Analysis

La Corée du Nord construit un nouveau sous-marin lanceur de missiles balistiques

On l’oublie souvent mais la Corée du Nord, ce petit pays reclus et isolé de l’Asie du Nord-Est possède la troisième flotte de submersibles après les Etats-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie.

Souvent décriés pour leur vétusté ou l’obsolescence de leurs systèmes d’armes, les submersibles nord-coréens ne se limitent cependant pas aux vieux sous-marins à propulsion diesel de l’ère soviétique. Depuis quelques années, Pyongyang s’est lancé dans un formidable défi : acquérir des sous-marins lanceurs d’engins balistiques. Ce qui n’est pas une mince affaire.

Pour certains analystes occidentaux, ce cauchemar n’existe pas ou il est si marginal qu’il peut ne pas exister. Ils estiment ainsi que la Corée du Nord ne doit posséder qu’un seul sous-marin lanceur de missiles balistiques au maximum. Une manière commode d’éluder un problème est de nier son existence. Dans le domaine de la défense, cette approche d’autruche aboutit invariablement sur des surprises stratégiques.

Les estimations de la flotte de submersibles nord-coréens lanceurs d’engins balistiques dotés ou pas d’ogives nucléaires varie entre un et seize unités. Ce qui est énorme pour un pays comme la Corée du Nord mais pas impossible.

La flotte de submersibles opérationnels en Corée du Nord inclut des sous-marins de la classe Golf de fabrication soviétique modifiés et améliorés ainsi que des submersibles de la classe Gorae, fabriqués localement. Les sous-marins de la classe Gorae sont assez petits (2000 tonnes) et ne transportent chacun qu’un seul missile, certainement le Pukkuksong-1, un SLBM -Submarine Launched Ballistic Missile- à combustible solide dont le premier essai remonte à l’année 2016. Il aurait été déployé en 2017 et est actuellement opérationnel. Il emporterait de cinq à dix ogives nucléaires.

Ainsi dans un premier temps, le second vecteur de la dissuasion nucléaire nord-coréenne fut basé sur un peu plus d’une douzaine de sous-marins emportant chacun un seul missile balistique à têtes multiples.

Cela semblait fort insuffisant pour une réelle dissuasion vu les limitations intrinsèques des sous-marins en termes de vitesse et d’endurance (80 jours) et surtout la portée du Pukkuksong-1, estimée à 2000 kilomètres. De plus, il n’y avait qu’une seule possibilité de lancement unique face à un pays adverse disposant de nombreux systèmes anti-balistiques. Même si Pyongyang estime que les capacités des systèmes anti-missiles sont loin d’être aussi performantes que ne le prétend le complexe militaro-industriel US, il fallait passer à la vitesse supérieure et se doter d’une véritable plate-forme de lancement sous-marin fiable et peu chère à maintenir.

L’agence officielle nord-coréenne KCNA a diffusé il y a quelques jours des images de Kim Jong-Un en visite à un chantier naval où un nouveau sous-marin de classe inconnue est en construction. Les images de la KCNA ne permettent pas d’évaluer avec exactitude la taille réelle du submersible mais il semble qu’il soit bien plus imposant que le Gorae. Pyongyang a donc opté pour une véritable force de dissuasion sous-marine. Les chantiers de construction navale de la Corée du Nord disposent d’une immense expérience dans la construction de sous-marins. Ils ont construit plus de 46 sous-marins d’attaque diesel de la classe Sang-O constituant le gros de la flotte submersible opérationnelle de ce pays.

Si le nouveau sous-marin est capable d’emporter quatre missiles balistiques, la Corée du Nord aura alors la capacité de lancer à partir de flotte de sous-marin 64 missiles nucléaires. Ce qui n’est pas du tout mal si l’on y ajoute les autres missiles balistiques lancés à partir de rampes mobiles et de silos.

Publicités



');

11 Replies to “La Corée du Nord construit un nouveau sous-marin lanceur de missiles balistiques

  1. @Strategika.
    Les nouvelles en provenance de Pyongyang ne doivent vraiment pas rassurer les capitales occidentales mais plutot les stupéfier.
    https://sputniknews.com/military/201907271076376946-north-korean-missiles-irregular-trajectory-japan/
    D’aprés les déclarations officielles du ministere japonais de la défense il y a tout lieu de croire que le dernier test de missile nord coréen concerne bien une arme hypersonique, ce qui est en soi un séisme.
    Citations du ministère japonais de la défense :
    New North Korean projectiles have trajectories that are not typical for conventional ballistic missiles,…The new North Korean projectiles had irregular trajectories and flew at lower altitudes than conventional ballistic missiles
    T’aurais + d’infos ?

    1. C’est nouveau et un type de missile qui n’existe officiellement nulle part ailleurs qu’en Corée du Nord. Ces missiles sont impossibles à intercepter.
      C’est plus qu’un seisme, c’est un cataclysme !

      1. Merci pour l’info.
        C’est plus qu’un seisme, c’est un cataclysme !
        Quelle joie pour Washington, Londres et Tel Aviv!

    2. Je crois que je suis le seul à avoir parlé de missile de croisière. Pour l’autre missile ressemblant à l’Iskander russe, il est furtif. et totalement imprévisible.

      1. Je crois que je suis le seul à avoir parlé de missile de croisière
        En Effiet. Tu ne sais pas si missile de croisière est supersonique ? Hypersonique ? Pour les USA, Israèl, comme le UK, et le Japon ca doit etre la douche froide, la fin d’un reve et le début de cauchemards interminables!

    1. Salut Fox,

      Côté pro, ca fait quelques mois (12-15) que je bosse pour un fournisseur sur des machines qui vont en Turquie pour un sous traitant fabriquant des pièces de moteurs d’avions civiles et militaire occidentaux.
      Depuis 3-4 mois, le cahier des charges a évolué, je ne peut m’étaler plus sur le sujet, mais la diversité des pièces à traiter a changée. Se ne sont plus QUE des références Safran OU GE. Il y a d’autres références, inhabituelles pour moi, qui apparaissent en nombre. Et ce ne sont pas des références Tupolev ou similaires…

      La Turquie, depuis quelques mois seulement, à fais sont choix industriel. Je ne sais pas si les choix politiques et militaires sont identiques ou non, mais les choix des grands groupes nationaux industriels Turques sont aujourd’hui faits et ils ne sont pas occidentaux. J’ai eu des échos similaires dans le domaine de l’énergie (domaine assez révélateur)…

      1. Merci pour les infos Benjman.
        Je sais que la Turquie a lançé son programe de developpement d’avion furtif, et il y a de nombreux échos sur le web qui affirment que le UK devrait fournir les moteurs.
        Autre élément et qui m’a pour ainsi dire stupéfait, la Turquie fait partie des quelques pays au monde qui developpe son “railgun” -à part cannon electrique, il n’y a pas de bonne traduction française de ce système d’arme, peut etre que les leaders de l’Hexagone considère à tord que cette arme n’a aucun avenir ? En tout cas on se souviendra du fiasco de la ligne Maginot, et l’absence de clairvoyance pour ce qui est des divisions mobiles. Espérons que les les elites militaires ne feront pas les memes conneries – il est semble-t-il aussi performant que celui des chinois, les + avancés dans ce domaine. Et honnetement quand Erdogan a dit “l’arme la + moderne du monde” je pensais au Railgun. Ce systéme d’arme, une fois opérationnel bouleversera pour longtemps les champs de batailles, et c’est une certitude rendra caduque l’aviation telle qu’on la connait.

  2. L’autonomie indiquée exclut toute propulsion nucléaire. L’ancienne de la conception du sous-marin parent ne permet pas une discrétion acceptable. Je m’interroge sur l’utilité de sous-marins visibles comme le nez au milieu de la figure.

    1. L’autonomie indiquée exclut toute propulsion nucléaire.
      En effet le sous marin de la classe Gorae semble avoir une propulsion diesel. Parce que l’ennui avec un sous marin à propulsion nucléaire, il est trés buillant, à la différence des Diesel. Dailleurs les SLBM chinois tout au moins les précédentes versions étaient d’aprés les US -à prendre au conditionnel bien sur- trés bruillants, donc trés facile à detecter et à neutraliser, tout au moins en théorie.
      Pour ce qui est du prochain SLBM nord coréen personne ne sait, beaucoup avancent l’hypothese qu’il serait un equivalent de la classe Romeo, et pourrait emporter entre 6 à 8 missiles. Encore une fois ce ne sont que des supputations, et à ce stade il n’y a pas la moindre preuve. Tout ce que les occidentaux disent sur la Corée du Nord repose soit les services de renseignements sud coréens qui ont tendance à exagérer, ou à sous estimer, ou alors de temps à autres des deserteurs nord coréens. Autrement dit du vent.

    2. Il ne s’agit pas de sous-marins à propulsion nucléaire. Ils explorent des voies asymétriques et cela est fort intéressant.
      Le Gorae est lent et dispose d’une autonomie de 80 heures. Il sert actuellement de plate-forme d’essai à la nouvelle classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.