Analysis

Syrian War Report-July 3 2019 (South Front)

Publicités

4 Replies to “Syrian War Report-July 3 2019 (South Front)

  1. traduction :
    Le Front national de libération (NFL), soutenu par la Turquie, a mené une série d’attaques avec délit de fuite et de tirs de missiles guidés antichars contre les troupes gouvernementales dans le nord de Lattaquié et de Hama.

    Selon certaines informations, au moins cinq soldats de l’armée arabe syrienne (SAA) ont été tués dans la zone de Jabal al-Akrad et une position de mitrailleuse de 14,5 mm a été détruite par un ATGM à al-Karakat. Les unités de la NFL et leurs alliés ont bombardé Kinsaba, al-Huraka, al-Reym et Safsara. Dans le même temps, le Parti islamique turc (TIP) a déployé des renforts supplémentaires, dont au moins 5 véhicules équipés d’armes sur une ligne de front au nord de Kafr Nabudah.

    Un autre groupe pro-turc, la Brigade Hamza, a affirmé qu’elle avait repoussé une attaque limitée de la SAA dans le quartier al-Daghibalis à l’ouest d’al-Bab.

    Alors que la situation actuelle aux lignes de front le long de la zone de désescalade de l’Idlib est relativement calme et qu’aucune partie ne mène d’opérations offensives de grande envergure, le niveau élevé des tensions entre la SAA et les militants soutenus par la Turquie montre qu’une nouvelle série d’hostilités peut éclater à tout instant.

    Les unités d’artillerie des Forces armées turques (TAF) ont bombardé les positions des unités de protection du peuple kurde (YPG) près de Tel Rifaat et Maranaz dans le nord d’Alep. Ces frappes ne sont qu’un autre signe de l’incapacité des TAF à sécuriser la région occupée de l’Afrique, où les cellules liées au YPG attaquent constamment les cibles turques.

    Israël se prépare à son éventuelle implication militaire dans toute escalade de la confrontation entre l’Iran et les États-Unis dans le Golfe, a déclaré le 2 juillet le ministre des Affaires étrangères Yisrael Katz.

    Il faut tenir compte du fait que les calculs erronés du régime (iranien)… sont susceptibles d’entraîner le passage de la ” zone grise ” à la ” zone rouge ” – c’est-à-dire une conflagration militaire “, a-t-il affirmé dans un discours à la Conférence d’Herzliya.

    La veille, le président de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien, Mojtaba Zolnour, avait averti les États-Unis que s’il attaquait l’Iran, Israël serait détruit en une demi-heure.

    L’administration de Trump n’a pas réagi par des moyens militaires à la fusillade de Global Hawk sur le détroit d’Ormuz par l’Iran, mais a continué son renforcement militaire dans la région. Tout récemment, un détachement de jets furtifs F-22 a été déployé au Qatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.