Actualités Amnesty International chine Chine Conflits rapport chinois Sommaire USA

Rapports d’Amnesty international et du Département d’Etat US sur la situation des droits de l’Homme dans le monde en 2011: feu sur tout ce qui bouge!

Coïncidant avec la publication d’un rapport d’Amnesty International, le département d’Etat américain a publié son rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme dans le monde en 2011 et le moins que l’on puisse dire, est que ce rapport fait feu de tous bois, y compris en exploitant des faits divers, pour noircir le tableau de bon nombre de pays.

Des pays se sont précipité à exploiter les critiques formulées par Amnesty International ou les Etats-Unis à l’égard d’autres pays en matière des droits de l’Homme allant jusqu’à créer une situation assez paradoxale, pour ne pas dire comique. Ainsi, le Maroc a promptement repris quelques phrases mettant en exergue la mort de 5 personnes lors d’émeutes survenus au mois de janvier 2011 en Algérie pour tenter d’enfoncer son voisin oriental et faire oublier les critiques onusiennes sur le bilan des droits de l’homme chez lui ou au Sahara occidental. En réaction, l’Algérie a souligné les critiques contenus dans les dits rapports concernant la situation des droits de l’homme au Sahara occidental après la répression de la révolte de Gdim Zik en octobre 2011. En somme, les deux pays sont ciblés par les critiques d’Amnesty international (basé  à Londres) et du Département d’Etat. Tout comme le sont la majorité des 191 pays et territoires avec une préférence marquée pour certain pays figurant en tête de  liste du Département d’Etat.

Pour l’instant, seule la Chine a répondu aux critiques et distorsions américaines sur l’état des droits de l’Homme dans le pays en publiant un rapport sur la situation des droits de l’Homme aux Etats-Unis. Il s’agit du 13ème rapport annuel publié par la Chine pour répondre aux critiques américaines. Il faut dire que la situation n’a pas été facile cette année pour Beijing avec l’affaire du dissident Chen Guangcheng, objet d’un bras de fer avec les Etats-Unis, lesquels ont fini par avoir gain de cause puisque l’homme est actuellement en territoire US.

Le rapport chinois focalise uniquement son attention sur la situation des droits de l’homme aux Etats-Unis. Intitulé “état des droits de l’Homme aux Etats-Unis en 2011”, il a été publié par le Bureau de l’information du Conseil des affaires d’État, en réponse au Rapport sur les droits de l’Homme dans le monde en 2011 publié le 24 mai par le Département d’Etat américain.

Pour Beijing, le rapport américain est rempli de propos excessivement critiques sur l’état des droits de l’Homme dans près de 200 pays et régions, ainsi que de distorsions et d’accusations concernant la cause des droits de l’Homme en Chine. Cependant, Washington a délibérément passé sous silence  l’état jugé déplorable des droits de l’Homme aux Etats-Unis indique le rapport chinois qui passe en revue six thématiques liées aux droits humains aux Etats-Unis: la sécurité de la vie, des biens et des personnes, les droits civiques et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, la discrimination raciale, les droits des femmes et de l’enfant, ainsi que les atteintes américaines aux droits de l’homme dans d’autres pays tels que l’Afghanistan, l’Irak, Cuba (Guantanamo bay), le Pakistan, etc.

Enfin, la Chine estime que le bilan peu reluisant des Etats-Unis en matière de droits de l’Homme ne leur confère aucune légitimité morale, politique ou juridique pour agir comme “juge mondial des droits de l’Homme”,  ou se placer au-dessus des autres pays et publier, année après année, un rapport sur l’état des droits de l’Homme dans le monde afin d’accuser et de critiquer les autres pays. Plus en avant, le rapport évoque les arrestations souvent musclées des manifestants du mouvement “Occupy Wall Street” aux USA pour critiquer la conception oligarchique et ploutocratique de la démocratie dans ce pays.

Dans son propre rapport, la Chine conseille au gouvernement américain de “regarder en face ses propres problèmes en matière de droits de l’Homme et d’arrêter ses “pratiques impopulaires” consistant à utiliser les droits de l’Homme comme instrument politique pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays, salir l’image des autres nations et rechercher ses propres intérêts stratégiques. La Chine appelle également les Etat-Unis à cesser de pratiquer “deux poids deux mesures” sur cette question et d’arrêter leur politique hégémonique sous prétexte de défendre les droits de l’Homme”.

La plupart des pays de la planète savent que depuis longtemps, la thématique des droits de l’Homme est devenue un outil géopolitique, à l’instar du terrorisme et d’autres alibis afin d’atteindre certains objectif géostratégiques. Personne ne le dit ouvertement.  La Chine, tout comme la Russie peuvent se permettre de le rappeler puisque les deux sont continuellement visés.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.