Libya’s Civil War, the New Crisis 1

Besides Syria, the US-inspired ‘Arab Spring’ has resulted in ongoing chaos for Libya, with the oil-rich state still in play, contested between Sarraj’s GNA and Haftar’s Libyan National Army.

Only marginally reported in the west, former Gaddafi lieutenant Haftar suffered a major setback on the 27th of June when the pro-GNA Gharyan Protection Force seized Haftar’s HQ in Gharayan, forcing the LNA to a defensive posture, thus a serious setback for the LNA overall.

Now Haftar’s LNA is busily attempting to re-take its former HQ in Gharayan. Haftar’s setback in Gharayan is just subsequent to Turkey supplying reinforcement weaponry to Sarraj’s GNA, by boat and by air. 

Turkey supports the GNA due to its bootleg oil deals in Misrata (offshore oil). Turkey purchases oil at a steep discount from Misrata, when compared to the Libyan National Oil Company’s board prices. The foregoing is especially important to Turkey now, since the United States Treasury ended Turkey’s exemption for Iranian oil purchases.

While Haftar militarily controls much of the east, including the major El Sharara and El Feel oilfields, he is forced to leave production output proceeds to the centralized Libyan National Oil Company. The proceeds of those oil sales still fall to the Tripoli Central Bank, which claims to distribute oil purchase receipts fairly to both sides. 

Haftar claims not so, and has thus attempted to setup a rival NOC. He has met with little success. It is believed that Turkey will be forced to pay far higher prices for Haftar’s eastern Libyan NOC oil than it does forbootleg oil received from Misrata rebels, so Turkey has a direct interest in seeing the back of Haftar, and the LNA. 

And that is at the heart of the Libyan conflict where Turkey is concerned. Because if Misrata fell to Haftar and the LNA, Turkey would be forced to pay far higher prices for Libyan oil.  Meanwhile the GNA is furiously attempting to reinforce its win over Haftar in Cyrenaica.

Unlike Syria where the US has a staunch ally in the YPG, the US has no real political presence in Libya, and only supplies military hardware to both sides. No doubt the Russian Federation sees the power vacuum in Libya as an opportunity, while the United States leadership grandstands elsewhere.

Of course, Libya possesses significant oil reserves and if the Russian Federation can stabilize and support the most powerful faction for a win in Libya, that would certainly be a geopolitical feather in the cap.

While the Russian leadership has backed Haftar to date over Sarraj and the GNA, Haftar is quite an old man and widely distrusted in western Libya. This seven month old article postulates potential Russian support for Saif al Islam in a bid for Libyan power.(see link)

A controversial character, and wanted for trial in Libya and by the ICC, nevertheless Saif al Islam is a charismatic personality, with a large faction – especially in western Libya – willing and ready to support his leadership gambit. Saif al Islam has called for national elections since early 2019, but the elections have been delayed, due to serious clashes between Libyan political factions.

Now with the LNA’s loss of Gharayan, the US-inspired civil war in Libya is likely to rage again. A fascinating and little-reported adjunct to this (ie not reported at all in the major media) is the situation with mercenary pilots, flying and fighting in Libya.   

The GNA and LNA both employ mercenary pilots, frequently under bizarre circumstances, even though the basic goal of destroying infrastructure from the air is the same as in any war.

Seldom addressed by the media, Gaddafi’s ‘left behind’ air force consists of many MIG-21’s, MIG-23’s and Mirage F1’s.  But since neither Haftar or Sarraj have a real Libyan air force, mercenary pilots are a hot commodity there.

Libya’s Civil War, the New Crisis 2

As the Libyan air war heats up, the war planes of the former regime are flown by the aforementioned mercenary pilots, and hired by both sides. These retired pilots were of course trained by various armed forces some years ago, and some do not have adequate recent experience in air combat. 

According to Strategika51: “Of two rescued and refurbished MiG-25’s, one was lost on its test flight by a Mirage pilot unfamiliar with the Mig-25, who stalled at a low altitude. Rumor says that crash related to hostile fire, but nothing in Libya can be confirmed, and everything can be denied.”

For reasons unknown, the western media has been loathe to report on the Soldier of Fortune pilots in Libya, perhaps since that entrepreneurial brief fits so well with the concept of free market warfare.

One exception to that reporting is the case of Jamie Sponaugle, a former USAF pilot, hired by the GNA but shot down in a Mirage F-1 by Haftar’s forces, and lucky to be alive.

The bottom line for Libya is that US-inspired interventionism has led to a complex ever-shifting landscape, a kaleidoscope of alliances and belligerents that affect far more than oil markets or hedge funds.

The struggle for Libya is to find some semblance of national unity, despite the ever-increasing pressure of geopolitical gaming, that must one day spiral out of control.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: The Road to War” (sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Empire By Terror” (Duran, Strategika51 contributor) antiwar activist and monetary system historian.

Libya’s Civil War, the New Crisis
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

3 commentaires sur “Libya’s Civil War, the New Crisis

  1. La guerre civile en Libye, la nouvelle crise

    Outre la Syrie, le ” printemps arabe ” inspiré par les Etats-Unis a entraîné un chaos permanent pour la Libye, l’Etat riche en pétrole étant toujours en jeu, entre le GNA de Sarraj et l’armée nationale libyenne de Haftar.

    L’ancien lieutenant Kadhafi Haftar a subi un revers majeur le 27 juin, lorsque la Force de protection ghanéenne pro-GNA a pris le QG de Haftar au Gharayan, forçant la LNA à adopter une position défensive, ce qui constitue un grave revers pour l’ensemble de la LNA.

    Aujourd’hui, le LNA de Haftar tente activement de reprendre son ancien QG au Gharayan. Le revers de Haftar au Gharayan fait suite à la fourniture par la Turquie d’armes de renfort à GNA de Sarraj, par bateau et par avion.

    La Turquie soutient la GNA en raison de ses opérations pétrolières pirates à Misrata (pétrole offshore). La Turquie achète du pétrole à un rabais important à Misrata, par rapport aux prix du conseil d’administration de la compagnie pétrolière nationale libyenne. Ce qui précède est particulièrement important pour la Turquie aujourd’hui, puisque le Trésor américain a mis fin à l’exemption de la Turquie pour les achats de pétrole iranien.

    Alors que Haftar contrôle militairement une grande partie de l’est du pays, y compris les grands champs pétrolifères d’El Sharara et d’El Feel, il est contraint de laisser le produit de la production à la compagnie pétrolière nationale libyenne centralisée. Le produit de ces ventes de pétrole revient toujours à la Banque centrale de Tripoli, qui prétend distribuer équitablement les reçus d’achat de pétrole aux deux parties.

    Haftar affirme le contraire et a donc tenté de mettre sur pied un CNO rival. Il n’a eu que peu de succès.

    On pense que la Turquie sera forcée de payer des prix beaucoup plus élevés pour le pétrole du NOC de Haftar en Libye orientale qu’elle ne le fait pour le pétrole en provenance des rebelles de Misrata, donc la Turquie a un intérêt direct à agir dans le dos de Haftar, et le LNA.

    Et c’est là le cœur du conflit libyen en ce qui concerne la Turquie. Parce que si Misrata tombait sur Haftar et la LNA, la Turquie serait obligée de payer des prix beaucoup plus élevés pour le pétrole libyen. Pendant ce temps, GNA tente de renforcer sa victoire sur Haftar en Cyrénaïque.

    Contrairement à la Syrie où les Etats-Unis ont un allié solide au sein du GPJ, les Etats-Unis n’ont pas de véritable présence politique en Libye, et ne fournissent que du matériel militaire aux deux parties. Il ne fait aucun doute que la Fédération de Russie voit dans le vide du pouvoir en Libye une opportunité, tandis que les États-Unis occupent une place de premier plan ailleurs.

    Bien sûr, la Libye possède d’importantes réserves de pétrole et si la Fédération de Russie peut stabiliser et soutenir la faction la plus puissante pour une victoire en Libye, ce serait certainement une plume géopolitique dans le plafond.

    Alors que les dirigeants russes ont soutenu Haftar jusqu’à présent sur Sarraj et la GNA, Haftar est un homme assez âgé et largement méfiant envers la Libye occidentale. Cet article publié il y a sept mois postule un soutien potentiel de la Russie à Saif al Islam dans une tentative d’accession au pouvoir libyen (voir lien).

    Personnage controversé et recherché pour un procès en Libye et par la CPI, Saif al Islam est néanmoins une personnalité charismatique, avec une grande faction – surtout dans l’ouest de la Libye – prête à soutenir sa stratégie de leadership. Saif al Islam a convoqué des élections nationales depuis le début de 2019, mais les élections ont été retardées en raison de graves affrontements entre les factions politiques libyennes.

    Aujourd’hui, avec la perte du Gharayan par la LNA, la guerre civile d’inspiration américaine en Libye risque de faire à nouveau rage. La situation des pilotes mercenaires qui volent et combattent en Libye est un complément fascinant et peu médiatisé (c’est-à-dire qui n’a pas été rapporté du tout dans les grands médias).

    La GNA et la LNA emploient toutes deux des pilotes mercenaires, souvent dans des circonstances bizarres, même si l’objectif fondamental de détruire l’infrastructure aérienne est le même que dans toute guerre.

    Rarement abordée par les médias, l’armée de l’air ” laissée pour compte ” par Kadhafi est composée de nombreux MIG-21, MIG-23 et Mirage F1. Mais comme ni Haftar ni Sarraj n’ont une véritable armée de l’air libyenne, les pilotes mercenaires y sont une marchandise très prisée.

    Alors que la guerre aérienne libyenne s’intensifie, les avions de guerre de l’ancien régime sont pilotés par les pilotes mercenaires susmentionnés et engagés par les deux parties. Ces pilotes à la retraite ont bien sûr été formés par diverses forces armées il y a quelques années, et certains n’ont pas une expérience récente adéquate du combat aérien.

    Selon Strategika51 : ” Sur deux MiG-25 sauvés et remis à neuf, l’un a été perdu lors de son vol d’essai par un pilote de Mirage peu familier avec le MiG-25, qui a décroché à basse altitude. La rumeur dit que l’accident est lié à des tirs hostiles, mais rien en Libye ne peut être confirmé, et tout peut être nié.”

    Pour des raisons inconnues, les médias occidentaux détestent rendre compte des pilotes du Soldat de Fortune en Libye, peut-être parce que ce dossier d’entrepreneuriat cadre si bien avec le concept de guerre de marché libre.

    Une exception à ce reportage est le cas de Jamie Sponaugle, un ancien pilote de l’USAF, engagé par la GNA mais abattu dans un Mirage F-1 par les forces de Haftar, et chanceux d’être vivant.

    L’essentiel pour la Libye est que l’interventionnisme d’inspiration américaine a conduit à un paysage complexe en constante évolution, un kaléidoscope d’alliances et de belligérants qui affectent bien plus que les marchés pétroliers ou les hedge funds.

    La lutte pour la Libye est de trouver un semblant d’unité nationale, malgré la pression sans cesse croissante des jeux géopolitiques, qui doivent un jour devenir incontrôlables.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : The Road to War” (sourcewatch) éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Empire By Terror” (Duran, collaborateur de Strategika51) activiste anti-guerre et historien du système monétaire.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.