US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 1

If Washington’s goal was to pressure and isolate China by targeting smartphone giant Huawei, it seems to have accomplished the exact opposite. In the process, the US has only accomplished in exposing its own growing weakness and unreliability as a trade partner amid a much wider, misguided and mismanaged “trade war.”

While we’re only talking about smartphones and economic competition, however fierce, the outcome of this smartphone battle amid a much wider trade war will have an impact on global power and who wields it in the years to come.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 2
Huawei P30 Pro Black

Losing Ungracefully  

By May 2019, Huawei had firmly climbed to the number two spot in global smartphone sales at the expense of US-based Apple. By the first quarter of 2019 it had shipped 59.1 million phones compared to Apple, now third place, at between 36-43 million phones, IDC (International Data Corporation) reported.

IDC and many other articles based on its data would note that while Huawei and Apple have traded places in the past over who held second place among global smartphone sales, Huawei’s ascension this time seemed much more permanent.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 3
Apple Iphone X Silver
US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 4
Apple Iphone X Black
US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 5
Huawei Mate 20 Pro

Those watching the trajectory and inner workings of both tech giants will have noticed Apple’s decline as endemic internal management problems coupled with growing global competition tattered its reputation and consumer appeal.

Was it just a coincidence that just as first quarter sales data emerged, the US announced one of its more dramatic turns amid its wider trade war with China? The Trump administration would announce a ban on all American-made goods to Huawei including microchips made by Intel and Qualcomm as well as the Android operating system (OS) made by US tech giant Google.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 6

Coupled with this move was a public relations blitz across the US media and their partners working within nations moving closer to China. In Thailand, for example, local media trained and influenced by US interests attempted to undermine consumer confidence in Huawei in the wake of US sanctions against the company.

This one-two punch was a partial success. Sales did slump and Huawei was faced with significant obstacles. But significant obstacles are not the same as insurmountable obstacles, and overcoming obstacles is often how true competitors strengthen themselves.

What Doesn’t Kill You Makes You Stronger 

For Huawei, a tech giant integral to China’s wider economic and political success upon the global stage, it has all the resources and support it needs to weather the toughest of storms.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 7
Huawei Mate 10 with Leica camera

In the wake of US sanctions, and even in the lead up to them, Huawei has begun to source critical parts from non-US companies. It is also investing significantly in its own in-house alternatives to US manufactured microchips and even in an alternative OS to replace Android.

Digital Trends in its article “Huawei’s Android-alternative operating system: Everything you need to know,” helps illustrate just how determined Huawei is to overcome these obstacles.

The fact that work on the OS supposedly began as early as 2018 indicates that Huawei executives are under no illusions regarding American goodwill. If America is to play nicely with Huawei and other Chinese companies, it will be because Huawei and other Chinese companies took steps leaving the US no other choice but to do so.

Android is an open source OS. This means that its code is free for all developers to access and use. It was the key to Android’s wide success, and thus Google’s domination of the smartphone OS market, but it is also a weakpoint in Google and the US government’s attempts to hobble Huawei.

Huawei’s alternative OS will be compatible with the open source Android system. Android applications can still be downloaded and used on a Huawei phone running Huawei’s OS, but instead of doing so through Google’s online application store, it will be done through Huawei’s.

As some media have pointed out, this means that Huawei’s setbacks by being restricted from Android will only be temporary. Long-term, Google stands to lose tens of millions, if not hundreds of millions of customers who will instead be using Huawei’s alternatives.

Google could even lose its dominion over smartphone OS development if Huawei made its own alternative as accessible and as appealing as Android, minus the political and economic threats aimed at nations Washington finds displeasing.

Maybe this is why the US appears to be backing off (for now), if only partially, from its initial threats against Huawei. Nothing the US is doing to Huawei actually addresses why US companies themselves are losing the smartphone war to begin with. Should companies like Huawei overcome what little leverage the US still has over global telecom tech, it will have a stronger smartphone product coupled with stronger, alternative infrastructure out of reach of US influence.

In efforts to isolate China, the US may be succeeding in only isolating itself.

US Threats Undermine Confidence in the US, Not China  

Other nations needed little imagination to realise that if the US could target Chinese companies simply for outcompeting American corporations, they could easily find themselves next. This has made them sympathetic to China’s current challenges.

While media influenced by the US in various nations have aided US efforts to undermine China’s Huawei, the nations themselves have not.

In Thailand, for example, the Thai government has moved forward with plans to partner with Huawei to develop its national 5G network despite mounting pressure not to from the US, NPR would report.

Huawei is still a popular brand in Thai markets, in third place behind Oppo (also a Chinese brand) and Samsung, Bangkok Post reported

Thai government agencies have been assuring consumers that US sanctions will not impact Huawei goods sold in Thailand in the short-term, while Huawei takes steps to ensure there will be no impact in the long-term.

Since Huawei is not the first Chinese tech company targeted by the US in such a manner, and with other Chinese-made smartphones becoming popular in nations like Thailand (Oppo for example), China as a nation will only pour further resources in protecting Chinese companies from the coercive measures taken by the US.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 8
OPPO F11 Pro

Other nations are not only sympathetic toward Chinese efforts, they themselves will likely take similar measures regarding their own industries.

The ongoing trade war with China is not the only example of economic warfare used by the US. We see much more extreme examples of US economic warfare aimed at Iran and Venezuela.

Growing US pressure placed on Russia is another example. The US has even gone as far as threatening nations like Germany with sanctions for moving ahead with a German-Russian pipeline (Nord Stream 2).

The US has revealed itself as an unreliable trade partner, bitter at any prospect of competition or genuine cooperation. Amid its trade war with China it has pressured its own allies to hamper trade with China, a move that benefits China’s trade partners in no conceivable way. The US is willing to do anything to anyone to cling to global economic supremacy and the power that stems from holding it in its own hands. Sharing it with China and Russia or even its own allies in Europe and East Asia dilutes both the potency of that power, and its ability to weild it with potent impunity.

False Pretexts Aren’t Just for Hot Wars

The US regularly uses false pretexts to launch its many real wars around the globe.

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas 9
This famous picture does not need a single comment !

Fabrications regarding “weapons of mass destruction” were used to justify the US invasion and occupation of Iraq in 2003. Disingenuous humanitarian concerns regarding imaginary abuses were used to justify the US military intervention in Libya. Serial but baseless accusations over chemical weapon use has been used to justify US military intervention in Syria.

But fabricating justifications to go off to war isn’t reserved merely for hot wars. The US is citing supposed security concerns to target China’s Huawei, coincidentally just as it permanently overtakes US-based Apple in global smartphone sales, and amid a wider trade war built on entirely different (but also fabricated) claims.

The fact that the US is lying about its motivations to target Huawei should be another warning to Beijing over the trustworthiness of the current circles dominating US economic and political power. It should also be a warning to the rest of the world when doing business with the US.

A robust strategy must be adopted by nations and between nations to protect themselves from the still potent and disruptive power the US holds over global economics.

Whether it is attempts by the US to undermine confidence in a nation’s economy, smear a nation’s tourism industry, attempts to reverse the global success of companies like Huawei or even sabotage energy deals made by the US’ own allies with nations Washington considers adversaries, what amounts to highly dangerous American-led economic warfare remains a critical threat to global peace and stability.

Strategies for protecting national industries by developing domestic industrial capacity and relying less on sourcing critical components from unreliable partners like the US is essential. So is protecting bilateral trade through the creation of financial exchange systems out of reach of US sanctions. Being able to counter Washington’s manufactured narratives used to justify its coercive economic behavior is also key.

Just as growing military prowess and unity of purpose among Eurasian nations have helped impede the growing number of America’s many and very destructive real wars, similar economic prowess and unity of purpose will be required to stifle America’s likewise disruptive economic warfare waged globally.

Huawei’s success or failure serves as a weather vane indicating in just what direction this balance of power is headed.

Joseph Thomas

Joseph Thomas is chief editor of Thailand-based geopolitical journal, The New Atlas and contributor to the online magazine “New Eastern Outlook”.

Sirect link to the source: http://landdestroyer.blogspot.com/2019/07/us-vs-china-smartphone-wars.html?m=1

US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

2 commentaires sur “US vs China: Smartphone Wars- by Joseph Thomas

  1. traduction :
    Si l’objectif de Washington était de faire pression et d’isoler la Chine en ciblant le géant des smartphones Huawei, il semble avoir accompli exactement le contraire. Dans le processus, les États-Unis ont seulement réussi à exposer leur propre faiblesse croissante et leur manque de fiabilité en tant que partenaire commercial dans le cadre d’une «guerre commerciale» beaucoup plus large, mal dirigée et mal gérée.

    Bien que nous ne parlions que des smartphones et de la concurrence économique, même féroce, l’issue de cette bataille des smartphones dans le cadre d’une guerre commerciale beaucoup plus vaste aura un impact sur le pouvoir mondial et sur celui qui l’utilisera dans les années à venir.

    Perdre sans grâce

    En mai 2019, Huawei s’était hissé à la deuxième place des ventes mondiales de smartphones aux dépens de la société américaine Apple. Au premier trimestre de 2019, le groupe avait expédié 59,1 millions de téléphones, contre 36 à 43 millions de téléphones pour Apple, désormais classé troisième, a rapporté IDC (International Data Corporation).

    IDC et de nombreux autres articles basés sur ses données soulignent que, si Huawei et Apple ont échangé des places dans le passé contre ceux qui occupaient la deuxième place des ventes mondiales de smartphones, l’ascension de Huawei semblait bien plus permanente.

    Les observateurs de la trajectoire et du fonctionnement interne des deux géants de la technologie auront sans doute remarqué le déclin d’Apple en raison de problèmes de gestion interne endémiques, associés à une concurrence mondiale croissante, entamant sa réputation et son attrait pour les consommateurs.

    Était-ce simplement une coïncidence si, au moment de la publication des données de ventes du premier trimestre, les États-Unis annonçaient l’un de leurs plus dramatiques tours dans le contexte de leur guerre commerciale plus large avec la Chine? L’administration Trump annoncerait une interdiction frappant tous les produits de fabrication américaine destinés à Huawei, y compris les micropuces fabriquées par Intel et Qualcomm, ainsi que le système d’exploitation Android (OS) créé par le géant américain Google.

    Parallèlement à cette initiative, un blitz de relations publiques a été organisé entre les médias américains et leurs partenaires travaillant dans des pays se rapprochant de la Chine. En Thaïlande, par exemple, des médias locaux formés et influencés par les intérêts des États-Unis ont tenté de miner la confiance des consommateurs en Huawei à la suite des sanctions américaines prises contre la société.

    Ce coup d’un coup fut un succès partiel. Les ventes ont chuté et Huawei a dû faire face à des obstacles importants. Mais les obstacles importants ne sont pas identiques aux obstacles insurmontables, et surmonter les obstacles est souvent la façon dont les vrais concurrents se renforcent.

    Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort

    Pour Huawei, un géant technologique qui fait partie intégrante du succès économique et politique de la Chine sur la scène mondiale, il dispose de toutes les ressources et de tout le soutien dont il a besoin pour faire face aux tempêtes les plus difficiles.

    À la suite des sanctions imposées par les États-Unis, et même dans la perspective de celles-ci, Huawei a commencé à s’approvisionner en composants essentiels de sociétés non américaines. Il investit également de manière significative dans ses propres solutions de remplacement internes aux puces fabriquées aux États-Unis et même dans un système d’exploitation de remplacement pour remplacer Android.

    Digital Trends, dans son article «Le système d’exploitation alternatif pour Android de Huawei: tout ce que vous devez savoir», illustre bien à quel point Huawei est déterminé à surmonter ces obstacles.

    Le fait que le travail sur l’OS ait commencé dès 2018 indique que les dirigeants de Huawei ne se font aucune illusion quant à la bonne volonté américaine. Si l’Amérique veut bien jouer avec Huawei et d’autres entreprises chinoises, ce sera parce que Huawei et d’autres entreprises chinoises ont pris des mesures ne laissant aux États-Unis d’autre choix que de le faire.

    Android est un système d’exploitation open source. Cela signifie que son code est gratuit et accessible à tous les développeurs. C’est la clé du grand succès d’Android, et donc de la domination de Google sur le marché des smartphones OS, mais c’est aussi un point faible de Google et des tentatives du gouvernement américain d’empêcher Huawei de faire obstacle.

    Le système d’exploitation alternatif de Huawei sera compatible avec le système open source Android. Les applications Android peuvent toujours être téléchargées et utilisées sur un téléphone Huawei exécutant le système d’exploitation de Huawei, mais au lieu de le faire via le magasin d’applications en ligne de Google, cela se fera via le système Huawei.

    Comme certains médias l’ont souligné, cela signifie que les contretemps de Huawei en étant restreints à partir d’Android ne seront que temporaires. À long terme, Google risque de perdre des dizaines de millions, voire des centaines de millions de clients qui utiliseront les alternatives de Huawei.

    Google pourrait même perdre sa domination sur le développement des smartphones OS si Huawei rendait sa propre alternative aussi accessible et attrayante qu’Android, moins les menaces politiques et économiques visant les pays que Washington trouve déplaisants.

    C’est peut-être pour cette raison que les États-Unis semblent reculer (pour l’instant), ne serait-ce que partiellement, face à leurs menaces initiales contre Huawei. Les États-Unis ne font rien à Huawei pour expliquer pourquoi les entreprises américaines sont elles-mêmes en train de perdre la guerre des smartphones. Si des entreprises telles que Huawei surmontent le peu d’effet de levier dont disposent encore les États-Unis sur la technologie mondiale des télécommunications, les smartphones seront dotés d’un smartphone plus puissant, associé à une infrastructure alternative plus solide, hors de portée de l’influence américaine.

    Dans leurs efforts pour isoler la Chine, les États-Unis pourraient réussir à s’isoler eux-mêmes.

    Les menaces américaines sapent la confiance aux États-Unis, pas en Chine

    Les autres pays n’avaient pas besoin de beaucoup d’imagination pour se rendre compte que si les États-Unis pouvaient cibler les entreprises chinoises simplement pour remplacer des entreprises américaines, elles pourraient facilement se retrouver. Cela les a rendus sympathiques aux défis actuels de la Chine.

    Alors que les médias influencés par les États-Unis dans divers pays ont aidé les États-Unis dans leurs efforts visant à saper Huawei en Chine, les pays eux-mêmes ne l’ont pas fait.

    En Thaïlande, par exemple, le gouvernement thaïlandais a annoncé son intention de s’associer à Huawei pour développer son réseau national 5G malgré les pressions croissantes exercées par les États-Unis, rapporte NPR.

    Huawei est toujours une marque populaire sur les marchés thaïlandais, à la troisième place derrière Oppo (également une marque chinoise) et Samsung, a rapporté Bangkok Post.

    Les agences gouvernementales thaïlandaises ont assuré aux consommateurs que les sanctions imposées par les États-Unis n’auront pas d’incidence sur les produits Huawei vendus en Thaïlande à court terme, tandis que Huawei prend des mesures pour éviter tout impact à long terme.

    Étant donné que Huawei n’est pas la première entreprise de technologie chinoise ciblée de la sorte par les États-Unis et que d’autres smartphones fabriqués en Chine deviennent de plus en plus populaires dans des pays tels que la Thaïlande (Oppo, par exemple), la Chine ne fera que débloquer de nouvelles ressources pour protéger ses entreprises. des mesures coercitives prises par les États-Unis.

    D’autres pays ne sont pas seulement sympathiques aux efforts de la Chine, ils prendront eux-mêmes des mesures similaires concernant leurs propres industries.

    La guerre commerciale en cours avec la Chine n’est pas le seul exemple de guerre économique utilisé par les États-Unis. Nous voyons des exemples beaucoup plus extrêmes de guerre économique américaine visant l’Iran et le Venezuela.

    La pression croissante exercée par les États-Unis sur la Russie est un autre exemple. Les États-Unis sont même allés jusqu’à menacer des nations comme l’Allemagne de sanctions pour avoir mis en place un gazoduc germano-russe (Nord Stream 2).

    Les États-Unis se sont révélés être un partenaire commercial peu fiable, amer à toute perspective de concurrence ou de coopération véritable. Au milieu de sa guerre commerciale avec la Chine, il a fait pression sur ses propres alliés pour qu’ils entravent les échanges commerciaux avec la Chine, une décision qui profite de manière inimaginable aux partenaires commerciaux de la Chine. Les États-Unis sont prêts à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s’accrocher à la suprématie économique mondiale et au pouvoir qui découle de le tenir entre leurs mains. Le partager avec la Chine et la Russie ou même ses propres alliés en Europe et en Asie de l’Est dilue à la fois la puissance de ce pouvoir et sa capacité à le protéger avec une puissante impunité.

    Les faux prétextes ne sont pas juste pour la guerre chaude

    Les États-Unis utilisent régulièrement de faux prétextes pour lancer leurs nombreuses vraies guerres dans le monde entier.

    Les fabrications concernant les «armes de destruction massive» ont été utilisées pour justifier l’invasion et l’occupation de l’Irak par les États-Unis en 2003. Des préoccupations humanitaires peu judicieuses concernant des abus imaginaires ont été invoquées pour justifier l’intervention militaire américaine en Libye. Des accusations sérieuses mais sans fondement sur l’utilisation d’armes chimiques ont été utilisées pour justifier l’intervention militaire américaine en Syrie.

    Mais fabriquer des justifications pour partir en guerre n’est pas réservé aux guerres chaudes. Les États-Unis invoquent des préoccupations supposées en matière de sécurité pour cibler le Huawei de la Chine, ce qui est une coïncidence si elle dépasse de manière permanente les ventes mondiales de smartphones d’Apple, et au milieu d’une guerre commerciale plus large reposant sur des revendications totalement différentes (mais également fabriquées).

    Le fait que les États-Unis mentent sur leurs motivations à viser Huawei devrait être un autre avertissement pour Beijing sur la crédibilité des cercles actuels qui dominent le pouvoir économique et politique des États-Unis. Cela devrait également être un avertissement pour le reste du monde lorsque vous faites affaire avec les États-Unis.

    Les nations et entre les nations doivent adopter une stratégie solide pour se protéger du pouvoir encore puissant et perturbateur que les États-Unis détiennent sur l’économie mondiale.

    Que ce soit les tentatives des États-Unis d’affaiblir la confiance dans l’économie d’un pays, de discréditer l’industrie touristique du pays, d’inverser le succès mondial de sociétés comme Huawei ou même de saboter les accords sur l’énergie conclus par leurs propres alliés avec Washington, des adversaires revient à une guerre économique extrêmement dangereuse dirigée par les États-Unis reste une menace critique pour la paix et la stabilité mondiales.

    Il est essentiel de mettre en place des stratégies pour protéger les industries nationales en développant les capacités industrielles nationales et en privilégiant moins l’approvisionnement en composants essentiels de partenaires peu fiables, comme les États-Unis. Il en va de même pour la protection du commerce bilatéral par la création de systèmes d’échange financier hors de portée des sanctions américaines. Il est également essentiel de pouvoir contrer les récits fabriqués par Washington pour justifier son comportement économique coercitif.

    Tout comme les prouesses militaires croissantes et l’unité de but entre les nations eurasiennes ont contribué à entraver le nombre croissant de guerres réelles, très nombreuses et très destructives, de l’Amérique, une prouesse économique et une unité de but similaires seront nécessaires pour étouffer la guerre économique également désordonnée menée par l’Amérique dans le monde.

    Le succès ou l’échec de Huawei est une girouette indiquant dans quelle direction se dirige cet équilibre des pouvoirs.

    Joseph Thomas

    Joseph Thomas est rédacteur en chef du journal géopolitique basé en Thaïlande, The New Atlas, et contributeur du magazine en ligne «New Eastern Outlook».

    Lien direct vers la source: http://landdestroyer.blogspot.com/2019/07/us-vs-china-smartphone-wars.html?m=1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.