Analysis

The Western roots of “Middle-Eastern” terrorism- By Amir Nour

Convinced that terrorism, in all its forms and manifestations, committed by whomever, wherever and for whatever purposes, is unacceptable and unjustifiable, member States of the United Nations were finally able to adopt, on September 8, 2006, a common approach within the framework of the “United Nations global counter-terrorism strategy ». But, ten years later, the “international community” has yet to agree on a consensus definition of the common enemy, which continues to grow and expand, thus inflicting devastation and untold misery, mainly to the States and the peoples of the Arab and Muslim world.

However, in a bitter irony, and in total defiance of established historical truths, these very victims and their majority religion -Islam- are accused by some of the crime of sponsoring transnational terrorism, hence jeopardizing international peace and security.

But who is really to be held liable for the birth and expansion of the phenomenon of violence in modern times, against the consequences of which a number of visionary thinkers like Malek Bennabi and Eric E. Hobsbawm had yet forewarned the world a century ago already?

The opinions exposed in this paper on this burning topic aren’t expressed by Muslim officials or thinkers. They are those of Westerners, at different levels of authority and moral and political responsibility, representing the obverse and the reverse of the terrorism medal, and pointing out the historical responsibility of some Western governments They are representative of a “politically incorrect” voice whose echo is barely audible in the middle of the media tumult skillfully orchestrated by the new “self-righteous”.

Terrorism, Islam and treason of the clerks

Recently, magistrate Vincent Sizaire, author of the book titled “L’Imposture sécuritaire”, explained[2] that the characterization of terrorism is more about political calculation than legal hermeneutics, since it is necessarily the result of a process of balance of power and political assessment, at the end of which the powers to be tend to apply it in a more or less discretionary manner to a particular criminal rather than another. Sizaire highlights how it is problematic, today, to use the same term to refer to activities undertaken by fanatical and obscurantist groups, and to actions of political opponents of authoritarian regimes.

Therefore, there can obviously be no question for the need to put forward a new definition of this concept, one less equivocal. Indeed, it should be pointed out that, to date, no one definition of terrorism has gained universal acceptance. Alex Schmid and Albert Jongman identify 109 different definitions[3]. The United Nations still can’t find an agreed upon definition among its member States since December 17, 1996, date of adoption by the General Assembly of resolution 51/210, by which it was decided to create a special Committee to develop a comprehensive convention on international terrorism. It’s so controversial a debate that, according to Oliver Libaw, even in the United States -where the “Global War on Terror” was launched in 2001- “it turns out that no one is all that sure just what ‘terrorism’ is”[4].

Thus, the future still looks bright for the famous and often-cited claim that “one man’s terrorist is another man’s freedom fighter”[5]. Never mind! For one school of thought in the West, terrorism, barbarity and intolerance are consubstantial to Islam as a religion. Consequently, in the face of the “crazy Muslim zealots” who “see progress as an evil, tolerance as a weakness and pacifism as a sin”, and “call for murder and destruction”, resistance and relentless struggle are to be opposed within a “long Fourth World War”[6], akin to those waged by the “Free World” against fascism and nazism during the First and Second World Wars, and against communism during the third world war, presumably completed with the end of the cold war in 1989.

Nothing seems to shake the certainties of the proponents of this “dominant thought” often described as neoconservative, mainly conveyed by Western and Israeli think tanks, and relayed by their powerful mainstream media. And it would be pointless to remind them, for instance, that in the absence of a comprehensive international convention on terrorism-a result of the lack of a consensus definition that should be distinguished from the legitimate struggle of peoples for self-determination and which should include “State terrorism”- Arab and Muslim States have developed their own legal instruments within their regional groups; that in the 1990s, a country like Algeria fought alone against terrorism -before a suspicious international silence- that cost her more than 200,000 deaths and economic losses estimated at more than $ 30 billion; that 95% of lives lost to “terrorist barbarity” are to be found among Muslims[7]; that the highest official authorities of Islam have condemned without appeal both the ideology and actions of terrorist groups; and that the overwhelming majority of Muslim populations reject terrorism in all its forms and manifestations, as confirmed by statistics provided by Western survey institutes and agencies themselves.

In his time, Julien Benda denounced the “betrayal of the clerks”. More recently, Pascal Boniface pin the “intellectual counterfeiters” who bear a heavy responsibility in “the place occupied by lies in the public debate”. He targets in particular those who tend to equate Islam and terrorism by referring to “fascislamism” and contribute to nurture a neoconservative approach that thrives in the West since the 9/11 attacks.

We have already addressed this issue of Islam as a mobilizing and unifying scarecrow in the West[8]. We have reported “a dangerous semantic shift that we constantly observe since the fall of the Berlin Wall: from ‘counter-terrorism’ actions, we jumped to war against ‘Islamic terrorism’, and then to the fight against ‘Islamic extremism’ “. And we have, inevitably, raised the following question: “Are we soon going to abandon superfluous adjectives and hypocritical euphemisms to openly claim the war against Islam itself ?”. Since then, time and events seem to have proved us right…

Responsibility of the West regarding transnational terrorism

Some people believe that radical Islamism and jihadism are not an exclusive “creation” of the West. To think otherwise, they argue, would be to overestimate the Western influence in areas where many other local and international factors have contributed to their development over a long period of time. That is certainly right, and so is the fact that certain misguided policies pursued by Western powers, particularly by Anglo-Saxon countries, have greatly contributed to the emergence and expansion of these phenomena, especially since the iconic events of 9/11 and their disastrous ‘by-products’: the Afghan and Iraqi military expeditions.

Britain’s role

This view is shared by Mark Curtis, who documented in a book[9] the collusion of the United Kingdom with Islamism since the last century. Based on reliable documentation and government archives, he dissects an aspect of British foreign policy, which has remained curiously ignored or deliberately obscured by the mainstream media. This collusion, he says, has “a long history which has contributed not only to the rise of radical Islam itself, but also to that of international terrorism, which the new strategy of national security of the UK Government has designated as the biggest threat to the country”, and that the highest ranking officer of the British army has identified as “the fight of our generation, maybe our Thirty Years’ War”.

Curtis says that the share of responsibility of London in the emergence of the terrorist threat goes well beyond the impact its wars in Afghanistan and Iraq have had on a few individuals. The most important fact in this story is, according to him, that the successive labour and conservative governments have, for decades, connived with radical Islamic forces, including terrorist organizations. They have, sometimes, trained and financed them in order to promote specific foreign policy objectives, with a view to desperately preserving what was left of British power and influence internationally, mainly in areas considered as sensitive but where it was no longer possible to impose their will and interests unilaterally or by relying on other local allies.

The role of the United States of America

In his book[10] published in 2005, Robert Dreyfuss meticulously documents the American role in this “Devil’s Game”. Drawing on archival research and interviews with policymakers and officials of the CIA, the Pentagon and the State Department, he analyzes the consequences of “sixty years of misguided efforts” on the part of the United States in order to dominate the economically and strategically vital Middle East region. Dreyfuss argues that America’s historic alliance with the Islamic right is greatly to blame for the emergence of Islamist terrorism. He concludes by stating that “far from promoting democracy and security”, this policy, which continues to this day, “ensures a future of blunders and blowback”.

Robert F. Kennedy Jr., nephew of the late U.S. President J.F. Kennedy, also considered the long history of the violent interventions of his country in the region. He explains in a long article[11] in “Politico” magazine why we should look beyond convenient explanations of religion and ideology and examine instead the more complex rationales of history and oil “and how they often point the finger of blame back at our own shores”. He also describes how “over the past seven decades, the Dulles brothers, the Cheney gang, the neocons and their ilk have hijacked that fundamental principle of American idealism and deployed our military and intelligence apparatus to serve the mercantile interests of large corporations and particularly, the petroleum companies and military contractors that have literally made a killing from these conflicts”.

Moreover, a Foreign Policy Journal article[12] tells us that the White House had made the decision to support the armed radical Jihadists in Syria (that would later emerge as ISIL and Jabhat Al-Nusra) despite the warnings of the intelligence agencies, which provided for the advent of the Islamic State. This amazing information was confirmed by former head of the Defense Intelligence Agency (DIA), Lieutenant General Michael Flynn –after he resigned from his post in April 2014, much to everyone’s surprise- who was previously the Director of information for the Center of command of special operations and, in that capacity, had the main mission to hunt down Usama Bin Laden and dismantle Al-Qaeda.

It is worth noting that this piece of information and other related revelations have been reported in a documentary film[13] broadcast by ARTE-TV channel, which explains “how, from Bush to Obama, America has left prosper the blind terror that Daesh took over”. In this film, former members of the intelligence community, representatives of U.S. forces in Iraq, former Secretary of State Colin Powell and terrorism experts trace, with supporting evidence and archives, the thirteen years of “the lost war on terror”.

Last but not least, during the 2016 presidential campaign, the GOP nominee, Donald Trump, said[14] that he meant exactly what he had declared previously in Florida, when he called President Barack Obama the “founder of ISIS”. And when the conservative radio show host, Hugh Hewitt, tried to clarify Trump’s position by saying he understood him to mean “that he (Obama) created the vacuum, he lost the peace”, D. Trump objected, declaring “No, I meant he’s the founder of ISIS. I do. He was the most valuable player. I give him the most valuable player award. I give her, too, by the way, Hillary Clinton”.

France’s role

In his latest book[15], French philosopher Michel Onfray states that “terrorist Islam” was partially created by the bellicose West. Denouncing what he calls “contemporary colonial wars” conducted by some Western countries including France, he argues that Islamic regimes only started to threaten the West once, and only once the latter had indeed threatened them by brutal force.

For his part, Pierre Conesa, former senior official in the Ministry of defense, said[16] that his country “is paying a high price for a war that is not its own”. In this regard, he cites the example of the intervention in Libya where France has “done on its own account what Bush did in Iraq, which is destroying a regime and leaving behind chaos it has no ability to manage”.

In Syria, especially during the period when Laurent Fabius was the head of the Quai d’Orsay, this dubious interventionist policy resulted in total support to the rebels fighting against Al-Assad regime. Believing that the departure of the latter “is only a matter of weeks”, Fabius said in August 2012 “Bashar Al-Assad would not deserve to be on Earth”. And in December of the same year, reacting to Washington’s decision to place Jabhat Al-Nusra on its list of terrorist organizations, he declared: “All Arabs were fiercely against” the American position “because, on the ground, they (the elements of Al-Nusra) do a good job”[17].

In conclusion, we would like to invite the public to ponder the wisdom of a thinker who once said that in the past weapons were manufactured to wage wars, but today wars are manufactured to sell weapons.

Yet unfortunately, it has to be recognized that the rhetoric on the “clash of civilizations”, constantly and tirelessly repeated by some since the end of the cold war and the subsequent disappearance of the “indispensable enemy”, seems to have achieved the objective assigned to it, chiefly by those who benefit from and pull the strings of the perpetuation of conflicts all over the world. This rhetoric has thus produced a dangerous “clash of fundamentalisms’, which is updating the notions of “revenge of God”, “Crusades” and “Jihad”, and adding new ones such as “islamofascism”. The consequence of this dramatic turn of events is illustrated, on the sought and obtained ground of confrontation, by a “clash of barbarities”.

In today’s increasing international turmoil, nobody should be blind to the fact that the biggest danger associated with this change is that since the end of the second world war, the world has entered the age of the “supreme weapon” –the atomic bomb- and other weapons of mass destruction, and that extremists on all sides are promising and fervently promoting a “Cosmic War” for “the triumph of Good over Evil”. For some of them, it is a religious war, the ultimate war prior to the Apocalypse or the end of the world, whose theatre of operations one party sets in “Armageddon” and the other in “Dabiq”, both places situated in the Levant, comprising Syria which is being today put to fire and sword…

Isn’t it insane to believe that our civilized world is unable to find a path other than the one leading toward Mutually Agreed Destruction?

Amir Nour

This article was initially published in the Saker on 02/14/2017 and it can be viwed at the following link: https://thesaker.is/the-western-roots-of-middle-eastern-terrorism/

* * *

  1. Algerian researcher in international relations, author of the book “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” (East and West in time of a new Sykes-Picot”, Alem El Afkar, 2014. 
  2. In Le MONDE Diplomatique, “Une notion piégée: quand parler de terrorisme ?” (A Tricky notion: When to talk about terrorism?), August 2016. 
  3. A. Schmid & A. Jongman, “Political Terrorism“, 1988. 
  4. O. Libaw, “How Do You Define Terrorism ?“, ABC News Network, October 11, 2015. 
  5. C. Friedersdorf, “Is One Man’s Terrorist Another Man’s Freedom Fighter ?”, The Atlantic, May 16, 2012. 
  6. Norman Podhoretz, “World War IV: The Long Struggle Against Islamofascism”, Doubleday, 2007. 
  7. 2015 Global Terrorism Index report shows that terrorist attacks are concentrated in just five countries with a Muslim majority: Afghanistan, Iraq, Nigeria, Pakistan and Syria, totalling 78% of all deaths and 57% of all attacks; the West is remarkably safe from terrorism as 2.6% ‘only’ of terrorist deaths occurred there since the beginning of the 21st century (excluding the 3,000 deaths from September 11, 2001, this proportion falls to 0.5%). 
  8. In our book “L’Orient et l’Occident…”, op. cit. 
  9. M. Curtis, “Secret Affairs: Britain’s Collusion With Radical Islam“, Serpent’s Tail, 2010. 
  10. R. Dreyfuss, “Devil’s Game: How The United States Helped Unleash Fundamentalist Islam“, Metropolitan Books, 2005. 
  11. http://www.politico.eu/article/why-the-arabs-dont-want-us-in-syria-mideast-conflict-oil-intervention/ 
  12. B. Hoff, “Rise of Islamic State Was a Willful Decision“, 7 August 2015. 
  13. Titled “Du 11 septembre au Califat: l’histoire secrète de Daesh” (From 9/11 to the Caliphate: The Secret History of ISIS), August 30, 2016. 
  14. Tal Kopan, “Donald Trump: I meant that Obama founded ISIS, literally”, CNN, August 12, 2016.
  15. M. Onfray, “Penser l’Islam” (Thinking Islam), éditions Bernard Grasset, Paris, 2016. 
  16. See: “Les attentats sont la suite logique des bombardements” (Attacks are the logical result of the bombings”, Le Temps, July 16, 2016. 
  17. See B. Collombat and J. Monin’s investigation: “Daesh: Autopsie d’un monstre” (ISIS: Autopsy of a Monster), November 20, 2015. 
Publicités



');

3 Replies to “The Western roots of “Middle-Eastern” terrorism- By Amir Nour

  1. Bonne synthèse des responsabilités des USA, du Royaume-Uni de la France, mais qui n’ose pas remonter aux sources des manipulations de ces états et intérêts, à la stratégie de l’état Likoud (il faudrait citer Oded Yinon 1982) et aux rôles des Neocons US et de leur PNAC Plan for a New American Century, en rappelant que parmi la vingtaine de leurs éminences, la moitié sont double nationaux américains et israéliens.

    1. Les racines occidentales du terrorisme “moyen-oriental” – par Amir Nour

      Convaincus que le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, quels qu’en soient les auteurs, les lieux et les buts, est inacceptable et injustifiable, les États membres des Nations Unies ont finalement pu adopter, le 8 septembre 2006, une approche commune dans le cadre de la ” Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies “. Mais, dix ans plus tard, la “communauté internationale” n’est toujours pas parvenue à s’entendre sur une définition consensuelle de l’ennemi commun, qui ne cesse de croître et de s’étendre, infligeant ainsi dévastation et misère indicibles, principalement aux États et aux peuples du monde arabe et musulman.

      Cependant, dans une amère ironie, et au mépris total des vérités historiques établies, ces mêmes victimes et leur religion majoritaire – l’Islam – sont accusées par certains des crimes de parrainage du terrorisme transnational, mettant ainsi en danger la paix et la sécurité internationales.

      Mais qui est réellement responsable de la naissance et de l’expansion du phénomène de la violence dans les temps modernes, contre les conséquences desquelles des penseurs visionnaires comme Malek Bennabi et Eric E. Hobsbawm avaient déjà averti le monde il y a un siècle ?

      Les opinions exposées dans ce document sur ce sujet brûlant ne sont pas exprimées par des responsables ou des penseurs musulmans. Ce sont celles des Occidentaux, à différents niveaux d’autorité et de responsabilité morale et politique, représentant l’avers et le revers de la médaille du terrorisme, et rappelant la responsabilité historique de certains gouvernements occidentaux. Elles sont représentatives d’une voix “politiquement incorrecte” dont l’écho est à peine audible au milieu du tumulte médiatique savamment orchestré par les nouveaux “pharisaïsme”.

      Terrorisme, Islam et trahison des clercs.

      Récemment, le magistrat Vincent Sizaire, auteur de l’ouvrage intitulé “L’Imposture sécuritaire”, a expliqué[2] que la caractérisation du terrorisme relève davantage du calcul politique que de l’herméneutique juridique, puisqu’elle est nécessairement le résultat d’un processus d’équilibre des pouvoirs et d’évaluation politique, au terme duquel les pouvoirs à exercer sont plus ou moins susceptibles de l’appliquer de manière discrétionnaire à un criminel particulier plutôt qu’un autre. Le Sizaire souligne combien il est problématique, aujourd’hui, d’utiliser le même terme pour désigner les activités menées par des groupes fanatiques et obscurantistes, et les actions des opposants politiques aux régimes autoritaires.

      Il est donc évident qu’il ne fait aucun doute qu’il est nécessaire de proposer une nouvelle définition de ce concept, une définition moins équivoque. En effet, il convient de souligner qu’à ce jour, aucune définition du terrorisme n’a été universellement acceptée. Alex Schmid et Albert Jongman identifient 109 définitions différentes[3]. Les Nations Unies n’ont toujours pas trouvé de définition commune entre leurs États membres depuis le 17 décembre 1996, date de l’adoption par l’Assemblée générale de la résolution 51/210, par laquelle il a été décidé de créer un comité spécial pour élaborer une convention générale sur le terrorisme international. C’est un débat tellement controversé que, selon Oliver Libaw, même aux Etats-Unis – où la “guerre mondiale contre le terrorisme” a été lancée en 2001 – “il s’avère que personne ne sait exactement ce qu’est le “terrorisme”[4]”.

      Ainsi, l’avenir semble encore prometteur pour la célèbre et souvent citée affirmation selon laquelle “le terroriste d’un homme est le combattant de la liberté d’un autre homme”[5]. C’est pas grave ! Pour une école de pensée occidentale, le terrorisme, la barbarie et l’intolérance sont consubstantiels à l’Islam comme religion. Par conséquent, face aux “fanatiques musulmans fous” qui “voient le progrès comme un mal, la tolérance comme une faiblesse et le pacifisme comme un péché”, et “l’appel au meurtre et à la destruction”, la résistance et la lutte acharnée sont à combattre dans une “longue quatrième guerre mondiale”[6], comme celles menées par le “Monde libre” contre le fascisme et le nazisme pendant les deux guerres mondiales, contre le communisme pendant la troisième guerre mondiale, probablement terminée par la guerre froide en
      Rien ne semble ébranler les certitudes des partisans de cette “pensée dominante” souvent qualifiée de néoconservatrice, véhiculée principalement par les think tanks occidentaux et israéliens, et relayée par leurs puissants médias grand public. Et il serait inutile de leur rappeler, par exemple, qu’en l’absence d’une convention internationale globale sur le terrorisme – résultat de l’absence d’une définition consensuelle à distinguer de la lutte légitime des peuples pour l’autodétermination et qui devrait inclure le ” terrorisme d’État ” – les États arabes et musulmans ont élaboré leurs propres instruments juridiques dans leurs groupes régionaux ; que dans les années 1990, un pays comme l’Algérie s’est battu seul contre le terrorisme – devant un silence international suspect – qui lui a coûté plus de 200 000 morts et des pertes économiques estimées à plus de 30 milliards de dollars ; que 95% des vies perdues par la “barbarie terroriste” se trouvent chez des musulmans[7] ; que les plus hautes autorités officielles de l’islam ont condamné sans appel à la fois l’idéologie et les actions des groupes terroristes, et que l’écrasante majorité des populations musulmanes rejettent le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, comme le confirment les statistiques fournies par les instituts et organismes occidentaux de sondage eux-mêmes.

      En son temps, Julien Benda dénonçait la “trahison des clercs”. Plus récemment, Pascal Boniface a épinglé les “contrefacteurs intellectuels” qui portent une lourde responsabilité dans “la place qu’occupe le mensonge dans le débat public”. Il cible en particulier ceux qui ont tendance à assimiler l’islam et le terrorisme en se référant au “fascisme” et contribuent à alimenter une approche néoconservatrice qui prospère en Occident depuis les attentats du 11 septembre.

      Nous avons déjà abordé cette question de l’Islam comme un épouvantail mobilisateur et unificateur en Occident[8]. Nous avons fait état ” d’un dangereux changement sémantique que nous observons constamment depuis la chute du mur de Berlin : des actions ” antiterroristes “, nous sommes passés à la guerre contre le ” terrorisme islamique “, puis à la lutte contre ” l’extrémisme islamique ” “. Et nous avons, inévitablement, soulevé la question suivante : “Allons-nous bientôt abandonner les adjectifs superflus et les euphémismes hypocrites pour revendiquer ouvertement la guerre contre l’Islam lui-même ? Depuis, le temps et les événements semblent nous avoir donné raison…

      Responsabilité de l’Occident en matière de terrorisme transnational

      Certains pensent que l’islamisme radical et le jihadisme ne sont pas une “création” exclusive de l’Occident. Penser autrement, selon eux, serait surestimer l’influence occidentale dans des régions où de nombreux autres facteurs locaux et internationaux ont contribué à leur développement sur une longue période de temps. C’est certainement vrai, tout comme le fait que certaines politiques malavisées menées par les puissances occidentales, en particulier par les pays anglo-saxons, ont grandement contribué à l’émergence et à l’expansion de ces phénomènes, surtout depuis les événements emblématiques du 11 septembre et leurs “sous-produits” désastreux : les expéditions militaires afghanes et irakiennes.

      Le rôle de la Grande-Bretagne

      Ce point de vue est partagé par Mark Curtis, qui a documenté dans un livre[9] la collusion du Royaume-Uni avec l’islamisme depuis le siècle dernier. Sur la base d’une documentation et d’archives gouvernementales fiables, il dissèque un aspect de la politique étrangère britannique, qui est resté curieusement ignoré ou délibérément occulté par les grands médias. Cette collusion, dit-il, a ” une longue histoire qui a contribué non seulement à la montée de l’islam radical lui-même, mais aussi à celle du terrorisme international, que la nouvelle stratégie de sécurité nationale du gouvernement britannique a désigné comme la plus grande menace pour le pays “, et que le plus haut gradé de l’armée britannique a identifié comme ” le combat de notre génération, peut-être notre guerre de trente ans “.

      Selon M. Curtis, la part de responsabilité de Londres dans l’émergence de la menace terroriste va bien au-delà de l’impact que ses guerres en Afghanistan et en Irak ont eu sur quelques personnes. Le fait le plus important dans cette histoire est, selon lui, que les gouvernements travaillistes et conservateurs successifs ont, pendant des décennies, conspiré avec les forces islamiques radicales, y compris les organisations terroristes. Ils les ont parfois formés et financés afin de promouvoir des objectifs spécifiques de politique étrangère, en vue de préserver désespérément ce qui restait du pouvoir et de l’influence britanniques sur la scène internationale, principalement dans des domaines considérés comme sensibles mais où il n’était plus possible d’imposer leur volonté et leurs intérêts unilatéralement ou en faisant appel à d’autres alliés locaux.
      Le rôle des États-Unis d’Amérique

      Dans son livre[10] publié en 2005, Robert Dreyfuss documente minutieusement le rôle américain dans ce “jeu du diable”. S’appuyant sur des recherches archivistiques et des entretiens avec des responsables politiques et des responsables de la CIA, du Pentagone et du Département d’État, il analyse les conséquences de “soixante ans d’efforts malavisés” de la part des États-Unis afin de dominer la région économiquement et stratégiquement essentielle du Moyen-Orient. Dreyfuss soutient que l’alliance historique de l’Amérique avec la droite islamique est largement responsable de l’émergence du terrorisme islamiste. Il conclut en déclarant que “loin de promouvoir la démocratie et la sécurité”, cette politique, qui se poursuit encore aujourd’hui, “assure un avenir de dérapages et de retours de bâtons”.

      Robert F. Kennedy Jr, neveu de feu le président américain J.F. Kennedy, a également examiné la longue histoire des interventions violentes de son pays dans la région. Il explique dans un long article[11] de la revue “Politico” pourquoi nous devrions regarder au-delà des explications pratiques de la religion et de l’idéologie et examiner plutôt les raisonnements plus complexes de l’histoire et du pétrole “et comment ils pointent souvent du doigt les coupables comme étant chez nous. Il décrit également comment “au cours des sept dernières décennies, les frères Dulles, la bande de Cheney, les néocons et leurs semblables ont détourné ce principe fondamental de l’idéalisme américain et déployé notre appareil militaire et de renseignement pour servir les intérêts commerciaux des grandes sociétés, en particulier les sociétés pétrolières et les entrepreneurs militaires qui ont littéralement fait un massacre de ces conflits”.

      De plus, un article du Foreign Policy Journal[12] nous apprend que la Maison-Blanche avait pris la décision de soutenir les djihadistes radicaux armés en Syrie (qui deviendraient plus tard ISIL et Jabhat Al-Nusra) malgré les avertissements des agences de renseignement, qui prévoyaient l’avènement de l’État islamique. Ces informations étonnantes ont été confirmées par l’ancien chef de la Defense Intelligence Agency (DIA), le général de corps d’armée Michael Flynn – après sa démission de son poste en avril 2014, à la grande surprise de tous – qui était auparavant directeur de l’information du Centre de commandement des opérations spéciales et, à ce titre, avait pour mission principale de traquer Usama Bin Laden et de démanteler Al-Qaeda.
      *****************************************
      Il est à noter que cette information et d’autres révélations connexes ont été rapportées dans un film documentaire[13] diffusé par la chaîne ARTE-TV, qui explique “comment, de Bush à Obama, l’Amérique a laissé prospérer la terreur aveugle que Daesh a reprise”. Dans ce film, d’anciens membres de la communauté du renseignement, des représentants des forces américaines en Irak, l’ancien secrétaire d’État Colin Powell et des experts du terrorisme retracent, avec des preuves et des archives à l’appui, les treize années de “guerre perdue contre le terrorisme”.

      Enfin, lors de la campagne présidentielle de 2016, le candidat du GOP, Donald Trump, a déclaré[14] qu’il voulait dire exactement ce qu’il avait déclaré précédemment en Floride, quand il avait appelé le président Barack Obama le “fondateur d’ISIS”. Et lorsque l’animateur conservateur Hugh Hewitt, Hugh Hewitt, a essayé de clarifier la position de Trump en disant qu’il le comprenait comme signifiant “qu’il (Obama) avait créé le vide, il avait perdu la paix”, D. Trump s’est opposé en déclarant “Non, je voulais dire qu’il est le fondateur d’ISIS. C’est ce que je fais. C’était le joueur le plus précieux. Je lui donne le prix du joueur le plus précieux. Je lui donne aussi, au fait, Hillary Clinton”.

      Le rôle de la France

      Dans son dernier livre[15], le philosophe français Michel Onfray affirme que “l’islam terroriste” a été partiellement créé par l’Occident belliqueux. Dénonçant ce qu’il appelle les “guerres coloniales contemporaines” menées par certains pays occidentaux, dont la France, il affirme que les régimes islamiques n’ont commencé à menacer l’Occident qu’une seule fois, et seulement une fois que ce dernier les a effectivement menacés par la force brutale.

      Pour sa part, Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la défense, a déclaré[16] que son pays ” paie un prix élevé pour une guerre qui n’est pas la sienne “. A cet égard, il cite l’exemple de l’intervention en Libye où la France a ” fait pour son propre compte ce que Bush a fait en Irak, ce qui détruit un régime et laisse derrière lui un chaos qu’il n’est pas capable de gérer “.

      En Syrie, surtout à l’époque où Laurent Fabius était à la tête du Quai d’Orsay, cette politique interventionniste douteuse s’est traduite par un soutien total aux rebelles qui luttaient contre le régime Al-Assad. Croyant que le départ de ce dernier “n’est qu’une question de semaines”, Fabius a déclaré en août 2012 “Bachar Al-Assad ne mériterait pas d’être sur Terre”. Et en décembre de la même année, réagissant à la décision de Washington d’inscrire Jabhat Al-Nusra sur sa liste des organisations terroristes, il a déclaré : “Tous les Arabes étaient farouchement contre” la position américaine “parce que, sur le terrain, ils (les éléments d’Al-Nusra )font du bon boulo”[17].
      En conclusion, nous aimerions inviter le public à réfléchir à la sagesse d’un penseur qui a dit que, dans le passé, les armes étaient fabriquées pour faire la guerre, mais aujourd’hui, les guerres sont fabriquées pour vendre des armes.

      Mais il faut malheureusement reconnaître que la rhétorique du ” choc des civilisations “, constamment et inlassablement répétée par certains depuis la fin de la guerre froide et la disparition de ” l’ennemi indispensable “, semble avoir atteint l’objectif qui lui a été assigné, principalement par ceux qui tirent profit de la perpétuation des conflits dans le monde entier. Cette rhétorique a donc produit un dangereux “choc des fondamentalismes”, qui actualise les notions de “vengeance de Dieu”, de “Croisades” et de “Jihad” et en ajoute de nouvelles comme l'”islamofascisme”. La conséquence de cette tournure dramatique des événements est illustrée, sur le terrain d’affrontement recherché et obtenu, par un “choc des barbaries”.

      Dans l’agitation internationale croissante d’aujourd’hui, personne ne doit ignorer que le plus grand danger associé à ce changement est que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde est entré dans l’ère de “l’arme suprême” – la bombe atomique – et des autres armes de destruction massive, et que les extrémistes de tous bords promettent et encouragent avec ardeur une “guerre cosmique” pour “le triomphe du bien sur le mal”. Pour certains d’entre eux, il s’agit d’une guerre religieuse, la guerre ultime avant l’Apocalypse ou la fin du monde, dont le théâtre d’opérations se situe à “Armageddon” et l’autre à “Dabiq”, deux lieux situés dans le Levant, dont la Syrie qui est aujourd’hui mise à feu et à sang…

      N’est-il pas insensé de croire que notre monde civilisé est incapable de trouver un autre chemin que celui qui mène à la destruction mutuelle ?

      Amir Nour
      Cet article a été initialement publié dans le Saker le 14/02/2017 et peut être consulté sur le lien suivant : https://thesaker.is/the-western-roots-of-middle-eastern-terrorism/

      * * *

      1) Chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot”, Alem El Afkar, 2014. ↑
      2) Dans Le MONDE Diplomatique, “Une notion piégée : quand parler de terrorisme ?” (Une notion délicate : quand parler de terrorisme ?), août 2016. ↑
      3) A. Schmid & A. Jongman, “Political Terrorism”, 1988. ↑
      4) O. Libaw, “How Do You Define Terrorism ?”, ABC News Network, 11 octobre 2015. ↑
      5) C. Friedersdorf, “Is One Man’s Terrorist Another Man’s Freedom Fighter ?”, The Atlantic, 16 mai 2012. ↑
      6) Norman Podhoretz, “World War IV : The Long Struggle Against Islamofascism”, Doubleday, 2007. ↑
      7) Le rapport 2015 Global Terrorism Index montre que les attaques terroristes sont concentrées dans seulement cinq pays à majorité musulmane : L’Afghanistan, l’Irak, le Nigeria, le Pakistan et la Syrie, totalisant 78% de tous les décès et 57% de tous les attentats ; l’Occident est remarquablement à l’abri du terrorisme puisque 2,6% ” seulement ” des morts terroristes y sont survenues depuis le début du 21ème siècle (en excluant les 3.000 morts du 11 septembre 2001, cette proportion tombe à 0,5%). ↑
      8) Dans notre livre “L’Orient et l’Occident…”, op. cit. ↑
      9) M. Curtis, “Secret Affairs : Britain’s Collusion With Radical Islam”, Serpent’s Tail, 2010. ↑
      10) R. Dreyfuss, “Devil’s Game : How The United States Helped Unleash Fundamentalist Islam”, Metropolitan Books, 2005. ↑
      11) http://www.politico.eu/article/why-the-arabs-dont-want-us-in-syria-mideast-conflict-oil-intervention/
      12) B. Hoff, “Rise of Islamic State Was a Willful Decision”, 7 août 2015. ↑
      13) Intitulé “Du 11 septembre au Califat : l’histoire secrète de Daesh” (Du 9/11 au califat : L’histoire secrète d’ISIS), 30 août 2016. ↑
      14) Tal Kopan, “Donald Trump : Je voulais dire qu’Obama a fondé ISIS, littéralement “, CNN, 12 août 2016.↑
      15) M. Onfray, “Penser l’Islam”, éditions Bernard Grasset, Paris, 2016. ↑
      16) Tu vois : “Les attentats sont la suite logique des bombardements “, Le Temps, 16 juillet 2016. ↑
      17) Voir l’enquête de B. Collombat et J. Monin : “Daesh : Autopsie d’un monstre”, 20 novembre 2015. ↑
      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.