Analysis

Whither Next, Neocons? by Steve Brown

Subsequent to decades of failed foreign policy, from continuous wars to the “Arab spring” (read: nightmare) Washington has arrived at a crossroads. Designed to make money for its military contractors and upset just about everyone else, the DC establishment is not only at a crossroads, but faces a serious quandary too in its predilection for the use of force.

Whether by accident or by design, Washington’s “foreign policy” has now pivoted aggressively to attempt to undermine the world’s greatest powers — formerly its partners –who now stand in opposition to that US aggression: namely Russia and China.

We see Washington’s attempts to destabilize China via its support for Hong Kong protests http://www.xinhuanet.com/english/2019-07/24/c_138251914.htm and the trade war. The trade war is all Washington’s play, designed when the US ascended to its number one position in oil exports, being the only real feather in the US cap. And while Wall Street is ‘convinced’ that the Treasury’s trade war with China will soon be resolved, that is a complete fantasy, as fantastic as the proposition that the US can maintain its hegemonic position forever.

Whytrade war chief Steve “IndyMAC” Mnuchin was promoted to ultimate power in the US Treasury is somewhat cloudy, https://www.nytimes.com/2016/12/19/business/dealbook/steven-mnuchin-trump-treasury-hedge-funds.html but likely originated with hedge fund forces underlying the regime, perhaps Paul Singer or Bob Mercer, or both together, along with speculative others. The point being, with “MrIndyMAC” Mnuchin and Robert Lighthizer in charge of talks, there is no hope that the United States can correct the self-inflicted damage it has done to itself,by its confrontation with China.

Likewise, Washington and US State have taken on their Russian counterparts for slights whether real or imagined, from Snowden to the Ukraine to Syria, to Russia’s bulk sale of US Treasury instruments on the open market.  Recent US Embassy meddling to promote protests in Moscow https://www.newsweek.com/russia-accuses-us-political-meddling-anti-putin-protests-1452589 highlights the latest manifestation of US State’s malfeasance, building upon its history in the Ukraine. In all wisdom, Washington’s failed State has jettisoned the INF treaty with Russia too, sparking a new global arms race that will allow all major powers to leverage their lethality to an alarming new extent.

Remarkable too, Trump has made great concessions to the Israeli’s, with his brinkmanship on Iran, pushing the envelope to the limits of war, while tacitly endorsing Israeli oppression of Palestinians and the occupation of Palestinian land. Trump has illegally recognized the Israeli occupation of the Golan Heightsand implicitly endorsed Jerusalem as the ‘capitol’ of Israel, while stripping the Palestinian authority and its people of much-needed funds and resources.

Furthermore, the stillborn Kushner “peace deal” for Palestinians was so laughable and outrageous that the existence of such a “deal” is not even whispered today.

Now, the US has proposedMike Pompeo as the only hope to revive talks with Iran, while Iran categorically stated that itwill not negotiate with terrorists — especially American ones. Likewise, communication with Russia and China is relatively non-existent, while the US only rattles its rather impotent and rusty saber, since diplomatic language is nowhere to be heard.

Taken together, all of the above represent important historic Neoconservative goals: the attempt to marginalize Russia and China globally; confronting any and all in violation of the Wolfowitz Doctrine; allowing Israel to dictate US policy; brutality to Palestinians; free reign to the Saudi Royals… etc.* As such, if the ideological and practical goals of Neoconservatism have been met and achieved we must ask: 

Whither next, Neocons? 

If history may be our guide, the Neocon stock in trade is to foment a new war on false pretenses with the arrival of every new US administration, arguably beginning with Ronald Reagan (El Salvador and Iran Contra). But the US has not engaged in a new war (other than trade) since Trump’s election, while division and anger havecontinued to grow within the United States.

Neocons believe that a new war will divert public anger to a positive outcome, ieto focus public anger on a new common enemy,rather than focus public anger onthe Neocons themselves for their failed foreign policy. Neocons believe too that a new war will kick the hegemonic can down the road– while concentrating public anger on their version of the bad guys! –thus diverting attention away from everything else.

In conjunction, Israel and Saudi Arabia and the aforementioned US State apparatus are piling the pressure on Donald Trump, to force him into war, while LMT and GD and the Academi militarist-contractors gleefully wait in the wings.(While those are not Neocon elements per se, Neocons likely wish to leverage the foregoing via their favorite perceived game-changer: Iran.)That is, to push’The Decider’ in Washington hard enough to declare war, somewhere. But that “somewhere” must have a relatively benign impact if things go wrong, which is the challenge Neocons face. 

War on Iran is a risky business. If Neocons have learned nothing else since their 2003 aggression in Iraq, it’s that a war on Iran will be far from a pushover https://nationalinterest.org/blog/buzz/think-iraq-war-was-hard-heres-what-war-iran-would-be-70726.  Regardless,the Neocon-Neoliberal push for war with Iran will continue unabashed and unabated, as we see with Washington’s attempt to setup an international “patrol force” for the Strait of Hormuz – so far unsuccessful.

Complicating the issue is Russia’s proclamation that any US attack on Iran will be considered an attack on Russia  https://www.asiatimes.com/2019/08/article/attack-on-iran-would-be-an-attack-on-russia/ and while that may be a head fake or bluff, it will be one foolhardy State Dept employee indeed who decides to call it.  

Venezuela is another Neocon target to divert and redirect US public anger, where much noise is being madeby Washington about a Naval blockade versus the country. https://moneymaven.io/mishtalk/economics/another-undeclared-war-trump-threatens-full-naval-blockade-of-venezuela-9gyJOipTDkuwSDiFxw-NZA/ Such a blockade will be impractical so long as Russia and China maintain their significant interests in Venezuela. So it appears that the real pointbeing made is that Trump wants to appear tough and show US strength, not that he is reticent to take military action.

Then we have North Korea, a Neocon staple for years, and an annoyance that US State has been entirely unable to gauge or appreciate since North Korea’s inception, where North Korea itself was created by US hubris. However North Korea’s leadership has cleverly and carefully played its hand to date, to a point where US efforts to bring North Korea within Washington’s grasp have not only failed, but even madethe US regime look silly. https://www.ibtimes.com/north-korea-releases-donald-trump-stamps-even-it-fires-rockets-2810842

Another gauge is to consider classic Neocon thinkers and hardliners like George Will, Bill Kristol, and Max Boot,and what they are thinking and writing about today.Ironically, Will, Kristol, and Boot only wax lyrical about their disdain for Donald Trump, even more obsessively than dems do while pursuing their Russophobic mania. In his latest hit piece, Boot even takes on Tucker Carlson just as Karl Marx might have taken on Lenin, had he been around to do so. Professional jealousy comes to mind. https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/07/22/what-comes-after-trump-may-be-even-worse/

At one time this author compiled a list of names in excess of two hundred Neoconservative intellectuals, with Washington think tanks from the AEI to the Heritage Foundation and Brookings Institute, CFR, Rand, and many more… all influential in public life. Most of those formerly well-known Neoconservative names have disappeared from public service and of those that remain – for example Elliott Abrams – when they do re-appear in public service, the general outrage and alarm is extant and instant.

In that light, can Washington’s remaining Neoconservative elements push Trump to war? Classic Neocons whether in public service or not,seem to be focused solely on their rejection of the Trump presidency, so their ability to influence the US president is muted. In fact, we are almost to the point where the Neocon ideology of the wicked inheriting the earth rings like a forgotten bad dream. Krauthammer is of course, dead… apparently in more ways than one, and militant Neoconservatism is no longer what it once was.It is without direction, it is flailing.

Yes, the remaining cadre of decadent Neoconservatism in Washingtonlacks direction and leadership.As a result, Washington’s Neocons – or what remains of them – areonly engaged in a bizarre Kabuki dance. Their strange movementson the stage presently lead nowhere, an eventuality that is somewhat uncharacteristic of their former coherence.They don’t even have Bolton and Pompeo to call assets, since they cannot be considered intellectualsor effective leaders.**

Rather than attribute Trumpwith the qualities of a great chess master for denying the Neocons their previous ability to force war on the public at will (to distract from a decaying US Empire) it appears that Neocons are simply engaged in pointless debate, with no real point or future prospect. 

In the end, the minions of the defunct PNAC and AEI consumed themselves in an orgy of pointless war and state-sponsored violence, where the only Neocon legacy is the staying-power of ISIS and its many variants. Even Fred Kagan mourns the Neocon passing in the last piece I have seen from him in some time. https://thehill.com/opinion/international/422864-isolationists-won-in-syria-but-internationalists-can-prevail

What we all must truly fear however is whether or when their meaningless Kabuki dancemay turn violent and ugly, when Neocons find themselves in their final death throes, finally understanding that their time has truly passed. And they want to take us all with them – to the grave… just as they have always done.

*The entire Neocon gambit is well laid out by the IASPS in “Beyond 2000, A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm” https://en.wikipedia.org/wiki/A_Clean_Break:_A_New_Strategy_for_Securing_the_Realm.

Steve Brown

**Bolton and Pompeo are more properly described as Statists, rather than Neocons.

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist,a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to theDuran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités



');

11 Replies to “Whither Next, Neocons? by Steve Brown

        1. On vous dit qu’il s’est suicidé, c’est donc vrai et il n’y a rien à penser de ce fait invérifiable : il faut croire sur parole les informations des média sous peine de tomber sous la grave accusation de complotisme. Du reste, est-il si extraordinaire qu’un prisonnier sur lequel pèsent de graves accusations se donne miraaculusement la mort ? Les miracles existent, vous venez d’être témoin d’un cas devenu à notre époque transparente très courant. Circulez, je voue prie, il n’y a rien à voir, tonnerre de merdre.

  1. C’est habituel chez Steve Brown. Une diarrhée verbale, un gloubiboulga informe rempli d’affirmations péremptoires et de formules anti Trump basiques sans aucun fondement. Exemple : “l’État Américain déliquescent” alors que l’économie US ne s’est jamais mieux portée que sous Trump.
    À force, c’est fatigant et ça fait perdre sa crédibilité à Strategika51.

    1. ” l’économie US ne s’est jamais mieux portée que sous Trump”
      et c’est pour cela qu’il baissent les taux d’intérêt !
      l’économie US est un jeu de dupe leur chiffres sont bidonnés . comment expliquer l’absence d’augmentation de salaire avec un chômage soit disant en dessous de 4 % ?

  2. Et maintenant, quel fusible va sauter pour permettre à “l’empire” commercial de ne pas s’effondrer ?!… Je “parie” pour l’Arabie “heureuse”, le croissant fertile , qui entraînera une nouvelle offensive sur Médine et La Mecque !… Quand les musulmans s’étriperont entre-eux, ce sera du temps gagné pour les néo-khons !…. ( Peut-être ….)

    1. traduction :
      Où est la suite, Néoconservateurs ? Par Steve Brown

      Après des décennies d’échec de la politique étrangère, des guerres continues au “printemps arabe” (lire : cauchemar), Washington se trouve à la croisée des chemins. Conçu pour faire de l’argent pour ses entrepreneurs militaires et contrarié à peu près tout le monde, l’establishment des DC n’est pas seulement à la croisée des chemins, mais fait également face à un sérieux dilemme dans sa prédilection pour l’usage de la force.

      Que ce soit par accident ou par dessein, la ” politique étrangère ” de Washington a maintenant pivoté agressivement pour tenter de saper les plus grandes puissances du monde – autrefois ses partenaires – qui s’opposent désormais à cette agression américaine : la Russie et la Chine.

      Nous voyons les tentatives de Washington de déstabiliser la Chine à travers son soutien aux manifestations de Hong Kong http://www.xinhuanet.com/english/2019-07/24/c_138251914.htm et à la guerre commerciale. La guerre commerciale est le jeu de Washington, conçu lorsque les États-Unis sont devenus le numéro un des exportations pétrolières, étant la seule véritable plume de la casquette américaine. Et si Wall Street est ” convaincu ” que la guerre commerciale du Trésor avec la Chine sera bientôt résolue, c’est un fantasme total, aussi fantastique que la proposition que les Etats-Unis puissent maintenir leur position hégémonique à jamais.

      Pourquoi le chef de guerre Steve “IndyMAC” Mnuchin a été promu au pouvoir ultime dans le Trésor américain est quelque peu nuageux, https://www.nytimes.com/2016/12/19/business/dealbook/steven-mnuchin-trump-treasury-hedge-funds.html mais a probablement pour origine les forces des fonds spéculatifs qui sous-tendent le régime, peut-être Paul Singer ou Bob Mercer, ou les deux ensemble, avec d’autres spéculatifs. En effet, avec “MrIndyMAC” Mnuchin et Robert Lighthizer en charge des pourparlers, il n’y a aucun espoir que les Etats-Unis puissent corriger les dommages qu’ils se sont infligés à eux-mêmes, par leur confrontation avec la Chine.

      De même, Washington et l’État américain se sont attaqués à leurs homologues russes, réels ou imaginaires, de Snowden à l’Ukraine en passant par l’Ukraine et la Syrie, jusqu’à la vente en vrac par la Russie d’instruments du Trésor américain sur le marché libre. Recent US Embassy ingdling to promote protests in Moscow https://www.newsweek.com/russia-accuses-us-political-meddling-anti-putin-protests-1452589 https://www.newsweek.com/russia-accuses-us-political-meddling-anti-putin-protests-1452589 met en lumière la dernière manifestation de la malfaisance de l’État américain, en s’appuyant sur son histoire en Ukraine. En toute sagesse, l’État en déliquescence de Washington a également rejeté le traité FNI avec la Russie, déclenchant ainsi une nouvelle course mondiale aux armements qui permettra à toutes les grandes puissances d’exploiter leur létalité dans une nouvelle mesure alarmante.

      Remarquable aussi, Trump a fait de grandes concessions aux Israéliens, avec sa brutalité envers l’Iran, repoussant les limites de la guerre, tout en approuvant tacitement l’oppression des Palestiniens par Israël et l’occupation des terres palestiniennes. Trump a illégalement reconnu l’occupation israélienne du plateau du Golan et a implicitement endossé Jérusalem comme la ” capitale ” d’Israël, tout en privant l’Autorité palestinienne et son peuple de fonds et de ressources indispensables.

      De plus, l'”accord de paix” de Kushner pour les Palestiniens était si ridicule et scandaleux que l’existence d’un tel “accord” n’est même plus murmurée de nos jours.

      Aujourd’hui, les Etats-Unis ont proposé le Mike Pompeo comme seul espoir de relancer les pourparlers avec l’Iran, alors que l’Iran a catégoriquement déclaré qu’il ne négocierait pas avec les terroristes – en particulier les terroristes américains. De même, la communication avec la Russie et la Chine est relativement inexistante, tandis que les Etats-Unis ne font que secouer leur sabre plutôt impuissant et rouillé, puisque leur langage diplomatique n’est pas entendu.

      Pris ensemble, tous ces éléments représentent d’importants objectifs néoconservateurs historiques : la tentative de marginaliser la Russie et la Chine dans le monde entier ; la confrontation de tous et de chacun en violation de la doctrine Wolfowitz ; permettre à Israël de dicter la politique américaine ; la brutalité envers les Palestiniens ; le libre règne des rois saoudiens… etc.* Si les objectifs idéologiques et pratiques du néoconservatisme ont été atteints, nous devons demander :

      Et maintenant; les Néocons ?

      Si l’histoire peut être notre guide, l’action de Neocon dans le commerce est de fomenter une nouvelle guerre sur de faux prétextes avec l’arrivée de chaque nouvelle administration américaine, en commençant sans doute avec Ronald Reagan (El Salvador et Iran Contra). Mais les États-Unis ne se sont pas engagés dans une nouvelle guerre (autre que commerciale) depuis l’élection de Trump, tandis que la division et la colère ont continué à croître aux États-Unis.

      Les néoconservateurs croient qu’une nouvelle guerre détournera la colère du public vers un résultat positif, c’est-à-dire qu’elle concentrera la colère du public sur un nouvel ennemi commun, plutôt que sur les néoconservateurs eux-mêmes pour leur politique étrangère ratée. Les néoconservateurs croient aussi qu’une nouvelle guerre donnera un coup de pied dans la canette hégémonique – tout en concentrant la colère du public sur leur version des méchants ! -détournant ainsi l’attention de tout le reste.
      Conjointement, Israël et l’Arabie saoudite et l’appareil d’État américain susmentionné font pression sur Donald Trump pour le forcer à entrer en guerre, tandis que LMT et GD et les militaristes-entrepreneurs de l’Academi attendent avec joie dans les coulisses (bien que ce ne soient pas des éléments Néocon en soi, Neocons souhaitent probablement profiter de ce qui précède via leur jeu préféré : Iran.) Autrement dit, pousser ” Le décideur ” dans Washington suffisamment fort pour déclarer la guerre. Mais ce ” quelque part ” doit avoir un impact relativement bénin si les choses tournent mal, ce qui est le défi que doivent relever les Néocons.

      La guerre contre l’Iran est une entreprise risquée. Si les Néocons n’ont rien appris d’autre depuis leur agression de 2003 en Irak, c’est qu’une guerre contre l’Iran sera loin d’être un jeu d’enfant https://nationalinterest.org/blog/buzz/think-iraq-war-was-hard-heres-what-war-iran-would-be-70726 Quoi qu’il en soit, la pression néo-néolibérale en faveur d’une guerre avec l’Iran se poursuivra sans relâche, comme le montre la tentative de Washington de mettre sur pied une ” force de patrouille ” internationale pour le détroit d’Ormuz – jusqu’ici sans succès.

      Pour compliquer la situation, la Russie proclame que toute attaque des États-Unis contre l’Iran sera considérée comme une attaque contre la Russie (https://www.asiatimes.com/2019/08/article/attack-on-iran-would-be-an-attack-on-russia/) et bien qu’il s’agisse peut-être d’une fausse tête ou d’un bluff, c’est un employé téméraire du ministère public qui décide de l’appeler.

      Le Venezuela est une autre cible Neocon pour détourner et rediriger la colère du public américain, où Washington fait beaucoup de bruit au sujet d’un blocus naval contre le pays. https://moneymaven.io/mishtalk/economics/another-undeclared-war-trump-threatens-full-naval-blockade-of-venezuela-9gyJOipTDkuwSDiFxw-NZA/ Un tel blocus ne sera pas pratique tant que la Russie et la Chine maintiendront leurs intérêts importants au Venezuela. Il semble donc que le véritable argument avancé soit que Trump veut paraître dur et montrer la force américaine, et non qu’il est réticent à entreprendre une action militaire.

      Ensuite, il y a la Corée du Nord, un aliment de base des Néoconservateurs depuis des années, et un désagrément que l’État américain n’a pas été en mesure de mesurer ou d’apprécier depuis la création de la Corée du Nord, où la Corée du Nord elle-même a été créée par la vanité des États-Unis. Cependant, les dirigeants nord-coréens ont jusqu’à présent fait preuve d’intelligence et de prudence, à tel point que les efforts américains pour mettre la Corée du Nord à la portée de Washington ont non seulement échoué, mais ont même rendu le régime américain ridicule. https://www.ibtimes.com/north-korea-releases-donald-trump-stamps-even-it-fires-rockets-2810842

      Ironiquement, Will, Kristol et Boot ne font que prononcer des paroles lyriques sur leur mépris pour Donald Trump, encore plus obsessionnellement que les démocrates tout en poursuivant leur manie russophobe. Dans son dernier tube, Boot affronte même Tucker Carlson tout comme Karl Marx aurait pu le faire avec Lénine s’il avait été là pour le faire. La jalousie professionnelle vient à l’esprit. https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/07/22/what-comes-after-trump-may-be-even-worse/

      À un moment donné, cet auteur a compilé une liste de noms de plus de deux cents intellectuels néoconservateurs, avec Washington think tanks de l’AEI à l’Heritage Foundation et Brookings Institute, CFR, Rand, et bien d’autres… tous influents dans la vie publique. La plupart de ces anciens noms néoconservateurs bien connus ont disparu de la fonction publique et parmi ceux qui subsistent – par exemple Elliott Abrams – lorsqu’ils réapparaissent dans la fonction publique, l’indignation et l’inquiétude générales persistent et sont instantanées.

      Dans cette optique, les éléments néoconservateurs restants de Washington peuvent-ils pousser Trump à la guerre ? Les néoconservateurs classiques, qu’ils soient dans le service public ou non, semblent se concentrer uniquement sur leur rejet de la présidence Trump, de sorte que leur capacité d’influencer le président américain est tempérée. En fait, nous en sommes presque au point où l’idéologie néoconservatrice des méchants qui héritent de la terre sonne comme un mauvais rêve oublié. le néoconservatisme est bien sûr mort… apparemment à plus d’un titre, et le néoconservatisme militant n’est plus ce qu’il était auparavant.

      Oui, le cadre restant du néoconservatisme décadent dans la direction et le leadership de Washingtonpénuries, de sorte que les Néoconservateurs de Washington – ou ce qu’il en reste – ne sont engagés que dans une danse Kabuki bizarre. Ils n’ont même pas Bolton et Pompeo pour les désigner comme des atouts, car ils ne peuvent être considérés comme des intellectuels ou des leaders efficaces.**

      Plutôt que d’attribuer à Trump les qualités d’un grand maître d’échecs le fait de nier aux Néocons leur capacité antérieure à forcer la guerre contre la volonté du public (pour distraire un empire américain en déclin), il semble que les Néocons sont simplement engagés dans un débat inutile, sans but réel ni perspective future.

      En fin de compte, les sous-fifres de l’ancien PNAC et de l’AEI se sont consumés dans une orgie de guerre inutile et de violence parrainée par l’État, où le seul héritage néocon est la résistance de l’ISIS et ses nombreuses variantes. Même Fred Kagan pleure le décès du Néocon dans la dernière pièce que j’ai vue de lui depuis quelque temps. https://thehill.com/opinion/international/422864-isolationists-won-in-syria-but-internationalists-can-prevail

      Ce que nous devons tous craindre, cependant, c’est de savoir si leur danse kabuki insignifiante peut devenir violente et laide, quand les Néocons se retrouveront dans leur dernière phase de mort, comprenant enfin que leur temps est vraiment passé. Et ils veulent tous nous emmener avec eux – dans la tombe… comme ils l’ont toujours fait.

      *Toute la gamme Neocon est bien présentée par l’IASPS dans “Beyond 2000, A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm” https://en.wikipedia.org/wiki/A_Clean_Break:_A_New_Strategy_for_Securing_the_Realm.
      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.