Actualités Afrique du Nord Algérie Energie espionnage espionnage industriel Exclusif guerre économique guerre du gaz Pentagone psyop

Le Pentagone renforce le renseignement humain dans des pays “amis”

Comme si les 700 bases militaires américaines disséminées aux quatre coins du monde n’y suffisaient plus, le Pentagone va officiellement renforcer la présence d’agents du renseignement à l’extérieur et veiller à une plus grande interaction avec la CIA et d’autres départements analogues au sein de la nébuleuse du renseignement américain.

Une nouvelle agence du renseignement stratégique est venue donc étoffer le réseau: le DCS (Defence Clandestine Service) destiné à s’interesser à des thèmes stratégiques situés en dehors et/ou éloignés des zones de conflit.

Toutefois, ce qui change cette fois dans ce nouveau programme adopté après une décennie de guerres en Afghanistan, en Irak et ailleurs, est que cette présence se fera également sous couvert de la coopération économique, commerciale, financière et technique. Et donc concernera a priori des pays amis ou alliés.

Avec ses myriades de satellites-espions, ses programmes d’écoutes à l’échelle planétaire (programme Echelon, etc.), ses milliers d’agents locaux, ses sous-traitants, l’exploitation des services de l’ensemble des pays européens, ses drones, ses avions de reconnaissance et ses systèmes de surveillance des réseaux de télécommunications, Washington veut encore étendre ses toiles en ciblant des pays ne figurant pas sur la liste noire ou rouge mais susceptibles de fournir des ressources énergétiques, technologiques ou humaines pouvant être exploitées dans la guerre ultime pour l’hégémonie.

Ce programme favorisant le renseignement humain direct (Humint) vise à déceler des menaces à la sécurité et aux intérêts américains dans le monde mais également et par dessus tout, le vol d’information. Prioritairement celle relative aux procédés industriels et technologiques. Mais ce n’est pas tout.

Sans surprise, l’Argentine, le Brésil, la Chine, le Méxique, l’Iran, la Russie, la Corée du Nord et d’autres pays figurent parmi les cibles de ce nouveau programme. Des pays comme l’Egypte et l’Inde y figurent naturellement. Par contre, l’intérêt croissant porté par le Pentagone à la Tunisie est assez étrange et soulève pas mal de questions. Ailleurs sur le continent, l’Ouganda focalise toute la stratégie régionale américaine an Afrique australe et centrale.

En Afrique du Nord, l’Algérie  figure en bonne place puisque la Sonatrach (société étatique des hydrocarbures) est visée, entre autres, par un programme des expatriés “spéciaux”. Le DCS s’intéresse prioritairement au Sahel et plus particulièrement au Nord-Mali, à la Libye, la Mauritanie et la Tunisie.

Le Pentagone renforce le renseignement humain dans des pays "amis" 1
Vue d'une installation gazière algérienne à Arzew, près d'Oran. Peu à peu, le gaz se substitue au pétrole comme l'un des principaux enjeux des relations internationales des années à venir.

Ce grand pays d’Afrique du Nord,  producteur de gaz et dont les réserves en pétrole sont en déclin,  intéresse d’autant plus que le monde n’est pas loin d’assister à de nouvelles configurations géopolitiques autour des gisements et des circuits de distribution du gaz.

Publicités



');

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.