Analysis Défense/Defence Intel News/Infos Open Source/Source Publique

Israel Now Visibly in the Mix?- By Steve Brown

Take it as given that Israel tends to operate behind the scenes and would prefer to influence affairs covertly rather than overtly, so when Israel admits to resuming air strikes vs Syria and Iraq that’s worth a look.

Israel has resumed air strikes on Syria and Iraq, claiming to strike Iranian military emplacements in both countries. Perhaps significantly, the Israeli strikes have resumed just subsequent to serious setbacks for terrorist militias in Idlib and Hama; where Hay’at Tahrir al-Sham, Ahrar al Sham, al Nusra, the NLF, and many other terrorist groups are based and backed by the US, Turkey, and Israel.

One basis for hope to end foreign adventurism in Syria was the liberation of Khan Sheikhoun, which cut a major terrorist supply route between Hama and Idlib. Considering the Syrian forces in that region, it would be logical for the IAF to strike there, however the New York Times reported Israeli bombing in the vicinity of al Aqraba which is in southern Damascus(and unlikely to have been a real target)while the IAF report says that Dama near As-Suwayda was hit. Most likely, neither report is accurate.

Where Israel truly bombed is anyone’s guess since the normally reliable liveua conflict map shows just the one Israeli report for August 25thwith no verifiable evidence, an unusual occurrence in itself.  Only the New York Times and Israeli press are reporting the specifics of the attack, and those sources are generally doubtful.Reports this author has seen indicate that Israel bombed a corridor north of Hama used by Syrian security force reinforcements at a time when the Syrian air force and its allies were relatively inactive.

So, Israel’s resumption of air strikes in Syria and Iraq has proved some reporters wrong for now – including this author –iethat Syrian air defenses would have been strengthened and upgraded to prevent or defeat Israeli strikes. At a time when the Russian leadership too is meeting with partners involved in the Syrian conflict and attempting to find resolution (and other major world events occurring such as the G7 meeting in France) it’s possible that this Israeli aggression in Syria is opportunistic.

In Iraq however we see a planned attack, whereIsrael bombed a weapons depot in SW Baghdad on August 12th , or has taken credit for that — with the complicity of the United States — as formally promoted by the western press on August 23rd.  An ‘anonymous US official’ who boasted about the Baghdad strike claimed that the former United States “strongly supports Israel’s right to self-defense, and the United States condemns the Iranian regime’s provocative actions in Iraq.”

When this author first looked at the Israeli strikes in Syria and Iraq the temptation was to project that the US somehow urged Israel to do its bidding, toact overtly with aggression, considering the classic role of the US as global strategic behemoth.

Put another way, the Israeli strikes provide an entry level discussionon the overall shift in hegemonic plate tectonics, where traditional strategic concerns fade in the background and new tactical alliances merge to the fore. 

For those located within the United States it’s logical to consider events from a US-centric point of view,but it’s a great wide world and changes are rapidly at work outside of US control. The Israeli attacks may be an example of that, where Israel believes it is acting in its own best interest regardless of US consideration – even if that “best interest” is only Netanyahu’s desire to be elected to avoid criminal prosecution. 

In the end however US-Israeli aggression in the Middle Eastrepresents a symbiotic relationship, and whether the cart is before the horse in that relationship is now largely irrelevant. The major point is that historic strategic alliances are being challenged with major new tactical alliances posing a threat to the traditional western hubris and status quo. 

As geopolitical analyst Peter Lavelle pointed out, for the first time in modern history an eastern power – China – is alleging parity with the world’s predominant western power, the United States. Such an economic challenge to the west by theeast has never happened before.

To take the argument one step further, the predominant power’s client state – Israel – is circumscribed by a powerful Shia crescent, immune to US sanctions, which may pose as big a challenge to Israeli expansionism as the US is being challenged by China. Thus, the great game continues on a multi-level board where not all pieces on the board may be easily identified by their colour, and moves may be forced by more than one hand.

Now there are so many elements to watch going forward: the US economy; North Korea; Iran, Russia and China; Israeli aggression; Yemen, Syria, Iraq, US elections; Saudi adventurism, Hong Kong, Brexit, EU implosion… even the Epstein case..! The list is almost endless.. and we do live in interesting times. Unfortunately for some in the crosshairs of geopolitical intrigue, they are also deadly.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”; Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to the Duran, Fort Russ News, and Strategika51.


Publicités



');

18 Replies to “Israel Now Visibly in the Mix?- By Steve Brown

  1. Quand est-il de la riposte du Hezbollah après *les meurtres de deux combattants du Hezbollah ? Quelques indices : le site PRESSTV: « Sputnik cite une source proche du Secrétaire général du Hezbollah qui aurait affirmé que la “Résistance n’est guère pressée à répondre à Israël”. La source aurait cité Nasrallah alors qu’il s’exprimait au cours d’une réunion interne. Il aurait lancé : « Qu’ils aillent dormir tranquillement ce mardi. Notre riposte n’aura pas lieu aujourd’hui! C’est la Résistance qui décide quand et où riposter. Il suffit d’abattre 4 ou 5 avions israéliens et pas plus, pour limiter voire paralyser le renseignement israélien. Quand Israël a frappé Quneïtra, le ciel de la région était sous surveillance. Le Hezbollah a perdu six combattants mais a attendu dix jours pour riposter. Nous ne sommes pas pressés. Laissons les Israéliens être en état d’alerte permanent. ». De plus: « Et Sputnik d’ajouter : « Deux autres sources proches du Hezbollah parlent d’un “coup bien prémédité” pour se venger de l’attaque de Dahiya, un coup dont les modalités “restent entourées de mystère”. »
    Comment le Hezbollah vengera-t-il la mort des siens sur l’entité sioniste ? vous le saurez dans 1-2, 4-5, 10 jours et plus…
    *C’est la méthode habituelle de cette entité terroriste, des centaines d’assassinats à travers le monde, des actes terroristes au Moyen-Orient et ailleurs, l’occupation illégale (le vol) de larges territoires sans qu’aucun Etat occidental ne s’en offusque…

    1. Autre perspective toute aussi alarmante pour l’entité sioniste : (PRESSTV) « … Alors croire qu’Israël est capable de changer la donne en envoyant quelques drones par ci par là ou en frappant le Liban ou l’Iran, est une terrible illusion. La vérité est que les Iraniens avancent lentement et surement. Le nouveau jeu US qui implique à fond Israël leur permet de justifier aux yeux de la communauté internationale le coup de grâce qu’ils s’apprêtent à porter à Israël. Le belliciste innée de Netanyahu leur facilite la chose”. Le général Chekartchi a raison quand il dit : « Aujourd’hui, la Révolution islamique est bien puissante et elle a su déraciner et détruire l’ordre de l’hégémonie. Le fait que le secrétaire général du Hezbollah libanais puisse, par un seul discours, contraindre l’armée du régime sioniste à rester en état d’alerte pendant 100 jours est dû aux pensées émanant de la Révolution islamique. »

    2. Comment le Hezbollah vengera-t-il la mort des siens sur l’entité sioniste ?
      Si je puis me permettre un conseil, laisse tomber ces supputations. Tu n’en sauras rien, personne n’en sait quelque chose. C’est une certitude la riposte du Hezbollah aura bien lieu et ce en dépit des fanfaronades israèliennes qui promettent une riposte “Dévastatrice” à toute réplique meme limitée,
      https://www.debka.com/israel-to-hizballah-a-crushing-israeli-response-will-come-even-for-a-limited-reprisal/
      sachant que dans l’affaire Israèl à quasiment tout à perdre, quand on sait que le long de la cote d’Haifa d’enorme centres industriels de surcroit trés vulnérables pourraient offrir un cible de choix aux résistants libannais, ce qui sera un cauchemard en matière logistique. De mon point de vu l’agression israèlienne contre le Hezbollah n’a pas été voulue par les élites israèliennes qui savent trés bien les conséquences, mais par le lobby juif américain l’AIPAC -complice avec quelques cercles trés restreints autour de Nettanyahu- qui fait tout pour pousser à la guerre les USA et Israèl à une grande guerre.
      Ici un groupe d’officiers de hauts rangs et des diplomates chevronnés mettent en garde contre tout aventurisme
      https://warontherocks.com/2019/05/an-open-letter-to-president-donald-trump-on-u-s-tensions-with-iran/

      1. Toi comme moi savons pertinemment que tant que Trump n’aura pas fait exécuté à *des arrestations de masse “préventives”, la situation évoluera son bonhomme de chemin… rien de plus !, mais dès l’instant ou des mouvements de troupes agiront à l’intérieur des États-Unis d’Amérique du nord, même, les choses deviendront très sérieuses, pour eux comme pour nous ! La Russie le sait, la Chine le sait et le reste du monde ne compte que pour du beurre…
        La logique de la Résistance (la vraie) échappe de plus en plus aux exigences de plus en plus floues du monde occidental, et c’est tant mieux, la surprise sera d’autant plus grande ! et l’entité sioniste risque fort d’être rayée définitivement de la carte du monde !
        L’Aipac c’est quoi? Un lobbying parmi tant d’autres…, certes bourré de pognon jusqu’à la gueule, et alors ?, l’affaire Epstein aura prouvé que le pognon ne peut pas tout !
        En ce qui concerne le Hezbollah, et son dirigeant, Hassan Nasrallah, (en arabe : حسن نصر الل ه), que je soutien inconditionnellement depuis 2006,voir mon article sans équivoque (paru sur divers sites), article soutenant son action et celle du Hezbollah au Liban depuis 2006, et dont je faisais le portrait (admiratif, certes) mais objectif ! (l’Histoire nous a donné raison !)
        *Occupy Wall Street était bien, un cheval de Troie de la CIA !…

        1. L’Aipac c’est quoi? Un lobbying parmi tant d’autres…,
          Si tu penses que l’AIPAC est juste un Lobby parmi tant d’autres, eh bien alors mon chers Sergio tu te trompes lourdement. Dans la politique US le poids de l’AIPAC n’est pas seuleument important, il est exhorbitant et défie l’entedement, autant qu’il est néfaste aux USA ainsi qu’à tout l’Occident. Ils ont hacké la politique US c’est pas d’hier -ça s’appellait autrement-, dés la période du président Wilson. La démission de Nixon ils ont trempé dedans, tout comme probablement l’assassinat des Kennedy. Je sais que le père Clinton ne les aime pas particulièrement et il a beaucoup de choses à dire sur le sujet, de meme que et c’est une surprise Obama, et maintenant Trump. Aux Etats Unis y a que l’armée qui s’oppose à eux, et maintenant de + en + ouvertement, depuis l’amiral M. Mullen.

          1. Ils peuvent se la raconter comme bon leur semble, Trump et sa bande d’Hurluberlus sionistes, aux États-Unis d’Amérique du nord, des forces (toi tu les situes au sein même de l’armée, et tu sais certainement de quoi tu parles, je n’ai malheureusement pas autant d’informations que toi sur ce sujet…) ne laisserons pas leur pays dériver au point d’être asservi par une bande de demeurés, sans foi ni loi !, et je pense que nous sommes arrivés à ce point de rupture, et que nous allons assister à ce qu’on appelle tout bonnement une “guerre civile”, et les mouvements de troupe seront dans les deux sens, contre le peuple, et pour le peuple…
            Johnson a entamé son “coup d’Etat” en Angleterre pour imposer ce que j’avais prédit : «… et d’abord, ils sortiront de l’UE sans payer une seule livre sterling de dédommagement en échange de Brexit! … », pas une livre sterling !, et l’Europe implosera toute seule comme une grande…

          2. En ce qui concerne la France (et macron en particulier), c’est l’Allemagne qui détient les cordons de la bourse, et les imbécilités de macron lors du G7, ne sont pas passées inaperçues, côté allemand et ça risque de coincé salement en ce qui concerne les déficits français, et donc, les largesses teutonnes… Avec moins de pognon dans les caisses à distribuer, macron va vite se retrouver coincé… la suite est facile à deviner !

          3. Pour en revenir à l’AIPAC ne le sous estime surtout pas, c’est un lobby dont le pouvoir aux USA défie l’imagination, à tel point que seul l’armée US peut s’opposer efficacement.

          4. C’est exact. Beaucoup d’hommes politiques US qui ont tenté d’atténuer l’influence de l’AIPAC ont très mal fini et Hollywood s’est chargé de les enterrer vivants et les salir pour la postérité. Le cas Nixon, un gars venu d’un monde pas facile du tout et l’insulte facile fut plus qu’édifiant à ce sujet. Il eut le mérite d’avoir porté des coups bien placés mais l’immense pieuvre a fini par avoir sa peau à défaut de le faire assassiner. Il demissiona forcé et son image est à ce jour maudite par Hollywood.

            Reagan échappa de justesse aux balles assassines d’un tueur en mission commandée et il rectifia le tir. L’invasion du Liban en 1982 et l’IDS de 1983-1985 furent les guerres du Levant et la guerre sans fin contre la terreur des années 2010 et portent clairement les traces de la corruption du lobby.
            Maintenant c’est la rébellion passive de certains hauts gradés US qui énerve les lobbyistes au plus haut point. Le cinéma et sa gloriole du héros militaire se sacrifiant dans les montagnes afghanes (CF. Le film “Lonely Survivor” ) se charge de la programmation normative à des fins pas toujours patriotiques. Un instrument bête et discipliné ne se posant aucune question a toujours été le but recherché de toute élite s’accaparant le pouvoir effectif.

        2. Il semblerait qu’en Angleterre, Johnson a prévu le coup, et que lui et ses amis conservateurs se prépare à ce qu’ils appellent des “troubles sociaux”:
          Extrait d’un article intitulé: «… Royaume-Uni: Johnson envisage de suspendre le Parlement pour imposer un Brexit sans accord …», paru sur le site wsws.org

          Extrait: « … Jeremy Corbyn, dirigeant du parti travailliste, joue le rôle principal qui a permis à Johnson d’arriver au pouvoir armé d’une politique de Brexit sans accord et qui signifie une attaque encore plus virulente des conditions sociales des travailleurs. Au lieu d’alerter la classe ouvrière sur la gravité de la situation à laquelle elle est confrontée – dans des conditions où 50 000 soldats et 10 000 policiers anti-émeute doivent être déployés dans les rues dans un peu plus de deux mois pour faire face à des troubles sociaux – Corbyn fait tout son possible pour rendre inoffensive l’opposition à un gouvernement haï. … »
          O ka, en ce qui concerne l’Aipac (la pieuvre) crèvera sans doute avec le corps (les États-Unis d’Amérique du Nord) qu’elle a parasité?

          1. O ka, en ce qui concerne l’Aipac (la pieuvre) crèvera sans doute avec le corps (les États-Unis d’Amérique du Nord) qu’elle a parasité ?
            C’est une certitude l’AIPAC sera anéanti c’est juste une question de temps. Pour autant c’est pas parce que l’AIPAC disparaitra que ça ira mieux, si tu penses ainsi tu te trompes lourdement. Comme expliqué dans le wsws.org le régime qui prévaut au UK est par définition anti populaire, c’est le bastion de l’Oligarchie. En fait les problèmes qui arrivent en Angleterre ne sont que la conséquence d’un déclin irreversible du UK qui a commencé au lendemain de la premiere guerre mondiale, et aujourd’hui s’accélere de façon spectaculaire. Le UK a toujours été considéré dans les hautes sphères de la diplomatie comme l’homme malade de l’Europe. Si si le UK, et pas l’Italie.
            Ce déclin concerne en fait toute l’hémisphère occidentale, parce que les leaders occidentaux n’ont jamais reussi à imposer de façon durable leur domination politique et économique. Aujourd’hui qu’ils ont perdu la supériorité militaire, le système en phase d’éffondrement economique provoque la panique des dirigeants. Juste un rappel, à la fin des années 2000 j’avais suivi sur le web des echos alarmants qui affirmaient que l’ Iran avait aveuglé un satelite US sans doute grace à des puissants lasers. Je ne sais si tu te rends compte ce que cette info pourrait avoir comme conséquences. Elle implique une parfaite maitrise iranienne des lasers, et donc une maitraise d’autant + grande de l’energie nucleaire, et l’incapacité des occidentaux à voir ce qui se passe en Iran -comme dans beaucoup d’autres pays- pourtant sous blocus. Alors que dire des pays +puissants rivaux de l’Occident!

  2. Je passe un message à 11 heures 09, c’est juste pour voir quelle est l’heure affichée sur le site

      1. L’heure du site est réglée depuis quelques mois sur le fuseau GMT+0. En 2015, l’heure était réglée automatiquement sur GMT-6. GMT+8 en 2016.
        Il y eut des périodes assez brèves où le site fut réglée sur GMT+11.

          1. Miss 6 ? Le sens m’échappe. Il n’y a rien d’extraordinaire. L’horaire du site est basé sur Zulu.
            Il m’arrive de programmer des publications automatiques cinq ou six heures à l’avance.
            Je n’ai aucun lien avec Miss 6 ou M6.

  3. traduction :
    Israël est maintenant visiblement dans la mêlée – Par Steve Brown

    Considérons qu’Israël a tendance à opérer dans les coulisses et préférerait influencer les choses de manière secrète plutôt qu’ouverte, alors quand Israël admet qu’il reprend les frappes aériennes contre la Syrie et l’Irak, cela vaut la peine d’y jeter un coup d’œil.

    Israël a repris les frappes aériennes contre la Syrie et l’Irak, prétendant frapper les emplacements militaires iraniens dans les deux pays. Peut-être de manière significative, les frappes israéliennes ont repris juste après de sérieux revers pour les milices terroristes à Idlib et Hama, où Hay’at Tahrir al-Sham, Ahrar al Sham, al Nusra, le NLF, et de nombreux autres groupes terroristes sont basés et soutenus par les Etats-Unis, la Turquie et Israël.

    La libération de Khan Sheikhoun, qui a coupé une importante route d’approvisionnement terroriste entre Hama et Idlib, a été l’une des raisons d’espérer mettre fin à l’aventurisme étranger en Syrie. Compte tenu des forces syriennes dans cette région, il serait logique que l’IAF y frappe, mais le New York Times a rapporté des bombardements israéliens à proximité d’Al Aqraba qui se trouve dans le sud de Damas (et qui n’a probablement pas été une cible réelle) alors que le rapport de l’IAF indique que Dama près de As-Suwayda fut touché. Très probablement, aucun des deux rapports n’est exact.

    Là où Israël a vraiment bombardé, tout le monde le devine, puisque la carte du conflit en direct, normalement fiable, ne montre qu’un seul rapport israélien pour le 25 août, sans preuve vérifiable, ce qui est un événement inhabituel en soi. Seuls le New York Times et la presse israélienne rapportent les détails de l’attaque, et ces sources sont généralement douteuses. ce rapport indique qu’Israël a bombardé un corridor au nord de Hama utilisé par les forces de sécurité syriennes à un moment où les forces aériennes et leurs alliés étaient relativement inertes.

    Ainsi, la reprise par Israël des frappes aériennes en Syrie et en Irak a prouvé à certains journalistes – dont cet auteur – que les défenses aériennes syriennes auraient été renforcées et améliorées pour prévenir ou vaincre les frappes israéliennes. Au moment où les dirigeants russes rencontrent eux aussi des partenaires impliqués dans le conflit syrien et tentent de trouver une solution (et d’autres grands événements mondiaux comme la réunion du G7 en France), il est possible que cette agression israélienne en Syrie soit opportuniste.

    En Irak cependant, nous assistons à une attaque planifiée, où Israël a bombardé un dépôt d’armes dans le sud-ouest de Bagdad le 12 août, ou s’en est attribué le mérite – avec la complicité des Etats-Unis – comme la presse occidentale l’a officiellement encouragé le 23 août. Un ” responsable américain anonyme ” qui s’est vanté de la grève de Bagdad a affirmé que les anciens Etats-Unis ” soutiennent fermement le droit d’Israël à l’autodéfense, et les Etats-Unis condamnent les actions provocatrices du régime iranien en Irak “.

    Lorsque cet auteur s’est penché pour la première fois sur les frappes israéliennes en Syrie et en Irak, la tentation a été grande de projeter que les Etats-Unis ont, d’une manière ou d’une autre, poussé Israël à faire son devoir, à agir ouvertement par l’agression, considérant le rôle classique des Etats-Unis comme un monstre stratégique mondial.

    En d’autres termes, les frappes israéliennes constituent un débat d’entrée de gamme sur l’évolution générale de la tectonique hégémonique des plaques, où les préoccupations stratégiques traditionnelles passent au second plan et où les nouvelles alliances tactiques se fondent au premier plan.

    Pour ceux qui se trouvent aux États-Unis, il est logique de considérer les événements d’un point de vue centré sur les États-Unis, mais c’est un monde très vaste et les changements sont rapidement à l’œuvre hors du contrôle des États-Unis. Les attaques israéliennes peuvent être un exemple de cela, où Israël pense qu’il agit dans son propre intérêt indépendamment de la considération des Etats-Unis – même si cet “intérêt supérieur” n’est que le désir de Netanyahou d’être élu pour éviter des poursuites pénales.

    En fin de compte, cependant, l’agression américano-israélienne au Moyen-Orient représente une relation symbiotique, et la question de savoir si la charrue est avant les boeufs dans cette relation n’a plus guère d’importance. Le point principal est que les alliances stratégiques historiques sont remises en question par de nouvelles alliances tactiques majeures qui menacent l’orgueil occidental traditionnel et le statu quo.

    Comme l’a souligné l’analyste géopolitique Peter Lavelle, pour la première fois dans l’histoire moderne, une puissance orientale – la Chine – allègue la parité avec la puissance occidentale dominante dans le monde, les États-Unis. Un tel défi économique à l’ouest par le Moyen-Orient n’a jamais eu lieu auparavant.

    Pour aller plus loin, l’État client de la puissance dominante – Israël – est circonscrit par un puissant croissant chiite, à l’abri des sanctions américaines, ce qui peut poser un défi aussi grand à l’expansionnisme israélien que les États-Unis sont contestés par la Chine. Ainsi, le grand jeu se poursuit sur un plateau multi-niveaux où toutes les pièces du plateau ne sont pas facilement identifiables par leur couleur, et les coups peuvent être forcés par plus d’une main.
    Il y a maintenant tant d’éléments à surveiller : l’économie américaine, la Corée du Nord, l’Iran, la Russie et la Chine, l’agression israélienne, le Yémen, la Syrie, l’Irak, les élections américaines, l’aventurisme saoudien, Hong Kong, Brexit, l’implosion européenne… même le cas Epstein… ! La liste est presque infinie… et nous vivons à une époque intéressante. Malheureusement pour certains dans le collimateur de l’intrigue géopolitique, ils sont aussi mortels.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch), éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” et “Federal Reserve : Externalisation du système monétaire auprès des Money Trust Oligarchs depuis 1913 ” ; Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et il a été invité à contribuer au Duran, au Fort Russ News et au Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.