Armée française campagne électorale Défense Eurasie

Attentats de Toulouse et de Montauban: vers une piste néonazie au sein de l’armée?

Dimanche 11 mars, un militaire français d’origine maghrébine a été assassiné à bout portant par un ou plusieurs  tueur(s) non identifié à Toulouse après avoir été attiré dans un traquenard.

Le jeudi 15 mars , deux parachutistes  français appartenant au  17 ème régiment de génie  parachutiste de Montauban sont abattus par un ou plusieurs tireurs dont se déplacerait sur un scooter volé. Un parachutiste français d’origine antillaise est grièvement blessé dans la fusillade.  Les enquêteurs retiendront le calibre des munitions utilisées par le ou les tueurs: du 11.43 (.45 ACP)

Les parachutistes assassinés ont tous fait l’Afghanistan.

Le 19 mars, le comble de l’horreur est atteint: un enseignant de 30 ans et trois enfants sont assassiné devant une école israélite à Toulouse par un tueur se déplaçant en scooter et utilisant au moins une arme de calibre 11.43 (.45 ACP)

La dernière attaque a suscité une vive émotion en France où la communauté juive est la plus importante en Europe.  Le président Sarkozy et son ministre de l’intérieur, Claude Guéant se sont précipités à Toulouse. En parallèle, des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises autour de l’ensemble des lieux de culte et d’enseignement israélites en France. Alors que les meurtres des parachutistes aurait pu passer pour un fait divers, celui d’un enseignant et de trois enfants a mis en branle toute la machine policière et sécuritaire française. Le parquet de Paris spécialisé dans les affaires de terrorisme s’est saisi de l’affaire.

Ces attaques ont eu lieu dans un climat délétère marqué entre autre par la radicalisation de la campagne électorale française à la veille des présidentielles, une campagne médiatique à l’occasion du cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie et la crise financière de la zone Euro.

Qui a bien pu s’en prendre à des parachutistes français et donc à l’armée française en tant qu’institution sur son propre territoire et à des israélites?

Le site israélien DEBKAsuggère qu’il s’agit soit d’un extrémiste islamiste ou d’un extrémiste d’extrême-droite.

Trois parachutistes du 17e RGP de Montauban faisant le salut nazi derrière une bannière à croix-gammée. Serait-ils impliqués dans les meurtres d'autres parachutistes et de civils dont des enfants?

Cependant le journal français Le Point fait le lien entre ces assassinats et une étrange affaire survenue en 2008 au sein du 17e  régiment de génie parachutiste de Montauban auquel appartenait les militaires tués. A l’époque, un “para” dénonce à sa hiérarchie trois “frères d’armes” proches des milieux néonazis. Un cliché de militaires français faisant le salut nazi derrière un drapeau à croix gammée a été publié par le journal satirique Le Canard Enchaîné, entraînant de lourdes sanctions disciplinaires et le renvoi des trois mis en cause.  Les attentats terroristes de Toulouse et de Montauban seraient-ils alors des actes représailles ?

Vu la mobilisation des moyens par l’Etat français dans cette affaire, la réponse ne saurait tarder…

Publicités



');

One Reply to “Attentats de Toulouse et de Montauban: vers une piste néonazie au sein de l’armée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.