Skyrizon tente à nouveau d'acquérir des parts de Motor Sich JSC 1
Analysis

Skyrizon tente à nouveau d’acquérir des parts de Motor Sich JSC

Skyrizon ou Beijing Tianjao Aviation Industry Investment Company, une société d’investissements spécialisée dans le domaine aéronautique basée à Beijing tente à nouveau d’acquérir des actions de Motor Sich JSC, le géant ukrainien des moteurs pour avions et hélicoptères.

Les chinois sont extrêmement intéressés par l’acquisition de ce constructeur, d’autant plus que le géant aérospatial ukrainien a perdu l’ensemble de ses clients russes suite à la détérioration des relations entre Moscou et Kiev.  

La Chine utilise 13 types de moteurs construits par Motor Sich et ces derniers équipent actuellement plus de 1200 aéronefs et hélicoptères en Chine. 

Washington pèse de tout son poids auprès du gouvernement ukrainien pour empêcher une prise de contrôle chinoise de Motor Sich, laquelle pose, selon des analystes US, un très sérieux risque à la sécurité nationale des États-Unis. 

Le Global Times, très proche des cercles de réflexion et de prise de la décision en Chine, estime en se basant sur les déclarations d’une source militaire chinoise anonyme,  que la Chine est encore en retard dans le domaine des réacteurs de haut niveau  mais que la Chine pourrait très rapidement réduire ce retard et améliorer les programmes domestiques en la matière si elle pouvait réussir à acquérir des parts de Motor Sich. 

La Chine est en train de mener de front plusieurs programmes de développement de moteurs pour avions et l’un des ces programmes inclut le développement d’un nouveau turbo-réacteurs à poussée vectorielle basé sur celui équipant le chasseur J-10B.

Un autre programme concernant les turbopropulseurs pour les futurs avions cargo militaires pourrait directement bénéficier de l’expertise de l’ukrainien Motor Sich mais Beijing ne se fait guère d’illusions à ce sujet et sait que Washington veillera à lui mettre les bâtons dans les roues ou plutôt dans les pales à chaque tentative d’acquérir des parts du géant ukrainien. Cela ne fera que retarder une échéance inévitable estiment les analystes chinois car le pragmatisme chinois vise plus à gagner du temps de R/D que l’expertise de Motor Sich peut lui procurer en échange d’investissements dans le cadre d’une stratégie gagnant-gagnant dont le concept semble déplaire au plus haut point à la philosophie compétitive du système économique occidental basé sur la prédation. D’un point de vue chinois, Motor Sich peut faire gagner à la Chine plus de dix années de recherches pour atteindre l’objectif :  construire des moteurs pour avions de haut niveau très endurants et à haut rendement énergétique.  

Skyrizon tente à nouveau d'acquérir des parts de Motor Sich JSC 2

http://www.motorsich.com/eng/products/

Publicités



');

4 Replies to “Skyrizon tente à nouveau d’acquérir des parts de Motor Sich JSC

  1. It is іn point of fact a nice and useful piece of informatiоn. I am ցlad that you simply
    shared this helpfuⅼ information with us. Please keep us iformed liie this.
    Thanks for sharing.

  2. Je pensais que cette histoire était résolue depuis un bail, surtout que l’un des deux avions AN-225 celui non fini est deja en Chine. Et que Pekin a déja donné beaucoup d’argent.
    Je me trompe ?

    1. Non, l’agence anti-trust ukrainienne fut investie par des consultants venus spécialement de Virginie et ils ont utilisé tous les mécanismes de blocage et quand ils existent pas, ils ont pondu une réglementation sur mesure. L’Ukraine étant un pays où la corruption est une discipline sportive de haut vol, il a été facile aux uns et autres d’acquérir des points : les chinois ont eu les plans de l’AN-225 et même un prototype complet tandis que les américains se sont incrustés via leur hommes-lige dans les organes de régulation de la bourse et les ministères de l’économie et des finances sans parler de la défense. Les chinois sont revenus à la charge en jouant les nouvelles règles du jeu et les autres font semblant de déterminer la recevabilité de l’offre chinoise que Washington fera tout pour saboter. Seul hic, les chinois sont prêts à payer beaucoup d’argent et cet argument sonne comme une massue sur la tête de la plupart des officiels ukrainiens…

  3. ne pas se faire d’illusion seul une défaite de l’occident nous libéreras de nos élites corrompues !
    je préfère que ce soit une défaite économique que militaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.