US Powerless Versus Turkey- By Steve Brown 1
Analysis

US Powerless Versus Turkey- By Steve Brown

In a grim new stark reality reminiscent of “The Twilight’s Last Gleaming” the US military establishment now laments its own inability to forcibly corrupt the world – or in this case Turkey – to purchase its weaponry. 

In a bizarre release, author Phil Stewart speculates that the impotence of US power to force Erdogan to purchase the expensive and highly over-rated Patriot missile system relates to the failed US-engineered coup attempt of three years ago.

Citing unknown and vague sources within the US military, author Stewart speculates that the failed US coup prompted the Turkish leadership to make its S-400 decision. Now prepare for the reason:  That mysterious and ‘unnamed sources’ within the US Pentagon (known only to Stewart? …. or only to the CIA?) believe that Erdogan could shoot down Turkey’s own US-made warplanes more easily with Russian S-400’s than with the US-made Patriot in another coup attempt.  Yes, you read that right!

Stewart thus quotes the ‘unnamed officials’ in the Pentagon: “There’s some talk that he wants the (Russian) system just to protect himself. He doesn’t want a NATO-integrated system.”  

There is no doubt that the US-attempted coup in Turkey, and the assassination of Jamal Khashoggi by Saudi Arabia in its embassy in Istanbul, has given second thoughts to Turkey about the value of its western alliance. Possessing S-400’s will leverage Turkey’s ability to diversify its own air force beyond NATO equipment, and shift its focus from west to east. 

And the idea that Erdogan is only worried about the threat from Turkey’s own air force is beyond absurd, especially since the shake-up in the Turkish AF ranks since the attempted coup;also the clear threat from Israeli air strikes in Syria (where Turkish forces are present) while the US defends the YPG around Manbij and Deir Ezzor. 

Trump said Turkey’s S-400 decision is all Obama’s fault and that, “I’ve had a good relationship with President (Recep Tayyip) Erdogan,” which of course makes sense as they are similar personalities. Trump continued, “It’s a very tough situation that they’re in and it’s a very tough situation that we’ve been placed in…. With all of that being said, we’re working through it, we’ll see what happens.” 

On July 18th however, the US announced its decisionto bar Turkey from the F35 program. Trump said, “Because they have a system of missiles that’s made in Russia, they’re now prohibited from buying over 100 planes. I would say that Lockheed isn’t exactly happy. That’s a lot of jobs.”

The move limits Turkey’s warplanes to its ageing fleet of existing US F4 Phantom’s and F16’s. Thus, the logical conclusion is that Turkey will purchase new military planes from elsewhere, pushing Turkey further to the east, logically to Russia and China. Russia has already offered its advanced SU-57 fighter, a warplane which competes directly with the F35’s.

Meanwhile, Turkey’s S-400’s will provide a defense versus Israeli aircraft and attacks in Syria,in regions where Turkey has an interest such as Afrin, when the Patriot missiles won’t. Recall that Erdogan is sympathetic to the Muslim Brotherhood,so relations between Turkey and Israel are not the best. Turkey has interests in offshore oil around Cyprus too, in opposition to the Israeli’s, and has pipeline interests in the Middle East that conflict with the Israeli agenda.

Israel has deferred its air attacks in Syria for now, while Syrian security forces clean up in the Northwest. Syrian forces are being upgraded with S-400’s too, which will make Israeli air attacks on Damascus far riskier than in the past, and Israel is certainly risk averse where its IAF is concerned.

Another factor is the stalemate in Syria. The United States wants Turkey to maintain its support for the NLF in the northwest, to keep pressure on the Syrian leadership and assist with continuing US efforts for regime change. The United States wants some form of control around Manbij too, to prevent a Turkish assault on the YPG and SLF forces there.  In other words, the US wants to maintain its position in Manbij for its continuing efforts for Syrian regime change.

So the US needs Turkey’s support in Syria, and cannot afford to impose sanctions over the S-400’s that would further drive Turkey toward Russia, while the US must retain Turkey within NATO too; thus the US is powerless to take any substantive action versus Turkey over the S-400’s, besides the rather minor action of barring Turkey from purchasing US F35’s, as it has done.   

Although the US has no power to affect the Libyan conflict other than to sell weaponry to both sides, the US does have some interest in supporting Turkey in keeping Sarraj and the GNA afloat. That’s because the US opposes a Haftar win in Libya, and the US wants Turkey to continue to rely on Misrata oil, and not turn back to Iran for cheap oil imports.

Finally, we must watch the war theaters in Syria and Libya, and the new US tensions with Iran, for tactical developments regarding Washington’s own ageing hegemon, as traditional alliances rapidly morph and diversify.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: The Road to War” (sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Empire By Terror” (Duran, Strategika51 contributor) antiwar activist and monetary system historian.

Publicités

5 Replies to “US Powerless Versus Turkey- By Steve Brown

  1. LE RENARD ET LES RAISINS (*)

    Certain Renard gascon, d’autres disent normand,
    Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
    Des raisins mûrs apparemment (1),
    Et couverts d’une peau vermeille.
    Le Galand (2) en eut fait volontiers un repas ;
    Mais comme il n’y pouvait point atteindre :
    Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats(3).
    Fit-il pas mieux que de se plaindre?
    ******************************************************************
    LES USA comprenant que les gougeât de Turcs ne leurs achèteraient jamais de F35 ont décidé de leurs interdire d’en acheter !
    ne firent il pas mieux que de se plaindre et de voir un membre de l’OTAN dénigrer sur la place publique le fleuron de leur exportation militaire, le F35 ?

  2. traduction :
    Dans une sombre et nouvelle réalité qui rappelle “The Twilight’s Last Gleaming”, l’establishment militaire américain déplore aujourd’hui sa propre incapacité à corrompre par la force le monde – ou dans ce cas la Turquie – pour acheter ses armes.

    Dans un communiqué bizarre, l’auteur Phil Stewart spécule que l’impuissance de la puissance américaine à forcer Erdogan à acheter le coûteux et surévalué système de missiles Patriot est liée à l’échec de la tentative de coup d’État américain d’il y a trois ans.

    Citant des sources inconnues et vagues au sein de l’armée américaine, l’auteur Stewart spécule que l’échec du coup d’État américain a incité les dirigeants turcs à prendre leur décision sur le S-400. Maintenant, préparez-vous pour la raison : Cette mystérieuse et ” source anonyme ” au sein du Pentagone américain (connue uniquement de Stewart ?….. ou de la CIA ?) croit qu’Erdogan pourrait abattre plus facilement les propres avions de guerre turcs fabriqués aux Etats-Unis avec des S-400 russes qu’avec le Patriot fabriqué aux Etats-Unis dans une autre tentative de coup. Oui, vous avez bien lu !

    Stewart cite ainsi les ” fonctionnaires anonymes ” du Pentagone : “On dit qu’il veut le système (russe) juste pour se protéger. Il ne veut pas d’un système intégré à l’OTAN.”

    Il ne fait aucun doute que la tentative de coup d’État américaine en Turquie et l’assassinat de Jamal Khashoggi par l’Arabie saoudite dans son ambassade à Istanbul ont fait douter la Turquie de la valeur de son alliance occidentale. Posséder des S-400 permettra à la Turquie de diversifier sa propre force aérienne au-delà de l’équipement de l’OTAN et de se concentrer davantage sur l’Est que sur l’Ouest.

    Et l’idée qu’Erdogan ne s’inquiète que de la menace de l’aviation turque est plus qu’absurde, d’autant plus que le bouleversement de l’armée de l’air turque se poursuit depuis la tentative de coup d’État, ainsi que la menace claire des frappes aériennes israéliennes en Syrie (où les forces turques sont présentes) pendant que les États-Unis défendent le YPG autour de Manbij et Deir Ezzor.

    M. Trump a déclaré que la décision de la Turquie concernant le S-400 est entièrement imputable à M. Obama et que ” j’ai eu de bonnes relations avec le président (Recep Tayyip) Erdogan “, ce qui, bien sûr, est logique car il s’agit de personnalités similaires. C’est une situation très difficile dans laquelle ils se trouvent et c’est une situation très difficile dans laquelle nous avons été placés….. Cela étant dit, nous sommes en train d’y travailler, nous verrons ce qui se passera.”

    Le 18 juillet, cependant, les États-Unis ont annoncé leur décision d’exclure la Turquie du programme F35. M. Trump a déclaré : ” Parce qu’ils ont un système de missiles fabriqués en Russie, il leur est maintenant interdit d’acheter plus de 100 avions. Je dirais que Lockheed n’est pas vraiment heureux. Ça fait beaucoup de boulots.”

    Cette décision limite les avions de combat de la Turquie à sa flotte vieillissante de F4 Phantom et de F16 américains existants. Ainsi, la conclusion logique est que la Turquie achètera de nouveaux avions militaires d’ailleurs, poussant la Turquie plus à l’est, logiquement vers la Russie et la Chine. La Russie a déjà offert son chasseur SU-57 avancé, un avion de combat qui rivalise directement avec les F35.

    Pendant ce temps, les S-400 turcs assureront une défense contre les avions israéliens et les attaques en Syrie, dans des régions où la Turquie a un intérêt comme l’Afrique, alors que les missiles Patriot ne le feront pas. Rappelons qu’Erdogan est sympathique aux Frères musulmans, donc les relations entre la Turquie et Israël ne sont pas les meilleures. La Turquie a également des intérêts dans le pétrole offshore autour de Chypre, en opposition à ceux des Israéliens, et a des intérêts au Moyen-Orient qui sont en conflit avec l’agenda israélien.

    Israël a reporté ses attaques aériennes en Syrie pour l’instant, tandis que les forces de sécurité syriennes nettoient dans le nord-ouest. Les forces syriennes sont également renforcées avec des S-400, ce qui rendra les attaques aériennes israéliennes sur Damas beaucoup plus risquées que par le passé, et Israël est certainement opposé au risque en ce qui concerne ses FDI.

    Un autre facteur est l’impasse en Syrie. Les Etats-Unis veulent que la Turquie maintienne son soutien au NLF dans le nord-ouest, qu’elle maintienne la pression sur les dirigeants syriens et qu’elle aide les Etats-Unis à poursuivre leurs efforts pour changer de régime. Les Etats-Unis veulent aussi une certaine forme de contrôle autour de Manbij, afin d’empêcher un assaut turc contre les forces du YPG et de la SLF là-bas. En d’autres termes, les Etats-Unis veulent maintenir leur position à Manbij dans le cadre de leurs efforts continus pour le changement de régime syrien.

    Les Etats-Unis ont donc besoin du soutien de la Turquie en Syrie et ne peuvent se permettre d’imposer des sanctions sur les S-400 qui pousseraient davantage la Turquie vers la Russie, alors que les Etats-Unis doivent également retenir la Turquie au sein de l’OTAN ; les Etats-Unis sont donc impuissants à prendre toute action substantielle contre la Turquie sur les S-400, outre l’action plutôt mineure consistant à empêcher la Turquie d’acheter les F35 US , comme elle le fait actuellement.

    Bien que les Etats-Unis n’aient pas le pouvoir d’influer sur le conflit libyen autrement qu’en vendant des armes aux deux parties, les Etats-Unis ont un certain intérêt à soutenir la Turquie pour maintenir Sarraj et la GNA à flot. C’est parce que les Etats-Unis s’opposent à une victoire de Haftar en Libye, et les Etats-Unis veulent que la Turquie continue à dépendre du pétrole de Misrata, et ne se tournent pas vers l’Iran pour des importations de pétrole bon marché.

    Enfin, nous devons surveiller les théâtres de guerre en Syrie et en Libye, ainsi que les nouvelles tensions américaines avec l’Iran, pour voir les développements tactiques concernant l’hégémonie vieillissante de Washington, alors que les alliances traditionnelles évoluent et se diversifient rapidement.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : The Road to War” (sourcewatch) éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Empire By Terror” (Duran, collaborateur de Strategika51) activiste anti-guerre et historien du système monétaire.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.