Après une période de confusion stratégique et de flottement tactique, Huawei laisse non seulement entendre qu’il dispose d’un plan B assez solide en matière d’écosystème d’exploitation mais qu’il collabore avec les fleurons de la haute technologie russe pour créer ex-nihilo un nouvel environnement logiciel totalement intégré et interopérable avec Android.

L’OS (Operating System) de Huawei serait révolutionnaire et sans dénomination officielle. Les informations faisant état de Huangmeng OS ou de Arkos OS sont relatives à d’autres suites logicielles dérivée d’Android.

Huawei dispose d’un OS surprise
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

10 commentaires sur “Huawei dispose d’un OS surprise

  1. Je dois être trop vieux pour ce MdM…

    Google a piqué Linux sans vergogne pour en forker Android, comme Apple avait piqué BSD pour en forker Mac OS X. Des parasites. Google avait même eu le culot de demander à Linux de faire que son mode par défaut soit IDLE aux dépends des utilisateurs non Android…

    Google a ensuite imposé une surcouche JVM afin d’assurer une interopérabilité applicative, reproduisant ce qu’avait fait Microsoft qui avait sorti une JVM maison incompatible avec le standard Java appartenant alors à Sun. MS avait alors perdu devant les tribunaux face à Sun après des années de procédures, alors que Google a pu régler financièrement ce détournement avec Oracle qui avait racheté un Sun désormais affaibli et son Java.

    Tout ça pour déployer au final des applications “lourdes” alors que ces applications devaient passer à Internet tout simplement (D-HTML, Ajax etc), le navigateur étant un client “léger” universel et transparent (d’où le projet, mort, de FireFoxOS). Mais c’est un modèle trop en faveur de l’utilisateur, alors que le concept de “store” est une vraie prison qui donne le pouvoir à Google/Apple au détriment de tous les autres opérateurs et utilisateurs. Le pire étant que la plupart de ces clients lourds sont désormais basés sur des interfaces HTML, le progrès consistant donc manifestement à voler des technologies Internet libres, de les couper en morceaux, de les enrober dans des clôtures à péages et d’entuber ses clients trop naïfs.

    Debian Roxor.

    1. Non !

      (i) Google respecte les termes de la licence publique libre de Linux et participe même activement à son développement. Idem pour Apple avec BSD (licence encore plus ouverte). De même Microsoft avec la pile TCP/IP de Windows (la sienne ne fonctionnait pas correctement). Aucun d’eux –que je n’aime pas– n’a “piqué” quoi que ce soit.

      (ii) Google n’a pas imposé une surcouche JVM, elle est naturellement nécessaire pour faire tourner des applications Java. Il a pris acheté le “paquet” complet en achetant Androïd (la société) et en y investissant beaucoup d’argent …. mais les gens oublient …

      (iii) prétendre que les navigateur actuels sont des “clients légers” est se foutre du monde. Ce sont des usines à gaz. Avez-vous lu la dernière spécification de JavaScript ? 800 pages (!!!) rien que pour un composant du “navigateur léger”, rajoutez la partie CSS (et toutes ses versions), le moteur de rendu HTML (et tous dérivés) … pour ne plus être étonné que ces navigateurs “légers” sont des gouffres à CPU et RAM.

      Il faut encore rajouter les libs/surcouches JS “à la dernière mode”. AJAX est has been, On en est à React — Ah non, on me dit dans mon oreillette que ce serait maintenant Vue, Ah non, …

      (iv) Google, pour ne reprendre que cet exemple, contribue activement au libre. Par exemple, outre Androïd, il a mis les sources de son navigateur Chrome en domaine public. Ce qui a permis de créer Chromium sa version expurgée de toutes les verrues Google (traçage, boutique, vie privée) — diriez-vous que le développeurs du libre ont “piqué” le logiciel de Google ?

  2. En fait pour Huawei il y avait un plan B depuis longtemps, parce qu’un moment il était question de se passer de Google sur le marché chinois un peu comme Baidu en est l’exemple en Chine, et l’excellent Yandex sur l’espace de la CEI. Puis des négociations ont eu lieu, ce qui a fait qu’Huawei a collaboré en Occident avec Google.
    En définitive, l’écosystème Google peut etre remplacé du jour au lendemain, le mythe selon lequel rien sans Google ne résiste pas un seul instant à l’epreuve des faits. Cependant et il est vrai que Huawei en matière de puces est dependant des fournisseurs US. C’était là l’atout numéro 1 de Washington pour faire plier Pékin, or aprés examen il est apparu que la Chine dispose d’un vaste plan B qui ferait perdre à l’industrie High Tech des semiconducteurs de la Silicon Valley des dizaines de milliards $, et favoriserait de fait les fabricants chinois sur désormais le plus vaste marché au monde, l’Asie. Ainsi, il y a eu accord entre US et chinois, qui a fait le + de concessions ? On ne le saura jamais, mais Huawei est une valeur sure et le restera pour trés longtemps. Dernier point Huawei n’est pas le Toshiba de 1988, et la Chine n’est pâs le Japon des années 80.

    1. Soit dit en passant toutes les grandes puissances ont des O/S capable de rivaliser avec Android, et c’est pas un exploit. En France Bull, Alcatel etc…ont leur O/S, Siemens en Allemagne, en Italie, au UK il en va de meme, en Russie avec Yandex, au Japon en Chine etc…, simplement pour des raisons politiques il a été décidé que l’O/S grand public serait Google. Par contre il est vrai que durant les années 90 concernant les puces les américains ont pris une longueur d’avance sur tout le monde, et ils sont maintenant coursés par la Chine-ils n’aiment pas ça!-. Au train ou vont les choses, le temps que les chinois réorganisent les énormes infras requises, il est rasonable de penser que la domination US dans ce domaine sera terminée au millieu des années 2020. Pour l’heure question Recherche et Developpement les deux pays sont à égalité. Dans cettte histoire la question étant de savoir ou en est la France tout ça ? Ben nous on a Macron,! Et hier on avait Hollande! Avant hier c’était Sarko -qui risque de revenir-! Je pense que tout le monde saisit….

      1. Cela constitue d’autant moins un exploit qu’il s’agit d’une version maison (un habillage) d’une version de Linux pour les véritables OS, ou d’Androïd pour la surcouche “mobile” (à partir de la version “open” d’Andoïd).

        Concernant l’écosystème Google/Andoïd, tous ont le même problème : pas d’applications ! Or c’est ce qu’achète le client de la tablette ou du “smartphaone”. On ne peut pas “remplacer du jour au lendemain” ne serait-ce que les seules librairies fournies par Google (Store, Map pour celles que l’on retrouve dans presque toutes les applis)

    2. il m’étonnerait fort que l’écosystème Google/Androïd puisse être remplacé “du jour au lendemain” …. car il comporte environ un centaine de milliers (!) d’applications et de librairies (boîtes à outils pour développeurs), dont quelques (dizaines de ?) milliers très utilisées.

      Je ne connais aucun développeur prêt à s’investir dans le portage sur un autre “OS”, même si on le paye pour cela (j’ai refusé moi-même refusé des propositions de Microsoft pour porter sur WindowsMobile)).

      PS : je mets des guillement à OS pour qualifier Andoïd, car Androïd n’est qu’un surcouche écrite en Java *simulant* ou enrobant des fonctionnalités système (+des librairies applicatives), qui tourne au-desssus d’un véritable OS (un Linux élagué en l’espèce)

      1. il m’étonnerait fort que l’écosystème Google/Androïd puisse être remplacé du jour au lendemain …. car il comporte environ un centaine de milliers (!) d’applications et de librairies…je mets des guillement à OS pour qualifier Andoïd, car Androïd n’est qu’un surcouche écrite en Java simulant ou enrobant des fonctionnalités système…

        Je ne suis pas un specialiste d’Android, je n’ai jamais programmé dans le mobile, ça viendra sans doute, mais pas pour tout de suite 🙂 Cependant comme tu le dis toi meme Android a été programmé en Java soit. Ne dit on pas que la java machine virtuelle machine est supposée etre “portable” ? Si les librairies et autres applis ont été programmés en Java, ou est le problème ? Et s’il sont dans d’autres langages ou peuvent ils etre liés avec un O/S fait en java ? Donc ils sont liés au noyau Linux ?
        Autre element qu’es ce qui lie la populace à Google ?
        Eh bien en offrant les services suivants :
        – un Moteur de recherche
        – Un serveur email
        – GPS
        – et surtout un cloud
        Google est devenu de fait incoutournable. Il ne faut pas oublier qu’à la base Internet se voulait etre une architecture en peer to peer, c’est à dire decentralisée or les gouvernements occidentaux l’ont transformé pour une en faire le + possible en clients serveurs, criminalisant par certaines lois le peer to peer. Ainsi ils maitrisent le flux d’informations.
        – un Moteur de recherche ? Il en existe beaucoup, et qui peuvent donner du fil à retordre aux autorités US.
        – GPS ? Je reconnais que ces technologies ne peuvent etre offertes pour l’instant que par des pays puissants, la Chine, l’Europe, la Russie ont des technologies similiares, sinon +sophistiquées.
        – Un serveur email
        – et surtout un cloud
        Les deux derniers elements méritent qu’on en dise deux mots. Il existe des logiciels qui peuvent faire en sorte que nos pc deviennent des serveurs mails, et meme des clouds, sans passer par les serveurs Google, Yahoo, Microsoft etc…. Si mes souvenirs sont bons, dans la dernière version de la Freebox, la Delta+ Devialet, tu peux faire de ton pc un cloud, avec l’espace que tu veux, et usiter tes propres logiciels sans avoir besoin de personne.
        Au final je suis persuadé que Google peut etre remplacé facilement à condition qu’il y ait une volonté politique dérrière, or en Europe c’est pas encore à l’ordre du jour.

        1. (i) “la java machine virtuelle machine est supposée etre portable” : non, contre-sens. C’est l’appli Java qui est (ou devrait être) portable. Peu importe comment est codé la JVM, seule compte la normalité de ses interfaces, i.e. les services rendus à l’appli par la JVM. Celle-ci peut tout aussi bien avoir été créée de façon non portable pour un appareil très particulier ou un OS sous-jacent sépcial. Google a “choisi” Linux (ou plutôt l’a trouvé dans le paquet Androïd) parce qu’il tournait sur différentes architectures matérielles (Intel et AMD pour les PC, ARM pour les tablettes et smartfaones, sans compter d’autre µprocessuers). En plus c’était gratuit, libre donc adaptable.

          (ii) le problème réside dans la valeur ajoutée –réelle– de Google : pour les grands exemples : sa boutique et les services qu’elle rend (paiement), sa régie de pub, sa cartographie, ses stats, …. Seule l’interface Java d’appel est dans l’appli, le service réel lui tourne sur l’infrastructure Google (et je doute que ce soit libre, ni programmé en Java …)

          Sans ces services aucune appli ne peut plus tourner, les remplacer est long, coûteux et risqué (voir p.ex. Microsoft : sa cartographie propose pourtant une interface, mais très peu de développeurs l’utilisent, ayant déjà fait le boulot avec celle de Google, pourquoi se fatiguer à le refaire, et surtout à le maintenir — j’en sais quelque chose : on m’a proposé de me payer pour ça).

          Le GPS n’a rien à voir là-dedans ! peu importe qu’il soit aussi Glonass, Beidou ou Galiléo ! l’appli reçoit simplement une position de l’appareil, mais ensuite elel doit la traiter donc utiliser une infrastructure de cartographie … cf. supra.

          Pour le reste vous semblez ne voir que que votre besoin de base (type web/mail/stockage) et ignorez ceux de la grande majorité des autres usagers qui nécessitent de tous autres services (p.ex. les joueurs …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.