De la rigidité intellectuelle d'un empire en décomposition et en faillite réelle 1
Analysis

De la rigidité intellectuelle d’un empire en décomposition et en faillite réelle

Le prochain avion de combat de sixième génération développé par le Royaume-Uni avec la participation de Leonardo, BAE systems, Rolls-Royce et MBDA a pour nom de code “Tempest” ou Tempête, qui traduit à lui seul un manque d’innovation en matière de dénomination.

Cette dénomination rappelle celle du Typhoon (Eurofighter) mais également celle, beaucoup moins connue par le public occidental, des attentats sous faux drapeau du 11 septembre 2001 : Asifa عاصفة ou tempête en Arabe. Et cette dernière évoquait déjà à l’époque des réminiscences de l’opération “Desert Storm” ou “Tempête du Désert” déclenchée contre l’Irak en janvier 1991.

Le choix des mots n’est jamais anodin et dans ce cas d’espèce il trahit moins qu’une convergence des sources qu’un conformisme rigide qui s’est solidement établi au sein de la technostructure* de l’Empire.

Ce n’est pas encore l’indigence conceptuelle répétitive de la fameuse “compromission de Munich ayant donné des ailes à l’Allemagne en 1938” des israéliens et de leurs alliés, reprise à tue-tête sans variation notable depuis bientôt 70 ans au mépris des spécificités de chaque situation et acteurs internationaux et des grands changements intervenus dans le monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale, mais à ce rythme là, l’Empire, à court d’imagination (par quoi va t-il remplacer le paradigme du terrorisme sans fin pour contrer la Chine et la Russie ? ), se dirige tout droit vers la rigidité intellectuelle la plus sclérosée, caractéristiques des régimes totalitaires aux économies hyper-endettés en quête perpetuelle de nouveaux débouchés par tous les moyens possibles, y compris et surtout la guerre sans limites, c’est-à-dire sous toutes ses formes possibles.

Cela est déjà arrivé de par le passé et cela s’apparente la décomposition de la superstructure d’un grand ensemble socio-culturel disposant d’une solide infrastrucure destructurée pour maximiser le profit des oligarchies financières.

En attendant la Tempête. La vraie. Celle qui emportera tout le reste.

* J’emprunte ce terme à John Kenneth Galbraith (Le Nouvel État Industriel 1967)

Publicités

6 Replies to “De la rigidité intellectuelle d’un empire en décomposition et en faillite réelle

  1. nous sommes entrée dans la derniere phases de la NATION europeenne.. et oui nous sommes dirigés par des nationalistes qui veulent une europe, une nation…, une armée… et donc un chef… comme dans toute nation autorirtaire…

    1. JUSTE RIDICULE !
      il n’y a pas de NATION européenne !
      l’Allemagne n’est pas une nation c’est un peuple le droit du sol n’y a aucune valeur seul le droit du sang y a coure .
      l’Europe n’est que la colonie de consommation pays de l’Allemagne !

    2. Ce projet demeure fort incertain. Les caprices de chaque État et par dessus tout la volonté d’hégémonie de trois États-Nations sur l’ensemble européen sont déterminants et caractéristiques de la volonté de puissance de l’État national traditionnel. Ajoutez y le déterminisme historique Allemand et le 4ème Reich n’est plus très loin.

  2. Ses inventions et innovations technologiques en matiére d’armement semblent donner du tonus aux cercles du complexe militaro-industriel.
    Mais il ya un probléme de taille concernant ces engins sophistiqués ainsi qu’aux produits similaires. Ils ont pour vocation premiére de servir aux attaques. Et dans ce monde tout le monde est disposé à attaquer le premier avant qu’il en soit victime. De ce fait, il doit se doter des moyens de plus en plus modernes et de plus en plus couteux.
    Or les Etats qui ont compris avant les autres ne se précipitent pas dans ce genre d’acquisition, mais préfèrent des armes défensives moins onéreuses et davantage efficaces en l’occurrence les missiles sol-air (A/avions) et les missiles s/sol (contre chars et engins blindés)
    Mais allait-on rétorquer qu’avec la guerre électronique , les radars qui dirigent ses missiles seront brouillés ou bien mis en veilleuse pour qu’ils ne soient pas détruits.
    C’est le point où je veux en arriver. Puisque le brouillage existe pour ces radars, il est opérationnel également contre les avions et contre tout engin s’appuyant sur les ordinateurs de bord. Or actuellement tous les outils sont informatisés.
    Les guerres prochaines se dérouleront derrière des écrans. La cybernétique en vogue est capable de nuire à la majorité des appareils et installations. Dans le domaine militaire, elle sera capable “d’intercepter” le missile de le rediriger vers son expéditeur. Ne parlons pas de sabotage industriel et autres ,sans omettre pour autant d’évoquer “les tueurs des satellites”
    C’est pour cela que les armements d’aujourd’hui et ceux de demain n’auront aucune chance de l’emporter devant la nouvelle guerre qui necessite simplement de …simples ordinateurs et pourquoi pas d’inoffensifs Smart phone?

    1. @ Le modéré,

      Très bonne approche, en fait, la doctrine russe qui a bien compris que rien n’est plus perfectible que les technologies volantes hyper sophistiquées.

      Cela dure depuis les années 70, époque où un MIG russe fût livré aux experts US. Première constatation et grosses rigolades, les jets russes étaient des jet à commandes par câbles et les écrans de contrôle des tubes cathodiques.
      Deuxième constatation et surtout déduction, les jets russe pouvaient traverser les chocs EMP. Là cela n’a plus rigolé du tout…
      Donc, depuis au minimum 50 ans, les russes travaillent sur les EMP, les contre mesures électroniques, les radars toutes gamme d’ondes et ont développé des systèmes d’armes complets leur évitant des dépenses en Graal de l’aéronautique…
      Le F35 et consorts seront détectés et détruits comme tout autre système d’arme qui s’aventurera dans les bulles de surveillance russes, chinoises ou autres lieu où seront déployés les systèmes de surveillance russes.

      Les différents incident de survol de navires militaires ultra sensibles US, UK, Fr à très basse altitude et sans avoir détecté quoi que ce soit prouve que la maîtrise des ondes est plus efficient et rentable que des “couillonnades” soit disant furtives. Vous avez dit Nicolas Tesla???

      Bien à Vous,

      Airforceone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.