Analysis

F-35 : le Japon veut être un partenaire officiel du programme mais le Pentagone va refuser cette éventualité

Washington ne pemettra pas au Japon de devenir un partenaire officiel à part entière de l’avion de combat furtif de cinquième génération F-35 en dépit de la très importante commande niponne : Tokyo s’est en effet engagé à acquérir 105 F-35A et 42 F-35B.

La demande officielle japonaise a causé un certain malaise au sein du Pentagone et du complexe militaro-industriel US.

Pourtant la demande du Japon tombait au moment optimal puisque le retrait turc du programme F-35 laisse une place vacante. Officiellement le Pentagone estime que la demande niponne pourrait ouvrir la voie à d’autres demandes émanant d’autres partenaires mais en réalité Washington est terrifiée à l’idée que le Japon maîtrise très rapidement une partie de la chaîne de production du F-35 et exploite le programme pour développer son propre avion de combat de 5ème ou même de 6ème génération en se basant sur les excellents modèles de Mitsubishi dont le developpement est sévèrement bridé par Washington.

Le souvenir du Mitsubishi Zéro semble encore hanter l’inconscient collectif de l’aéronavale US.

Le poids et l’ombre de la guerre du Pacifique de 1941-1945 pèsent donc encore sur les choix stratégiques de Washington vis-à-vis du Japon qui est pourtant un très fidèle allié depuis 1945. Washington ne fait pas confiance à Tokyo et la plupart de la classe politique niponne le sait mais se tait du fait car la nature de la relation avec les États-Unis et du système politique en vigueur dans l’Empire du Japon sont érigés en tabous sacrés.

Les japonais n’ont d’autres choix que d’acheter des F-35A et B à prix d’or en attendant de pouvoir revenir à la charge.

Il est à rappeler que le Japon a perdu un F-35A dans le Pacifique dans des conditions qui sont loin d’être claires.

Publicités

4 Replies to “F-35 : le Japon veut être un partenaire officiel du programme mais le Pentagone va refuser cette éventualité

  1. Les USA n’ont en effet pas d’alliés, seulement des états vassaux, bien souvent occupés militairement comme c’est le cas pour le Japon et l’Allemagne (et bien d’autres) depuis 1945. On pourrait discuter le cas un peu particulier d’Israël qui ressemble dans la pratique à une sorte de protectorat US atypique en raison de l’imbrication de sa gouvernance avec le pouvoir américain et son hyper militarisation, ce qui n’a rien d’étonnant pour un pays découpé dès le départ en forme de porte-avion… Les autres sont de la piétaille, de possibles théâtres d’opération, des supplétifs à qui vendre de force le dernier fer à repasser volant, car la guerre c’est sympa, surtout chez les copains.

  2. Washington ne fait pas confiance à Tokyo et la plupart de la classe politique niponne le sait…

    Tu as mis l’index sur le vrai problème de la prétendue “famille” occidentale et leur sourrires de façade. En réalité ni Washington, ni Londres, ni Paris ne font confiance au Japon, pas plus qu’ils ne font confiance à l’Allemagne, et meme à l’Italie, encore moins la Turquie. Il faut savoir qu’à ce jour les seuls transferts de technologies qui ont été faits ne concernent pas les éléments clefs de l’aeronautique, et des missiles. Quand durant les années 60 l’Italie -et les italiens en avaient plus que les moyens – avaient vu grand, notamment le programe de SLBM ALFA dérivé du Polaris, on se demande pourquoi, le gouvernement italien abandona, en signant le traité de non prolifération. Sans doute les préssions de Washington, Paris, Londres y ont été pour beaucoup. Pour les WASP un italien, ça reste un italien, …un simple immigré, rien de plus.
    De meme que les programmes Tornado du supposé Panavia, et le EAF Typhoon, les allemands, italiens ont le droit de construire, mais pas les éléments stratégiques. A ce jour, l’Allemagne et l’Italie ne fabriquent pas de moteurs d’avions. Rappelle toi, pour narguer les USA, la Chine avait proposé à l’Allemagne des transferts de technologies de ses moteurs d’avions. Je pense que la tentation des allemands d’accepter les offres chinoises étaient grandes, cependant les pressions des Etats Unis les en ont dissuadé.
    Aujourd’hui, le choix est vaste, non seuleument la Russie et la Chine fabriquent de meilleurs avions de combat que les USA, il y a également l’Inde, et …la Corée du Nord par rapport à ton dernier article.
    En outre en matière de missiles balistiques il y a du choix meme le Pakistan et l’Iran fabriquent des IRBM et ICBM. Une chose me parait certaine la France, le UK, et les USA vont le payer trés cher, et c’est juste une question de temps. Surtout que l’Allemagne doit accepter son suicide en silence et avec le sourrire aux levres, en régularisant 30 millions de migrants dans les 20 ans. L’Italie est entrain de craquer.
    Donc dans cette alliance occidentale trois grands pays industrialisés en raison de leur passé sont mis à l’index et sont considérés dans les faits comme des ennemis. Et ces pays le savent. Personelement c’est ce qui me fait dire que l’alliance occidentale n’est pas viale. On comprend pourquoi que la Turquie a attendu le moment opportun pour quitter le navire de l’alliance atlantique. Ils ont gagné en prime le droit de fabriquer non seuleument des S-400, mais aussi des S-500, des SU-35 et SU-57. Prochain acte l’Italie et la Grèce devrait quitter l’alliance.

    1. Effectivement Fox, l’Empire se méfie au plus point de l’Allemagne, la France, l’Italie et le Japon comme il n’a jamais fait la moindre confiance à la Turquie ou l’Égypte malgré toutes leurs compromissions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.