Actualités Afrique du Nord Algérie Guerre d'Algérie Olympique de Marseille

Ben Bella: l’hommage de L’Olympique de Marseille

Le décès, le 11 avril 2012, d’Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie pot-coloniale de 1962 à 1965, à l’âge de 96 ans a suscité un hommage particulier sur le site officiel de l’Olympique de Marseille, son ancienne équipe dans laquelle il joua en tant qu’attaquant réserviste en 1939 et 1940. Sous le titre “Un président buteur s’est éteint…”, L’OM rappelle qu’Ahmed Ben Bella à non seulement contribué à la large victoire de l’OM contre FC Antibes le 29 avril 1940 par le score sans appel de 9 buts à 1 mais qu’il est l’un des buteurs de la rencontre.

En Algérie, le gouvernement a décrété un deuil national de huit jours dès l’annonce du décès du membre du Comité des Sages africains qui a eu  droit à des funérailles solennelles. Ce qu’Alger n’ a pas connu depuis longtemps.

Sur son site officiel, l’OM écrit:

Ahmed Ben Bella, qui fut le premier président de l’Algérie indépendante, est décédé le 11 avril, il avait 96 ans. Né le 25 décembre 1916 à Marnia, en Oranie, au sein d’une famille de commerçants, Ahmed BEN BELLA (de son vrai nom Messaoud MEZZANI) a joué une saison sous le maillot olympien (1939/40), mais il ne disputa qu’une seule rencontre, en Coupe de France à Cannes contre le FC Antibes (9-1), le 29 avril 1940. Un match durant lequel cet attaquant réserviste trouva le chemin des filets à une reprise.
Après avoir participé aux campagnes italienne et française et suite aux événements de Setif en mai 1945, Ben Bella rejoint le Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques puis entre dans l’Etat-Major de son organisation paramilitaire clandestine OS (Organisation Spéciale).
Arrêté en 1950, il s’évade en mars 1952 et vit clandestinement en France et en Egypte où il prépare le soulèvement du 1er novembre 1954. Chef historique du FLN, Ben Bella est à nouveau intercepté en 1956. Libéré avec les accords d’Evian (18 mars 1962), il préside le gouvernement avant d’être élu président de la République algérienne le 15 septembre 1963. Renversé par le colonel Boumedienne en juin 1965 et séjourne en prison jusqu’en 1979. Exilé en Europe, il rentre en Algérie en 1990 où il restera jusqu’à la fin. 

Consulter  directement la source : http://www.om.net

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.