Armée française armée syrienne libre campagne électorale clan Eurasie Géostratégie Intelligence Perception de la réalité Propagande Qatar Toulouse utilisation des islamistes par l'Otan

Exclusif: Merah, une affaire d’Etat!

Contrairement à ce que certains ont cru entendre, Mohamed Merah, le tueur présumé de Toulouse et de Montauban était bel et bien immatriculé au niveau du consulat d’Algérie à Toulouse mais ne disposait pas d’un passeport algérien. 

Selon une  source  ayant eu à occuper des postes sensibles au sein de l’appareil sécuritaire français, il est fort plausible que Merah ait été instrumentalisé par un service conjoint et confidentiel de la DCRI  et  de la DGSE pour l’acheminement de combattants vers ce qui est connu sous le nom d’armée syrienne libre (ASL).

Cette utilisation des islamistes dans la promotion d’intérêts géostratégiques ne date pas d’hier ; déjà en 1982, les services français jouèrent un certain rôle dans le soulèvement de la ville syrienne de Hama, durement réprimé par le président Hafez Al-Assad, père du président actuel.

Que c’est-il passé avec Merah ? Approché depuis un certain temps par des agents de la DCRI d’origine maghrébine, l’homme a-t-il  fini par se retourner  contre ses protecteurs ? Peut-être  s’est –il senti manipulé, voire trahi par ceux en lesquels il avait une certaine confiance ? Nous restons là dans le domaine des conjectures vu que beaucoup d’éléments nous échappent dans cette affaire sentant le souffre et un fort relent de Barbouzerie. Assez bâclée au demeurant.

Après l’assaut raté du Raid,  le Qatar a annoncé publiquement qu’il suspendait un programme de fonds destiné aux banlieues françaises d’un montant de 50 millions de dollars US. Or, Ce financement en cache un autre destiné à alimenter un réseau de recrutement de combattants issus des communautés musulmanes de France pour former les légions « salafistes » qui ont combattu en Libye et tentent actuellement de s’infiltrer en Syrie via la Turquie, le Liban ou la Jordanie. Unprogramme similaire existe au Pakistan, en Afghanistan et dans des pays d’Asie centrale.  Mais pas seulement. On parle également d’un large réseau de recrutement de mercenaires en Bulgarie, en Albanie et en Roumanie.

Ces informations nous ont été fournies par des personnes peu enclines à croire aux théories du complot ou autres thèses conspirationnistes. Elles peuvent être exactes ou erronées. Ce qui est sûr et certain à ce stade est que des milieux influents du clan au pouvoir en France ne répugne plus à utiliser les “islamistes” et ce sur deux registres : en interne afin de créer et de stimuler un sentiment de peur et de stigmatisation auprès de certaines franges des populations (Islamophobie et électorat de droite)  et en externe afin de créer le chaos et le désordre au sein d’États du Proche et du Moyen-Orient (alignement sur les positions géostratégiques Atlantistes).

Les États-Unis, Israël etla Grande-Bretagne ont de très solides traditions en ce domaine puisqu’ils ont longtemps utilisé ce que l’on appelle l’islamisme au service de leurs objectifs stratégiques. Avec un peu de retard, la France surfe désormais ouvertement sur la vague verte.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.