Analysis Défense/Defence News/Infos Open Source/Source Publique

Idlib on Fire- By Steve Brown

Point man to take advantage of US muddling and meddling in Syria by US State is Recep Tayyip Erdogan, clearly playing his hand as the “great NATO ally” posturing to avoid US sanctions, in light of Turkey’s recent S-400 missile purchase and his attempt to fill a perceived power vacuum in the Middle East and Africa.. 

RTE (Erdogan) has proven himself useful to the US-Israeli regime by providing weaponry to terrorists within the Idlib pocket. This video from Afrin (Turkish-held) shows just two pieces of armor provided by Turkey to Hayat Tahrir al-Sham terrorists in Idlib.The APC shown is certainly a Soviet MT-LB likely supplied by rogue Ukrainian weapons brokers to Turkey.  Ukrainian weapons merchants possess vast amounts of old Soviet military gear, and Kiev arms dealers will sell any sort of weaponry to anyone so long as the currency is convertible.  

Turkey is in a dispute with Israel over gas resources around Cyprus too, where Cyprus has signed natural gas deals with Egypt and Israel, while Turkey appears only as the interloper, based on its illegal occupation of Northern Cyprus.  (For Israel to call out Turkey on that occupation is the ultimate in irony.) While Turkey pushes Israel for a cut in spoils with regard to Cypriot gas, Turkey can appease Israel by arming terrorists in Syria and that ploy has worked out well (so far) to Turkey’s advantage.  

Besides militarist intervention, Erdogan is pushing the envelope with his bizarre concept of a US-Turkish negotiated 20 mile “safe zone” along the eastern Euphrates in northern Syria (negotiated with zero regard for the legitimate and sovereign government of Syria) which poses a dilemma for all in the northeast.

Turkey pressed the issue by threatening to invade the northeast, a brinksmanship bluff that the former United States refused to call. How Turkey’s “safe zone” will operate, and whether the goal is to truly repatriate 700K or so refugees back to Syria from southern Turkey, has yet to be seen.   

Briefly, Turkey’s leadership foresaw a power vacuum in Syria just as Turkey (somewhat) successfully exploited a power vacuum in Libya. Erdogan is now pressing the issue even further, challenging all powers present in Syria to oppose him. So long as Turkey can draw this out and leverage that exposure, Erdogan will present himself as a regional power to be reckoned with.

Meanwhile by supplying weaponry to Idlib terrorists – not to mention the NLF – Erdogan can thus press the issue of Syrian security with Syria’s allies, Russia and Iran, and demonstrate his proposed omnipotence as a regional potentate, by aggressively intervening wherever Turkey so chooses.. including Libya.

But unfortunately for Mr Erdogan, Syria is a far different matterthansimply hijacking Misurata oil from Libya. For one thing, Israel has little interest in destabilizing Libya – as it does in Syria – and only benefits by selling weapons to all sides in Libya. Also, the Russian Federation does not have the vested interest in Libya that it does in Syria, and Iran too has little interest in Libya, while the United States has largely been frozen out of the Libyan equation by creating the crisis there in the first place.

Again, it’s a double game, playing US and Israel interests versus Russian and Iranian goals in Syria. The risk for Turkey in Syria – as we see from the conflict map – is that RTE’s double-dealing game is not lost on Russia… or on Iran. Syrian security forces have greatly stepped up their attacks versus Idlib to a level not seen before, including attacks on southern Idlib proper, to the great consternation of assorted US-Saudi-Israeli aligned terror groups trapped there.

Ironically it was the west that warned against making Idlib province a humanitarian crisis zone, after originally engineering the disaster in Syria. Subsequent to nine years of US-led armed conflict, Idlib is now a pocket populated by many ISIS and al Qaeda linked groups, and the defeat and disarming of HTS and its myriad associated terror militias in the province will go a long way to subverting US-Israeli ambitions to further destabilize the Middle East. Ironically too, it was arguably Hillary Clinton’s design to group ISIL terrorists in one location and then eliminate them all… a policy that John Bolton no longer supports due to the Israeli and US State desire to implement regime change in Syria by supporting ISIL terror.

However the ultimate question relates to a Russian Federation slap down of Turkish adventurism in Syria with regard to Turkish support for terrorist militias in Afrin, Hama and Idlib. So far the Russian leadership has chosen to concentrate on itsgoals, to support the SAA clean-up of terror groups in Idlib province, targeting Ahrar al Sham, HTS, the NLF, and many flavours of ISIS and al-Qaida polluting the region. And Erdogan is certainly aware that in any conflict between Russian forces and Turkey’s there can only be one outcome.

Turkey has no doubt provoked the Kremlin’s ire too by providing terrorists in quantity with the Russian-made 9M133 Kornet(aka AT-14 Spriggan – an effective ATGM) since April 2019, and terror militias have used these weapons effectively to turn back SAA advances.

Meanwhile as the situation in Syria heats up further, look for the US leadership to divert and switch attention, to focus on Iran. That is, by focusing on Iran the US candivert from its regime change failures in Venezuela, North Korea, Iraq, Afghanistan, Syria, Yemen, the Ukraine, Georgia, Hong Kong, and more. 

For exampleit is abundantly clear that US State was behind the seizure of Iranian oil carried by the GRACE-1 tanker,even though the Gibraltar governate announced some weeks ago that it was solely responsiblefor the hijacking. Indications are that Iran is intending to steam off with this re-flagged tanker despite the US order, providing potential for Washington to display its usual grandstanding, propaganda, bluster, and imperial hubris.

Another issue for the US is the UAE withdrawalfrom Yemen — based on US belligerence in the region –which has left Saudi exposed, and may result in yet another regime failure in Yemen, to group with all the other US failures.

As time goes on, the power vacuum left in the wake of failed US regime change attempts will provide an opening for more demagogues and rogues like Erdogan to exploit… and Erdogan certainly knows that well.

By gradually reducing its options and sphere of influence based on hubris, arrogance, and aggression, the US will lose its trading advantage and possibly even lose the USD as global reserve currency. And yes, there is a difference between losing a war and failing to win one.But there are only so many wars a hegemonic behemoth can fail to win before the winds of change catch up with it.  And certainly, Recep Tayyip knows that too, along with the rest of the world.

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist,a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to theDuran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités



');

2 Replies to “Idlib on Fire- By Steve Brown

  1. Idlib sous le feu- Par Steve Brown

    Recep Tayyip Erdogan est l’homme de la situation pour profiter de la confusion et de l’ingérence américaines en Syrie par l’État américain. Il joue clairement son rôle de “grand allié de l’OTAN” pour éviter les sanctions américaines, compte tenu de l’achat récent de missiles S-400 par la Turquie et sa volonté de combler un vide politique perçu au Moyen-Orient et en Afrique ?

    RTE (Erdogan) s’est montré utile au régime israélo-américain en fournissant des armes aux terroristes de la poche d’Idlib. Cette vidéo d’Afrin (détenu par les Turcs) ne montre que deux blindés fournis par la Turquie aux terroristes de Hayat Tahrir al-Sham à Idlib. Le TTB montré est certainement un MT-LB soviétique probablement fourni à la Turquie par des courtiers en armes ukrainiens voyous. Les marchands d’armes ukrainiens possèdent de grandes quantités de vieux équipements militaires soviétiques, et les marchands d’armes de Kiev vendront n’importe quel type d’armement à quiconque tant que la monnaie sera convertible.

    La Turquie est également en conflit avec Israël au sujet des ressources gazières autour de Chypre, où Chypre a signé des accords sur le gaz naturel avec l’Égypte et Israël, tandis que la Turquie n’apparaît que comme l’intrus, en raison de son occupation illégale du nord de Chypre. Tandis que la Turquie pousse Israël à réduire le butin en ce qui concerne le gaz chypriote, la Turquie peut apaiser Israël en armant des terroristes en Syrie et ce stratagème a bien fonctionné (jusqu’ici) à l’avantage de la Turquie.

    Outre l’intervention militariste, Erdogan repousse les limites avec son concept bizarre d’une ” zone de sécurité ” américano-turque négociée à 20 milles le long de l’Euphrate oriental dans le nord de la Syrie (négociée sans égard pour le gouvernement légitime et souverain de la Syrie) qui pose problème à tous dans le nord-est.

    La Turquie a fait pression sur la question en menaçant d’envahir le nord-est, un bluff que les anciens États-Unis ont refusé de qualifier de ” brinksmanship bluff “. Comment fonctionnera la “zone de sécurité” de la Turquie, et si l’objectif est de rapatrier réellement 700 000 réfugiés du sud de la Turquie vers la Syrie, n’a pas encore été vu.

    En bref, les dirigeants turcs prévoyaient un vide de pouvoir en Syrie tout comme la Turquie a (quelque peu) exploité avec succès un vide de en Libye. 4. M. Erdogan insiste encore davantage sur cette question, mettant au défi toutes les puissances présentes en Syrie de s’opposer à lui. Tant que la Turquie pourra tirer parti de cette exposition, Erdogan se présentera comme une puissance régionale avec laquelle il faut compter.

    Entre-temps, en fournissant des armes aux terroristes d’Idlib – sans parler du NLF – Erdogan peut ainsi insister sur la question de la sécurité syrienne avec les alliés de la Syrie, la Russie et l’Iran, et démontrer sa toute puissance en tant que potentat régional, en intervenant de manière agressive là où la Turquie le souhaite… notamment en Libye.

    Mais malheureusement pour M. Erdogan, la Syrie est une question bien différente de celle du simple détournement du pétrole Misurata de la Libye. D’une part, Israël a peu d’intérêt à déstabiliser la Libye – comme c’est le cas en Syrie – et ne profite que de la vente d’armes à toutes les parties en Libye. En outre, la Fédération de Russie n’a pas l’intérêt direct en Libye qu’elle a en Syrie, et l’Iran aussi a peu d’intérêt pour la Libye, alors que les États-Unis ont été largement exclus de l’équation libyenne en créant la crise là-bas en tout premier .

    Encore une fois, c’est un double jeu, opposant les intérêts américains et israéliens aux buts russes et iraniens en Syrie. Le risque pour la Turquie en Syrie – comme le montre la carte du conflit – est que le double jeu de RTE ne soit pas perdu pour la Russie… ou pour l’Iran. Les forces de sécurité syriennes ont considérablement intensifié leurs attaques contre Idlib à un niveau jamais vu auparavant, y compris les attaques contre le sud d’Idlib proprement dit, à la grande consternation des divers groupes terroristes américains, saoudiens et israéliens qui s’y sont alignés.
    *******************************************
    Ironiquement, c’est l’Occident qui a mis en garde contre l’idée de faire de la province d’Idlib une zone de crise humanitaire, après avoir initialement conçu la catastrophe en Syrie. Après neuf années de conflit armé dirigé par les États-Unis, Idlib est maintenant une poche peuplée de nombreux groupes liés à l’ISIS et à Al-Qaïda, et la défaite et le désarmement de HTS et de la myriade de milices terroristes associées dans la province contribueront grandement à renverser les ambitions américaines et israéliennes de déstabiliser davantage le Proche-Orient. Ironiquement aussi, on peut soutenir qu’Hillary Clinton a voulu regrouper les terroristes de l’ISIL en un seul endroit, puis les éliminer tous… une politique que John Bolton n’appuie plus en raison du désir des États israélien et américain de mettre en œuvre un changement de régime en Syrie en appuyant le terrorisme ISIL.

    Toutefois, la question ultime porte sur le fait que la Fédération de Russie a rejeté l’aventurisme turc en Syrie en ce qui concerne le soutien turc aux milices terroristes en Afrique, à Hama et à Idlib. Jusqu’à présent, les dirigeants russes ont choisi de se concentrer sur leurs objectifs, de soutenir le nettoyage par la SAA des groupes terroristes dans la province d’Idlib, en ciblant Ahrar al Sham, le HTS, le NLF et de nombreuses formes de pollution de la région par l’ISIS et Al-Qaida. Et Erdogan est certainement conscient que dans tout conflit entre les forces russes et turques, il ne peut y avoir qu’une seule issue.

    La Turquie a sans aucun doute provoqué la colère du Kremlin également en fournissant aux terroristes en quantité le 9M133 Kornet (alias AT-14 Spriggan – un ATGM efficace) fabriqué en Russie depuis avril 2019, et les milices terroristes ont utilisé ces armes efficacement pour empêcher les progrès de la SAA (Armée Arabe Syrienne).

    Pendant ce temps, alors que la situation en Syrie se réchauffe davantage, attendez-vous à ce que les dirigeants américains détournent l’attention et se concentrent sur l’Iran. C’est-à-dire, en se concentrant sur l’Iran, la candeur américaine à l’égard de ses échecs de changement de régime au Venezuela, en Corée du Nord, en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Yémen, en Ukraine, en Géorgie, à Hong Kong, et plus.

    Par exemple, il est tout à fait clair que l’État américain était à l’origine de la saisie du pétrole iranien transporté par le pétrolier GRACE-1, même si le gouvernement de Gibraltar a annoncé il y a quelques semaines qu’il était le seul responsable du détournement de ce pétrolier. Tout porte à croire que l’Iran a l’intention de s’enfuir avec ce pétrolier battant pavillon américain malgré l’ordre des États-Unis, ce qui permettrait à Washington d’afficher sa démagogie, sa propagande, ses fanfaronnades et son orgueil impérial habituels.

    Un autre problème pour les États-Unis est le retrait des Émirats arabes unis du Yémen – fondé sur la belligérance américaine dans la région – qui a laissé l’Arabie saoudite exposée, et qui pourrait entraîner un nouvel échec du régime au Yémen, pour se regrouper avec tous les autres échecs américains.

    Avec le temps, le vide de pouvoir laissé par l’échec des tentatives de changement de régime américain ouvrira la voie à d’autres démagogues et voleurs comme Erdogan à exploiter… et Erdogan le sait certainement bien.

    En réduisant progressivement ses options et sa sphère d’influence basée sur l’orgueil, l’arrogance et l’agressivité, les États-Unis perdront leur avantage commercial et peut-être même le dollar comme monnaie de réserve mondiale. Et oui, il y a une différence entre perdre une guerre et ne pas en gagner une, mais il n’y a qu’un nombre limité de guerres qu’un monstre hégémonique ne peut pas gagner avant que les vents du changement ne le rattrapent. Et Recep Tayyip le sait aussi, comme le reste du monde.

    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch), éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Federal Reserve : Externalisation du système monétaire auprès des Money Trust Oligarchs depuis 1913 ” ; Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News, et Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.