Des pilotes mercenaires en Libye 1

La Libye est devenue depuis quelques années un nouvel Eldorado pour les pilotes militaires du monde entier.

Les deux gouvernements rivaux en place en Libye utilisent sans vergogne des pilotes mercenaires venant de plus d’une cinquantaine de pays.

Ce travail est très bien rénuméré et assez facile puisque le cahier de charge ne comporte que des missions de bombardement d’infrastructures comme les ponts, les pistes d’atterrissage, les postes de télécommunications et même des portions d’autoroute dont la fameuse autoroute entre Tripoli et Benghazi, construite par la Corée du Sud du temps du régime Gaddafi et dont le contentieux jamais résolu amena la Corée du Sud a envoyer un navire de guerre pilonner symboliquement les côtes libyennes en plein guerre civile libyenne.

L’aviation de guerre libyenne du temps de Gaddafi était abandonnée en dépit du nombre incroyable d’avions de combat qu’elle disposait. Gaddafi avait acheté des Mig-21, des Mig-23 et des Mirage à la pelle. Des dizaines de ces appareils ont fini par être pillés par les milices armées. D’autres ont été revendus au marché noir. Certains ont été réhabilités avec l’aide de pays comme la Russie et l’Egypte avant de servir dans des opérations militaires. Ils étaient pilotés en général par de vieux pilotes retraités ayant acquis une formation dans les années 80 et beaucoup n’avaient plus les aptitudes physiques pour le pilotage, sans même parler du combat aérien. Beaucoup s’écrasèrent dès la première sortie ; d’autres furent abattus. Deux Mig-25 libyens furent remis en état et l’un d’eux fut perdu dès le premier vol d’essai parce que le pilote, un habitué des Mirage F1, avait voulu poussé l’appareil à une altitude trop basse. Une rumeur évoque des tirs hostiles. Jamais confirmée du reste. La Libye est une zone grise où tout peut être nié et confirmé en même temps.

Le général Khalifa Haftar, l’un des protagonistes de la guerre en cours en Libye a conclu un Accord avec l’Égypte pour la formation de nouveaux pilotes de guerre. Deux promotions sont en formation sur des Mig-21 mais ne seront pas opérationnels avant la fin 2020. En attendant, la demande en pilote a entraîné une véritable ruée vers l’or : des ex-pilotes, des pilotes et des agents ayant une couverture de pilote venant des quatre coins du monde accourent vers la Tripolitaine et la Cyrénaïque depuis des années.

Donc l’affaire du jeune pilote US Jamie Sponaugle, 31 ans, venu de Floride pour le compte de Misrata et dont le Dassault Mirage F1 a été abattu près de Tripoli, n’est pas vraiment une surprise. C’est comme l’autre Mirage abattu piloté par un ressortissant Équatorien (à moins qu’il s’agisse d’un français ayant de faux papiers équatoriens, ce qui est assez commun en la matière en Libye) pour le compte de Haftar ou encore des Ukrainiens pilotant des Mig-23 rénovés pour le compte des deux gouvernements.

Ceci n’a jamais été un secret.

Des pilotes mercenaires en Libye
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

7 commentaires sur “Des pilotes mercenaires en Libye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.