Analysis

Libye : la guerre dans les airs

Des avions de combat non identifiés opérant pour le compte du maréchal Khalifa Haftar, ont bombardé aujourd’hui l’école de l’Armée de l’air située à Misrata.

Les avions de combat de l’Armée Nationale Libyenne (ANL), dénomination officielle des forces de Haftar ont ciblé les hangars, les bâtiments de l’école et ont fortement endommagé les pistes d’atterrissage de l’aérodrome militaire de l’école de l’air. Plusieurs appareils non opérationnels ont été détruits dans le raid. Il s’agit de Mig-21 et d’un Mig-25 hérités des arsenaux de l’ex-Djamahirya de Gaddafi.

Des raids aériens se poursuivent sur Misrata dans l’indifférence totale de la communauté internationale et ce fait contraste avec le tollé international enclenché par Londres, Paris et Washington lorsque les abords de cette ville côtière furent pilonnés par les forces de Gaddafi en 2011.

De son côté le gouvernement d’entente de Tripoli a affirmé à travers le porte-parole de l’opération militaire “le Volcan de la Colère”, que des avions de combat relevant des forces de Tripoli ont mené des raids visant des regroupements de forces dans le grand Sud libyen et la base aérienne de Jafra.

Un avion-cargo Ilyouchine Il-76 (Candid) affrété par un pays soutenant Haftar et des drones d’attaque appartenant à une autre puissance assurant la couverture aérienne des forces de l’homme fort de la Cyrénaïque, auraient été touchés.

La guerre en Libye se transforme de plus en plus en une guerre aérienne après le blocage tactique sur terre où les deux protagonistes en conflit ne parviennent plus à achever le moindre mouvement.

Publicités

One Reply to “Libye : la guerre dans les airs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.