered as a campaign gimmick for his base is an impossibility too, even if Trump leveraged the event later on to his favour, in that regard.

For Israel or Saudi to have engineered the showdown is impossible as well, since all sides agree that Iran shot down the US RQ-4 with a Raad v3 missile.  (First time ever reported downing of an RQ-4 by hostile fire. -ed)

op3.jpg
RQ-4A Shot Down above the Arab-Persian Gulf

So, what’s left to say about the stay on the US strike on Iran?  Oil prices?  No. The US fracking industry benefits mightily from higher oil prices. A war-inspired market crash?  Nonsense, Wall Street profits from new wars, and the DJIA is at an all-time high, despite any bad geopolitical news reported by the media to date.

Likewise impossible is the notion that a Defense Intelligence Agency report on Blowback from the attack would ‘suddenly appear’ before the US president to scupper things at the last moment.  US intelligence has known for years that Iran has capable allies in Lebanon, Syria, Iraq, Yemen, Afghanistan and the Palestinian territories, and has typically ignored those capabilities. Hence the bloody nose Israel received in its 2006 Lebanon war versus Hezbollah.

op0.jpg
Lebanese Hezbollah fighters with a medium range rocket

 

And even if the DIA did consider Iran’s proxies to be a threat to the US and Israel in the prosecution of their new war(and thus stop the US attack) that certainly would have becomean issue long before “planes were in the air” to strike Iran.

So, what is left to truly consider? What’s left is US isolation in the world, especially in the Middle East. Because the US can only engage in a major new war versus Iran via a suitable logistical base in the region – a base that it does not have. A carrier or two presentin the Gulf of Oman just won’t cut it. That the US will need a nation-state or large defendable region where a base can be established, to host its new military adventure, is a surety.

For the 2003 US Iraq invasion, that “large defendable region” was provided to the US militaryby the Kurdish Peshmerga in Northern Iraq , while the 2001 US invasion of Afghanistan was initially staged from a base in Pakistan.

Iran Strike Strategic map

mp7.jpeg

Afghanistan

a1.gif

Most likely candidate here would be to stage US air strikes on Iran from Bagram air base. But at this time Afghanistan seeks closer ties with Iran on trade; for example, to trade with India via Iran’s Chabahar port.

And while the US could stage air strikes from Bagram, to launch a ground attack from this region would be a virtual impossibility. That is, due to mountainous terrain and firmly entrenched and well-armed IRGC mountain troops, neighboring.

Furthermore, it is exceedingly likely that Dostum/Ghani would forbid any attack by the US on Iran from Afghanistan, that would result in a major new war.And note that Dostum is pushing for the removal of US troops from Afghanistan, including its air bases.

As a matter of conjecture, it is likely that the US presented Dostum / Ghani with an enticing “deal” to host US forces for staging their new war on Iran. And while initially accepting Trump’s deal, it is thought that with such high stakes for Afghanistan it would have ultimately been rejected. (An interesting bit of propaganda along these lines appears here.)

There is noise too from Trump about withdrawing from Afghanistan, but that eventuality is highly unlikely.

Turkmenistan

t1.jpg

 The “Hermit Kingdom” proves even more problematic for the US than Afghanistan, for attacking Iran.There is little infrastructure, no existing US air base, only a “secret base” proposed by various alt media sources. While such a base could be used for US harassment vs Iran, to initially stage a new US war versus Iran from Turkmenistan is exceedingly unlikely. Especially so, since Turkmenistan (a former Soviet republic) has very close relations with China, and China has already warned the US to refrain from attacking Iran.

Pakistan

pakistan-map.gif

Imran Khan has sought close ties to Iran, and agreed to mutual border protection.

US State is so concerned with Khan and his shifting alliance to Iran and China, the department recently released a counterto allegations re deteriorating US – Pak relations.

Based on its history and current leadership, Pakistan will not allow the United States to use Pakistan as a base for a ground war versus Iran.

United Arab Emirates

e1.jpg

The US RQ-4 shot down by Iran on June 19thwas launched from the UAE via a US military base there. This base is alleged to be devoted to US action versus ISIL, but is thought to be a major US base for reconnaissance on Iran.

The UAE is hostile to Iran, but has no land bridge with Iran, being directly across the Strait of Hormuz. Its location on the strait would certainly close the Strait in a full blown US war, for which the UAE would be blamed as an accomplice.  The UAE has trade relations with Arab states too, that prevent it from being used as initial staging for a US war of aggression versus Iran.

It may be reasonably conjectured that the UAE agreed to allow US harassment strikes on Iran from its airfield there, but then withdrew that agreement abruptly.

Saudi Arabia

a2.gif

Saudi Arabia is an ally of the US only for financial reasons, and a sworn enemy of Iran. Recently Saudi Arabia turned to China in an attempt to broaden trade and diversify its economy. Saudi Arabia must look to the future despite its cold war with Iran, and maintain reasonable relations with other Arab states.

Besides having no land mass directly adjacent to Iran, and based on its history, for Saudi Arabia to host US troops undertaking a war of aggression versus Iran, is a virtual impossibility at this time.

Iraq

I1.gif

Iraq has a significant history with the US military and has lost many thousands of its people to war and sanctions imposed on it by the United States. Even though the US has a significant presence in Iraq and many US bases still present there, the Iraqi government has on numerous occasions expressed its desire that the US’s 5,200 troops leave the country.

Recently, the call for US troops to leave Iraq has become more vocal and pronounced. Analyst consensus is of course that the US continues to occupy Iraq as a means to counter Iran’s influence in the country and elsewhere.

Iraq has a strong majority who nowfavour Iran, for trade and cultural reasons.  Iraq has significant trade with Iran, and Iran leverages that trade in oil and electricity, to evade punishing US sanctions.

Many militias operate in Iraq, supportive of Iran, and anti-US. These militias are well-armed and battle-tested, and that the US would stage a war versus Iran from Iraq would be quite alarming to the populace generally, resulting in serious retaliation in Iraq, versus US forces.

So, while the US still has a significant presence in Iraq, a US attack and war on Iran based in Iraq would likely result in serious and immediate setbacks for the US.

Syria

s1.gif

Syria has no land border with Iran.In spite of Syrian objections, the US does host air bases to protect the terrorist region of al Tanf, and in Manbij. US harassment raids on Iran could be launched from these bases, but a ground war could not be launched.

Conclusion

The United States has isolated itself in its war on Iran. No other nation or nations of any repute concur with the Neocon’s crazy assertions that Iran provoked a fight, when it is so blatantly clear that the Trump regime provoked that fight.

There is no nation that will stand with the United States in perpetrating and perpetuating a new war of aggression in the Middle East versus Iran, based on the poppycock that Washington produces.

As for Trump’s pullback, the most likely scenario is that some technical issue occurred with the carrier – for example being directly in the line of fire, should Iran respond to this US aggression – or that a promised secret alliance to host an all-out war fell through at the last moment.  Certainly, the idea that anyone in US leadership would ever balk at the idea of killing anyone with their military, is in the realm of complete fantasy.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: The Road to War” (sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Empire By Terror” (Duran, Strategika51 contributor) antiwar activist and monetary system historian.

How the US Isolated Itself on Iran, and Trump’s Pullback – By Steve Brown
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

5 commentaires sur “How the US Isolated Itself on Iran, and Trump’s Pullback – By Steve Brown

  1. un peu courte comme analyse .
    comment croire qu’une attaque US contre l’Iran depuis l’Afghanistan ne provoquerait pas une réponse imédiate contre les bases US et les infrastructure pétrolière en Arabie Saoudite et en Iraq !

  2. traduction :
    Comment les États-Unis se sont isolés de l’Iran, et le recul de Trump’s – Par Steve Brown

    C’est la duplicité des anciens États-Unis qui l’a poussé à se retirer de l’accord de la JCPOA – et non une violation de cet accord par l’Iran. Et ce sont les États-Unis qui ont provoqué l’Iran au bord de la guerre. C’est également le Trésor américain qui impose des sanctions économiques paralysantes à l’Iran, et non l’inverse.

    En effet, les États-Unis sont sur une trajectoire de collision avec l’Iran depuis 1979… quarante ans de préparation. Pourtant, bien qu’ils aient eu quarante ans pour faire les choses correctement, de façon typique, les actions maladroites de l’actuel régime Trump prouvent que l’Amérique n’a jamais eu de politique iranienne convaincante du tout.

    Cette fois-ci, il n’y a pas de ” coalition de volontaires ” pour prétendre que les Etats-Unis ont des alliés nombreux et variés engagés dans une juste cause pour débarrasser le monde du mal, comme ils l’ont proclamé en 1994 contre la Corée du Nord, et en 2003 contre l’Irak. Apparemment, les Îles Marshall, la Micronésie, les Palaos et les Îles Salomon n’ont pas de véritable grief contre l’Iran en ce moment.

    Dans le cas de l’Irak, la première et la deuxième guerre du Golfe ont beaucoup plus parlé de l’atout stratégique américain Saddam Hussein et de son indignité en tant qu’adversaire, que des prouesses militaires américaines.

    Et après la disparition de Saddam, le fiasco asymétrique en Irak a même poussé Donald Trump à faire publiquement des déclarations inoffensives sur cette aventure inutile, notant que la provocation inutile de l’armée américaine en Irak a permis l’Iran en Irak . On en reparlera plus tard.

    Aujourd’hui, le défi posé par l’Iran au Moyen-Orient est très différent de celui de Saddam Hussein ; même si, comme Saddam, l’Iran ne constitue pas une véritable “menace” existentielle pour les États-Unis. La vraie menace, c’est qu’une superpuissance voyous avec une armée sous stéroïdes puisse à nouveau plonger le Moyen-Orient dans une guerre abominable à grande échelle, sans aucune raison.

    De toute évidence, cependant, Trump n’a fait que trébucher dans son rôle de corps d’accueil pour les Néocons, puisque juste dix minutes avant d’appuyer sur la gâchette pour consommer le rêve humide du Néocon pour la guerre avec Iran, Trump avait… euh, bien… d’autres idées.

    Et malgré la nature farfelue de ce qui précède – que les grands médias et les médias américains ont apparemment avalé en entier – il vaut la peine de considérer que le renversement de Trump était le résultat de quelque chose de plus qu’un caprice, plus que l’incompétence, ou l’indécision, ou le manquement au devoir … ou même comme un coup monté pour une campagne électorale.

    Comme l’a écrit Conan Doyle : “Quand on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité.” Nous savons que le changement soudain d’avis de Trump, basé sur la “proportionnalité” des représailles, est une impossibilité. L’idée qu’il resterait sa main sur une centaine de morts dans l’attaque – si l’on peut y croire – est une impossibilité. Qu’il s’agisse d’un gadget de campagne pour sa base est également impossible, même si Trump a profité de l’événement plus tard en sa faveur, à cet égard.

    Pour Israël ou l’Arabie Saoudite, l’affrontement est également impossible, car toutes les parties conviennent que l’Iran a abattu le RQ-4 américain avec un missile Raad v3. (C’est la première fois qu’un RQ-4 est abattu par un tir hostile. -ed)

    Alors, que reste-t-il à dire sur la suspension de l’attaque américaine contre l’Iran ? Le prix du pétrole ? Non. L’industrie américaine de la fracturation profite grandement de la hausse des prix du pétrole. Un krach boursier inspiré par la guerre ? N’importe quoi, Wall Street profite des nouvelles guerres, et le DJIA n’a jamais été aussi élevé, malgré toutes les mauvaises nouvelles géopolitiques rapportées par les médias à ce jour.

    De même, il est impossible qu’un rapport de la Defense Intelligence Agency sur le Blowback de l’attaque ” apparaisse soudain ” devant le président américain pour faire capoter les choses au dernier moment. Les services de renseignement américains savent depuis des années que l’Iran a des alliés compétents au Liban, en Syrie, en Irak, au Yémen, en Afghanistan et dans les territoires palestiniens, et qu’il ignore généralement ces capacités. D’où le nez sanglant qu’Israël a reçu lors de la guerre du Liban contre le Hezbollah en 2006.

    Et même si la DIA considérait les procurations de l’Iran comme une menace pour les Etats-Unis et Israël dans la poursuite de leur nouvelle guerre (et ainsi arrêter l’attaque américaine), cela serait certainement devenu un problème bien avant que des ” avions soient en vol ” pour frapper l’Iran.

    Alors, que reste-t-il à considérer ? Ce qui reste, c’est l’isolement des États-Unis dans le monde, en particulier au Moyen-Orient. Parce que les Etats-Unis ne peuvent s’engager dans une nouvelle guerre majeure contre l’Iran qu’avec une base logistique appropriée dans la région – une base dont ils ne disposent pas. Un ou deux porte-avions présents dans le golfe d’Oman ne suffiront pas. Que les Etats-Unis aient besoin d’un État-nation ou d’une grande région défendable où une base puisse être établie, pour accueillir leur nouvelle aventure militaire, est une certitude.

    Pour l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis en 2003, cette ” grande région défendable ” a été fournie à l’armée américaine par les Peshmergas kurdes dans le nord de l’Irak, tandis que l’invasion de l’Afghanistan par les Etats-Unis en 2001 s’est d’abord déroulée depuis une base au Pakistan.

    Iran Strike Carte stratégique

    Afghanistan

    Le candidat le plus probable ici serait d’organiser des frappes aériennes américaines sur l’Iran à partir de la base aérienne de Bagram. Mais à l’heure actuelle, l’Afghanistan cherche à resserrer ses liens commerciaux avec l’Iran, par exemple pour faire du commerce avec l’Inde via le port iranien de Chabahar.

    Et alors que les Etats-Unis pourraient lancer des frappes aériennes à partir de Bagram, lancer une attaque terrestre à partir de cette région serait une quasi-impossibilité. C’est-à-dire, en raison du terrain montagneux et des troupes de montagne des Gardiens de la révolution islamique solidement retranchées et bien armées, voisines.

    De plus, il est fort probable que Dostum/Ghani interdirait toute attaque des Etats-Unis contre l’Iran à partir de l’Afghanistan, ce qui entraînerait une nouvelle guerre majeure, et notez que Dostum fait pression pour le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, y compris ses bases aériennes.

    A titre de conjecture, il est probable que les Etats-Unis ont présenté à Dostum / Ghani un “accord” séduisant pour accueillir les forces américaines dans le cadre de leur nouvelle guerre contre l’Iran. Tout en acceptant initialement l’accord de Trump, on pense qu’avec des enjeux aussi importants pour l’Afghanistan, il aurait finalement été rejeté. (Une intéressante propagande en ce sens apparaît ici.)

    Il y a aussi des bruits venant de Trump au sujet du retrait de l’Afghanistan, mais cette éventualité est hautement improbable.

    Turkménistan

    Le “Royaume de l’Hermite” s’avère encore plus problématique pour les Etats-Unis que pour l’Afghanistan, pour attaquer l’Iran : peu d’infrastructures, pas de base aérienne américaine existante, seulement une “base secrète” proposée par divers médias substituts. Alors qu’une telle base pourrait être utilisée pour le harcèlement américain contre l’Iran, il est extrêmement improbable que le Turkménistan déclenche une nouvelle guerre américaine contre l’Iran. D’autant plus que le Turkménistan (ancienne république soviétique) entretient des relations très étroites avec la Chine et que celle-ci a déjà averti les Etats-Unis de ne pas attaquer l’Iran.

    Pakistan

    Imran Khan a cherché à établir des liens étroits avec l’Iran et a accepté la protection mutuelle des frontières.

    L’Etat américain est tellement préoccupé par Khan et son alliance changeante avec l’Iran et la Chine, que le département a récemment publié un contre-mémoire aux allégations concernant la détérioration des relations Etats-Unis – Pakistan.

    Compte tenu de son histoire et de son leadership actuel, le Pakistan ne permettra pas aux États-Unis d’utiliser le Pakistan comme base pour une guerre terrestre contre l’Iran.

    Émirats arabes unis

    Le RQ-4 américain abattu par l’Iran le 19 juin a été lancé depuis les EAU via une base militaire américaine. Cette base serait consacrée à l’action américaine contre l’ISIL, mais on pense qu’il s’agit d’une base américaine majeure pour la reconnaissance de l’Iran.

    Les EAU sont hostiles à l’Iran, mais n’ont pas de pont terrestre avec l’Iran, étant directement de l’autre côté du détroit d’Ormuz. Son emplacement dans le détroit fermerait certainement le détroit dans une guerre totale des Etats-Unis, dont les EAU seraient tenus responsables en tant que complices. Les Émirats arabes unis entretiennent également des relations commerciales avec les États arabes, ce qui les empêche d’être utilisés comme théâtre initial d’une guerre d’agression des États-Unis contre l’Iran.

    On peut raisonnablement supposer que les Émirats arabes unis ont accepté d’autoriser les frappes de harcèlement américaines contre l’Iran depuis son aérodrome, mais qu’ils ont ensuite retiré cet accord brusquement.

    Arabie saoudite

    L’Arabie saoudite n’est un allié des États-Unis que pour des raisons financières et un ennemi juré de l’Iran. Récemment, l’Arabie saoudite s’est tournée vers la Chine afin d’élargir ses échanges commerciaux et de diversifier son économie. L’Arabie saoudite doit se tourner vers l’avenir malgré sa guerre froide avec l’Iran et maintenir des relations raisonnables avec les autres États arabes.

    En plus de ne pas avoir de masse terrestre directement adjacente à l’Iran, et compte tenu de son histoire, il est pratiquement impossible pour l’Arabie saoudite d’accueillir des troupes américaines entreprenant une guerre d’agression contre l’Iran, pour le moment.

    Irak
    L’Irak a une longue histoire avec l’armée américaine et a perdu des milliers de personnes en raison de la guerre et des sanctions que lui ont imposées les États-Unis. Bien que les Etats-Unis aient une présence significative en Irak et que de nombreuses bases américaines y soient encore présentes, le gouvernement irakien a exprimé à de nombreuses reprises son souhait que les 5 200 soldats américains quittent le pays.

    Récemment, l’appel lancé aux troupes américaines pour qu’elles quittent l’Irak s’est fait plus véhément et plus prononcé. Le consensus des analystes est bien sûr que les États-Unis continuent d’occuper l’Irak comme moyen de contrer l’influence de l’Iran dans le pays et ailleurs.

    L’Irak a une forte majorité qui favorise maintenant l’Iran, pour des raisons commerciales et culturelles. L’Irak a d’importants échanges commerciaux avec l’Iran, et l’Iran tire parti de ce commerce du pétrole et de l’électricité pour échapper aux sanctions américaines.

    De nombreuses milices opèrent en Irak, soutiennent l’Iran et sont anti-américanisme Ces milices sont bien armées et testées au combat, et le fait que les États-Unis déclencheraient une guerre contre l’Iran à partir de l’Irak serait très alarmant pour la population en général, entraînant de graves représailles en Irak, contre les forces américaines.

    Ainsi, bien que les États-Unis aient toujours une présence importante en Irak, une attaque et une guerre des États-Unis contre l’Iran basé en Irak entraînerait probablement des revers sérieux et immédiats pour les États-Unis.

    Syrie
    La Syrie n’a pas de frontière terrestre avec l’Iran, et malgré les objections syriennes, les Etats-Unis abritent des bases aériennes pour protéger la région terroriste d’Al Tanf, et de Manbij. Les raids de harcèlement américains contre l’Iran pourraient être lancés à partir de ces bases, mais une guerre terrestre ne pourrait pas être lancée.

    Conclusion

    Les États-Unis se sont isolés dans leur guerre contre l’Iran. Aucune autre nation ou nation de renom n’est d’accord avec les affirmations folles des Néocon selon lesquelles l’Iran a provoqué un combat, alors qu’il est si évident que le régime Trump a provoqué ce combat.

    Il n’y a aucun pays qui se rangera du côté des États-Unis pour perpétrer et perpétuer une nouvelle guerre d’agression au Moyen-Orient contre l’Iran, fondée sur les balivernes que Washington produit.

    Quant au retrait de Trump, le scénario le plus probable est qu’un problème technique est survenu avec le transporteur – par exemple, être directement dans la ligne de tir, si l’Iran répond à cette agression américaine – ou qu’une alliance secrète promise pour accueillir une guerre totale a échoué au dernier moment. Certes, l’idée que n’importe quel dirigeant américain rechigne à l’idée de tuer n’importe qui avec son armée, est dans le domaine de la fantaisie totale.

    Steve Brown
    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : The Road to War” (sourcewatch) éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Empire By Terror” (Duran, collaborateur de Strategika51) activiste anti-guerre et historien du système monétaire.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  3. Article comme toujours de faible niveau lorsqu’il s’agit de Steve Brown. Il part d’un postulat qui est faux car il n’y a pas de guerre US envisagée contre l’Iran. Sont prévues des frappes et des opérations pour renverser le régime des mollahs et de l’ayatollah.
    On retrouve un peu trop d’articles de Steve Brown en ce moment sur Strategika51. Son anti trumpisme primaire et son anti sionisme biaisent toutes ses pseudo démonstrations.
    Merci de trouver de meilleures contributions que celles de Steve Brown, trop politiquement orientées.

  4. A mon humble avis pas la peine de speculer sur la faisabilite de la guerre des USA contre l Iran en étudient la logistique nécessaire pour un bombardement massif et une invasion terrestre ,simplement pcq l Iran a la capacité de neutraliser les navires agresseur ,rendre le detroit d ormuz interdit de navigation et bombarder les bases militaire US aux EAU et au Koweit et en KSA , seul des missiles nucléaire US massif sur plusieurs point névralgique Iranienne pourront peut etre contraindre Téhéran a la reddition (et encore ce n est pas sur ) victoire militaire a supposé mais de facto les conséquences plongera a coup sur l économie mondiale vers les abîmes vu la sensibilité de la region , le premier perdant c est le système monétaire $ wall street et la city , le Pentagone est un peu fou mais pas suicidaire au point d offrir sur un plateau ce cadeau a la chine et a la Russie ,la disparition du $ = a la disparition de la domination US sur le reste du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.