Analysis Défense/Defence News/Infos

Israel v Hezbollah: Disputed Claims in a Disputed Territory-By Steve Brown

For many years Israel has deployed reconnaissance aircraft along the Lebanese border – in violation of Lebanese and Syrian airspace – from Avivim to the KfarShuba Hills and the Sheba’a Farms border region. Subject to a rather toothless UN agreement (UN Security Council Resolution 1701)  largely couched in meaningless rhetoric, an uneasy truce has existed in the region since the war of 2006, despite Israel’s constant violation of Lebanese and Syrian airspace.

On August 31st Israel fired incendiary flares into disputed territory near Sheba’a Farms (Mount Dov) subsequent to a previous Israeli drone attack in Southern Lebanon, which took place on August 26th. Lebanese leader Michel Aoun denounced the Israeli attacks, and Hezbollah vowed to retaliate.

The earlier Israeli attack claimed to be versus an Iranian drone emplacement in Southern Lebanon, while the latter Israeli attack likely had the object of clearing brush that might obscure Hezbollah activities in the KfarShuba hills, in aid of retaliation for the August 26th aggression versus Lebanon. 

The IDF admitted the latter Shebaa Farms attack, stating that “the fires near the border in Lebanon originate with operations by our forces in the area.” While the Israeli military concentrated on possible retaliation from the KfarShuba hills, it is now clear that Hezbollah had other ideas.

Avivim near QiryatShemona is a formerly disputed area in northern Israel (or Lebanon depending upon one’s viewpoint) of special significance to the Lebanese people, and to Israel. Avivim was the scene of an especially brutal massacre during the 1948 Arab–Israeli War, when the Israeli military demolished most of the village and bombed the Avivim mosque, killing nearly one hundred worshipers inside. And it is from the Lebanese border with Avivim that Hezbollah decided to strike, reportedly using 9M133 Kornet anti-tank guided missiles.

Whether Hezbollah chose Avivim as an iconic and symbolic target is a matter for conjecture, but the video here shows what appears to be a successful strike versus a moving Israeli military target. The vicinity shown is accurate and the strike has the appearance of authenticity.

The IDF confirmed that targets were hit in Avivim, with no further elaboration. The Israeli press stated that the destroyed APC was remotely controlled, and that the Medivac operation to evacuate killed and wounded was merely a staged event with no troops killed or injured.  ThoseIsraeli media reports cannot be independently verified.

The bigger picture is whether a political aspect exists with regard to the recent Israeli attacks on Lebanon, Syria, and Iraq. Benjamin Netanyahu is fighting a tough election campaign, with a decision just days away. Even the Israeli press is speculating that Netanyahu may be leveraging Israeli militarist fever to ensure his hold on power. 

Should Netanyahu lose the Israeli election, his possible indictment for bribery and fraud in October will likely result in more serious consequences for him, than if he were to be elected as PM office in September.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913”. Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités



');

3 Replies to “Israel v Hezbollah: Disputed Claims in a Disputed Territory-By Steve Brown

  1. « Mon beau navire ô ma mémoire
    Avons-nous assez navigué
    Dans une onde mauvaise à boire
    Avons-nous assez divagué
    De la belle aube au triste soir « (Apollinaire)

    Donc après cette marquise spéciale pour qui tout va mal, nous voici devant cet insipide novarticle insipide et sa novtrad digne de lui, bien. Où cela finira-il, je l’ignore, mais je sais que le nom de cette étrange involution n’est ni doux, ni sonore.

  2. Le Hezbollah aurait tiré aujourd’hui un missile antinavire en direction d’un bâtiment sioniste violant les eaux Libanaise : https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/03/605253/Hezbollah-Liban-Israel-Netanyahu-navire-missile-attaque-Modi-Inde-elections

    Egalement, plusieurs Brigade des Hachd Al Chaabi Irakienne ont confirmé qu’en cas d’agréssion du régime des Kippas contre le Liban, ils viendront se battre aux cotés du Hezbollah : https://french.almanar.com.lb/1484320

    Pour Rappel, si certains avaient un doute à ce sujet, Bachar Al Assad à également apporter son soutien et confirmé sa présence au cotés du Liban en cas d’agréssions de Tsahal : https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/02/605156/Damas-salue-la-riposte-du-Hezbollah

    Et je ne doute pas un instant que la Résistance Yéménite n’hésitera pas à apporter son soutiens ( drônes, missiles, moudjahidine ) à leur frère Libanais !!

  3. traduction :
    Israël V Hezbollah : Réclamations contestées dans un territoire contesté – Par Steve Brown

    Depuis de nombreuses années, Israël déploie des avions de reconnaissance le long de la frontière libanaise – en violation de l’espace aérien libanais et syrien – entre Avivim et les collines de Kfar-Shuba et la région frontalière des fermes de Chebaa. Sous réserve d’un accord de l’ONU plutôt éhonté (résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU), dont la rhétorique est en grande partie dépourvue de sens, une trêve malaisée existe dans la région depuis la guerre de 2006, malgré la violation constante par Israël des espaces aériens libanais et syrien.

    Le 31 août, Israël a tiré des fusées incendiaires en territoire contesté près des fermes de Chebaa (Mont Dov) à la suite d’une précédente attaque de drone israélienne au Sud-Liban, qui avait eu lieu le 26 août. Le dirigeant libanais Michel Aoun a dénoncé les attaques israéliennes et le Hezbollah a promis de riposter.

    L’attaque israélienne précédente prétendait être dirigée contre un emplacement de drone iranien au Sud-Liban, tandis que la dernière attaque israélienne avait probablement pour objet de débroussailler les terres qui pourraient masquer les activités du Hezbollah dans les collines de Kfar-Shuba, en guise de représailles contre l’agression du 26 août contre le Liban.

    Les FDI ont admis cette dernière attaque des fermes de Chebaa, déclarant que ” les incendies près de la frontière libanaise trouvent leur origine dans les opérations menées par nos forces dans la région “. Alors que l’armée israélienne s’est concentrée sur d’éventuelles représailles dans les collines de Kfar-Shuba, il est maintenant clair que le Hezbollah avait d’autres idées.
    *********************************
    Avivim près de Qiryat-Shemona est une zone autrefois contestée dans le nord d’Israël (ou du Liban selon le point de vue de chacun) qui revêt une importance particulière pour le peuple libanais et pour Israël. Avivim a été le théâtre d’un massacre particulièrement brutal pendant la guerre israélo-arabe de 1948, lorsque l’armée israélienne a démoli la majeure partie du village et bombardé la mosquée d’Avivim, tuant près de cent fidèles. Et c’est à partir de la frontière libanaise avec Avivim que le Hezbollah a décidé de frapper, utilisant des missiles antichar 9M133 Kornet.
    *******************************
    La question de savoir si le Hezbollah a choisi Avivim comme cible emblématique et symbolique est une question de conjecture, mais la vidéo ici montre ce qui semble être une attaque réussie contre une cible militaire israélienne en mouvement. Le voisinage montré est précis et la frappe a l’apparence d’authenticité.
    *********************************
    Les FDI ont confirmé que les objectifs avaient été atteints à Avivim, sans autre précision. La presse israélienne a déclaré que le TTB détruit était télécommandé et que l’opération d’évacuation des morts et des blessés de Medivac n’était qu’une opération mise en scène, sans troupes tuées ou blessées. Ces rapports des médias israéliens ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante.
    Dans l’ensemble, il s’agit de savoir s’il existe un aspect politique en ce qui concerne les récentes attaques israéliennes contre le Liban, la Syrie et l’Irak. Benjamin Netanyahou mène une campagne électorale difficile, avec une décision à prendre dans quelques jours. Même la presse israélienne spécule que Nétanyahou pourrait utiliser la fièvre militariste israélienne pour s’assurer son emprise sur le pouvoir.
    Si Netanyahou perdait les élections israéliennes, sa possible mise en accusation pour corruption et fraude en octobre aura probablement des conséquences plus graves pour lui que s’il était élu au poste de Premier ministre en septembre.
    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.