Analysis

De la stratégie inversée ou quand des pays musulmans soutiennent la Chine sur la question du Xinjiang

Le Saint-Graal des stratèges de l’Alliance Atlantique est de pouvoir instrumentaliser l’Islam politique militant contre la République populaire de Chine comme au bon vieux temps du grand Djihad Afghan soutenu à tour de bras (de la CIA et du Mi6) et de missiles Sol-Air portatifs Stinger contre la défunte Union Soviétique.

La Chine est en effet un grand morceau et il faut bien plus qu’une seule approche pour abattre l’Empire du Milieu. A la question de Taïwan et de la Mer de Chine méridionale, il y a la question de la péninsule coréenne et, le cas échéant, les bases US au Japon. Ce n’est pas suffisant et c’est pour cela que la question du Tibet est toujours une thématique à prendre. Cela ne suffisait pas. Il fallait jouer sur un clivage religieux. La Secte Moon ne sert pas à grand chose, pas plus que les divergences entre Beijng et le Vatican sur l’indépendance des évêques. Cela ne motivait presque personne en Chine et le peu de gens qui s’y intéressent ne formait pas une force sociale capable d’influer sur le cours des choses. Il fallait un très puissant levier: un clivage entre l’islam et le monde chinois. Le rêve du libéralisme triomphant des années 90.

La province occidentale du Xinjiang ou le Turkestan chinois, frontalier avec l’Afghanistan faisait l’affaire. Ne restait plus qu’à exploiter la niche. Le financement du terrorisme est une spécialité particulière qui s’est beaucoup perfectionnée durant ces dernières années. La Chine a réagi dès le début des troubles séparatistes avec beaucoup de fermeté. Il n’y a pas que les Ouïghours qui sont musulmans en Chine; les San le sont en majorité également dans le centre de la Chine et la première mosquée chinoise a ouvert ses portes il y a plus de mille ans. Ce n’est donc pas un problème religieux mais stratégique qui oppose la Chine aux États-Unis. L’islamisme n’étant qu’un outil de l’hégémonie de l’empire dont il utilise les ressources et les mercenaires pour semer le désordre chez ses ennemis. Beijing l’a bien compris. Vint le tour de la propagande. On évoque des camps de concentration de musulmans en Chine.

On croyait devoir encore assister à un remake des vidéos bidonnées du Darfour au Soudan où des experts en communication ont osé utiliser la théorie du genre pour masquer une famine et une guerre civile à des fins stratégiques visant la partition du Soudan, ou encore l’inoubliable vidéo valant trois films d’action à gros budget hollywoodiens sur l’Armée du Seigneur en Ouganda (Y a rien à dire, Hollywood possède la main dans ce genre de film depuis les années 40) mais voilà que Trente-sept pays, dont deux pays musulmans,  l’Algérie et l’Arabie, ont écrit à l’ONU pour soutenir la Chine, après la lettre envoyée par une vingtaine de pays, principalement occidentaux, pour dénoncer les internements de musulmans dans la province chinoise du Xinjiang.

Pour un non initié aux retournements de situations, des pays occidentaux menant une guerre sans fin contre le terrorisme “islamiste” dans la région centrale du monde et dont les médias font dans la promotion de l’islamophobie, défendent les musulmans chinois contre les méchants chinois alors que les pays musulmans défendent ces mêmes méchants chinois et apportent leur soutien à Beijing dans sa lutte contre la subversion. C’est la fin du monde mais cela a le mérite de mettre à nu les mensonges de toute l’idéologie occidentale depuis la fin de la guerre froide.

Outre l’Algérie qui vient juste d’adhérer officiellement à la grande initiative économique chinoise et la nouvelle route de la Soie, l’Arabie Saoudite (il paraît que MBS serait très remonté contre les britanniques), la Chine a reçu le soutien fort inattendu du Qatar et des Philippines et bien évidemment la Corée du Nord et la Syrie, deux pays ciblés par l’empire. En Afrique, le Nigéria n’a pas fait dans la demi-mesure: il soutient non seulement la Chine mais l’appelle à venir investir chez lui. Le Commonwealth en tremble.

 

Publicités

5 Replies to “De la stratégie inversée ou quand des pays musulmans soutiennent la Chine sur la question du Xinjiang

  1. Ping : Homepage
  2. Les chinois ont autorisé des délégations des pays membres de l’ONU de Geneve à visiter et à parler à la population de cette province, librement et questionner les gens. Ils sont tous stupefaits que cela reflète les contraires de ce que rapporte les médias occidentaux. Vous pouvez regarder ce vidéo du site CGTN.CN

    1. impossible ont m’annonce :
      ” CGTN’s digital content is temporarily unavailable in certain EU countries.

      Our TV channels are broadcasting as usual. The pause in service is not due to technical errors.

      We are sorting out the details to continue providing news about China and the world. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.