Algérie Algérie française Armée française capitulation de l'Allemagne nazie Colonialisme Conflits Guerre d'Algérie Kherrata légion étrangère Seconde guerre mondiale survie des fonctionnaires de Vichy

Un certain 08 mai 1945: Sétif, Kherrata, Guelma ou l’histoire d’un massacre oublié

Il y a 67 ans exactement, soit un certain 08 mai 1945, l’Allemagne nazie capitula. Pendant que les peuples des pays “alliés” fêtaient la fin du terrible conflit, un massacre se déroulait en “Algérie française” et plus précisément dans des villes et localités du Constantinois, notamment Sétif, Kherrata et Guelma.

Les algériens qui avaient participé en masse aux combats de la seconde guerre mondiale aux côtés des Alliés, surtout en Italie, en Provence,  en Autriche, et en Allemagne furent choqué à leur retour de voir que les anciens fonctionnaires zélés du régime de Vichy , reconvertis par nécessité au Gaullisme, avaient réprimé dans le sang et la désolation des manifestations de populations civiles algériennes demandant plus de droits, l’autonomie, voire l’indépendance.

Ce 08 mai 1945 fut l’occasion pour l’armée française de prendre sa revanche sur l’histoire en remportant une bataille mémorable sur des populations civiles désarmées qu’elle assimila peut-être à des Panzerdivizionen allemandes.

Les manifestations tournent mal et les choses dégénèrent avec l’intervention de la légion étrangère, des milices fascistes soutenus par les “gros colons”, des fonctionnaires “corrompus”  et l’aviation française. Cette dernière,  disparue en 1940 face à l’armée allemande et réapparue comme par magie au dessus des Djebels et des vallées de l’Est algériens. La marine s’y met de son côté et pilonne les villages et hameaux  alors que son rôle durant toute la seconde guerre mondiale se limita à un sabordement à la rade de Mers-el-Kébir avant d’être anéantie par la Royal Air Force et la Royal Navy.

Ce fut une tragédie sans nom. Un massacre abominable. Des hommes, des femmes, des enfants, des personnes âgées furent massacrés sans état d’âme. Certaines victimes furent brûlés ou incinérées dans des fours crématoires dans une tentative de faire un mauvais remake macabre des camps de la mort nazis à Auschwitz et Sobibor.

L’Etat algérien évoque le chiffre officiel de 45 000 morts. Les sources officielles françaises de l’époque parlent de 10 000 morts. Des historiens pour leur part, évaluent le bilan entre 25 000 et 40 000 morts sans compter les blessés et les disparus. Un bilan pour le moins effroyable dans un petit pays de moins de 7 millions d’habitants. L’insurrection mettra six semaines à s’éteindre. Non sans d’autres tueries.

                               Un certain 08 mai 1945: Sétif, Kherrata, Guelma ou l'histoire d'un massacre oublié 1

La liste des crimes de guerre et crimes contre l’humanité de l’armée française en Algérie est l’une des plus longues du XXème siècle.

Quoi qu’il en soit, ce massacre radicalisa pour toujours les factions modérées des milieux indépendantistes algériens et fit basculer les plus réticents dans l’action clandestine. Ces massacres du 08 mai 1945 préludent la guerre d’Algérie qui éclatera moins d’une décennie après. Les jeux étaient faits. La bêtise humaine est constante. Ce drame sanglant enclenchera une série d’autres drames affectant durablement les population et la mémoire collective algérienne et française.

     

Publicités



');

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.